Valais Libre

21 avril 2015

21 avril 1923 – Marine canadienne à Québec

NCSM Montcalm

Le livre de Christian Hébert qui retrace l'histoire du NCSM Montcalm

Le livre de Christian Hébert qui retrace l’histoire du NCSM Montcalm

L’histoire navale du Québec et du Canada se confond avec l’histoire de ces régions. Elle commence avec Cartier, puis Champlain. L’histoire militaire ne se sépare pas non plus de l’histoire de la marine militaire. Dès les premières années de la colonie, la menace vient du fleuve. Sans marine, pas de salut pour la Nouvelle-France. L’Angleterre prendra le pouvoir sur la région en gagnant le Saint-Laurent. La Confédération canadienne verra changer la menace qui petit à petit devient mondiale. La Première Guerre mondiale marquera durablement les esprits.

La population de Québec ressent le besoin d’avoir des forces maritimes efficaces. Suite à des demandes répétées et aux besoins du service naval national, ce 21 avril 1923, La demi-compagnie de Québec voit le jour. Cette première unité francophone de la Marine canadienne a pour mission de recruter, d’offrir un entraînement, ainsi que la possibilité d’y faire carrière à des volontaires. Charles-Léon Gauvreau sera le premier commandant de cette unité de la Royal Canadian Naval Volunteer Reserve (RCNVR).

Elle devient la division de Québec à l’automne 1935, rattachée au Navire canadien de Sa Majesté, le NCSM Montcalm lors de sa mise en service, le 13 novembre 1941.Les Canadiens français s’intégrèrent alors dans une marine typiquement britannique, de confession protestante et singulièrement unilingue anglaise. Après des débuts à la Citadelle de Québec, la division déménagera dans ses locaux actuels situés à la Pointe-à-Carcy et joue toujours un rôle important dans la Réserve navale des Forces canadiennes.

20 avril 2015

20 avril 1606 Concession de Jacques Ier

Début des conflits

Jacques Ier d'Angleterre

Jacques Ier d’Angleterre

Le roi d’Angleterre Jacques Ier concède, ce 20 avril 1606, les côtes américaines à deux compagnies anglaises: la London Company et la Virginia Company. Les territoires concernés sont compris entre le 34e et le 45e degré de latitude nord, alors que le territoire concédé à Pierre Dugua de Mont par le roi de France Henri IV s’étend du 40e au 46e degré de latitude nord. Ces concessions se recoupent donc et ouvrent la porte aux futurs conflits.

La Virginia Company établit une première colonie à Jamestown. Lors d’une sortie de pêche, un de ses chefs, Samuel Argall, aperçoit le poste français de Saint-Sauveur récemment établi par les Jésuites. Il l’attaque et ramène avec lui les colons en captivité. Une autre expédition est organisée pour détruire le poste de Port-Royal. Lorsque le sieur de Poutrincourt qui avait établi ses postes revient sur les lieux en 1614, il ne peut que constater le désastre et ramener en France les quelques colons qui avaient échappé aux Anglais.

Ceux-ci veulent tirer profit de leur victoire. Le roi Jacques Ier concède en 1621 tout le territoire au nord de la rivière Sainte-Croix à sir William Alexander, un noble écossais. Celui-ci offrira des baronnies à quiconque s’engagera à faire traverser 6 hommes et à les nourrir durant deux ans. Entre 1625 et 1631, 85 baronnies sont créées. Les résultats peuvent paraître minces, mais cette région a désormais des armoiries et un nom: La Nouvelle-Écosse.

19 avril 2015

19 avril 1717 – Mort de Pierre Boucher

Pionnier canadien

Pierre Boucher

Pierre Boucher

Je ne vous laisse pas grand bien, mais le peu que je vous laisse est très bien acquis. J’ai fait ce que j’ai pu pour vous en laisser davantage, je n’ai rien négligé pour cela n’ayant fait aucune folle dépense […]Je ne vous laisse aucun ennemi de ma part, que je sache. J’ai fait ce que j’ai pu pour vivre sans reproche ; tâchez de faire de même. C’est le sage auteur de ces lignes qui meurt ce 19 avril 1717. Son testament sera lu, le Premier de l’an, par le curé de Boucherville, plusieurs années après la mort de Pierre Boucher.

Né à Mortagne, en France, le 1er août 1622, le jeune Pierre Boucher s’installe en Nouvelle-France avec sa famille en 1635. Il vivra quelques années en Huronie, envoyé par les Jésuites pour apprendre leur langue et leurs moeurs. Après diverses pérégrinations dans le pays, il s’installera à Trois-Rivières en 1644. Il prendra vite de l’influence et fortifiera la ville qu’il sauvera d’une attaque iroquoise en 1653. Il sera alors nommé commandant du fort.

Le nouveau gouverneur Dubois Davaucour l’envoie, en 1661, en France faire un rapport sur l’état de la Province au roi Louis XIV. Il remplira parfaitement sa mission et reviendra avec le titre de seigneur. Mais c’est surtout la Nouvelle-France qui profitera d’un tout nouvel intérêt et qui deviendra colonie royale. À 45 ans, Pierre Boucher se retire sur ses terres pour fonder une seigneurie modèle qui prendra son nom: Boucherville. Il la fera prospérer par ses qualités de meneur d’hommes et de visionnaire jusqu’à sa mort à l’âge vénérable de 95 ans.

18 avril 2015

18 avril 1763 – Exécution de la Corriveau

Cage macabre

e gibet de fer dans lequel le corps de Marie-Josephte Corriveau a sans doute été exposé après son exécution (la « cage » de la Corriveau)

la « cage » de la Corriveau

La potence est dressée, ce 18 avril 1763, sur les Buttes à Nepveu près des plaines d’Abraham. Marie-Josephte Corriveau, veuve Dodier y est pendue pour le meurtre de son mari. Son corps sera exposé dans ses chaînes à la Pointe-Lévy. Cette sentence était inconnue en Nouvelle-France, les nouvelles lois anglaises punissaient ainsi les crimes les plus graves. Le corps de celle qui passera à l’histoire comme La Corriveau restera cinq semaines à se décomposer à la vue de tous.

Empoisonneuse et tueuse en série ou pauvre victime de violences conjugales, la vérité est difficile à déterminer quand la légende s’empare d’un destin tragique. Née à Saint-Vallier dans une famille paysanne en 1733, Marie-Josephte épouse à seize ans Charles Bouchard. Le couple aura trois enfants avant la mort du mari en 1760. Une année plus tard, la veuve épouse en deuxième noce, un autre cultivateur de Saint-Vallier, Louis-Étienne Dodier. Celui-ci est retrouvé mort dans sa grange le matin du 27 janvier 1763. Son décès est attribué à des coups de sabots de ses chevaux.

Malgré une inhumation rapide, des rumeurs de meurtres se propagent rapidement. Les autorités anglaises vont mener une enquête et arrêter Joseph Corriveau et sa fille. Le 9 avril 1763, Joseph Corriveau est condamné à mort pour le meurtre de son gendre et Marie-Josephte est condamnée au fouet et au fer rouge pour complicité. Mais durant sa confession, Joseph Corriveau accuse sa fille. Un nouveau procès a lieu et le 15 avril, Marie-Josephte Corriveau est reconnue coupable et condamnée à la potence. La légende peut naître et son fantôme faire le bonheur des écrivains.

17 avril 2015

17 avril 1982 – Rappatriement de la Constitution

Victoire de Trudeau

La reine Élisabeth II signe la loi qui rappatrie la constitution canadienne

La reine Élisabeth II signe la loi qui rappatrie la constitution canadienne

La reine Élisabeth II, le premier ministre Pierre Elliott Trudeau et le procureur général du Canada, Jean Chrétien, signent, ce 17 avril 1982, la Loi de 1982 sur le Canada. Cette loi, aussi connue sous le nom de Canada Bill, rapatrie au pays la Constitution en y ajoutant une charte des droits et libertés et une procédure de modification de la Constitution. Le Canada devient officiellement un État indépendant après 115 ans d’existence.

Après le référendum de 1980 sur l’indépendance du Québec, le premier ministre du Canada Pierre-Eliott Trudeau a voulu ramener le dernier pouvoir en main britannique, le pouvoir de modifier la constitution canadienne, au Canada. Devant les revendications québécoises, il fait adopter par les autres provinces l’acte constitutionnel lors de la nuit des longs couteaux en novembre 1981. Ne restait plus ensuite qu’au parlement anglais à adopter la loi sur le Canada.

Toute loi provinciale est maintenant assujettie à la nouvelle Constitution. Toute loi provinciale contraire à la nouvelle Constitution ou à la Charte des droits et libertés canadienne peut être renversée. Tout amendement constitutionnel doit maintenant être appuyé par Ottawa et au moins sept provinces totalisant 50 % de la population. D’autres revendications du Québec, tels les pouvoirs exclusifs en matière d’immigration, de communication, des programmes sociaux et des fonds fédéraux pour les soutenir, sont ignorées. Le Québec, malgré son désaccord, se voit assujetti à la nouvelle Constitution.

Élections fédérales 2015

Les systèmes politiques

drapeauxDimanche 18 octobre 2015, lundi 19 octobre 2015: dans six mois des élections fédérales auront lieu en Suisse et au Canada. Ma passion de la politique, mon passé helvétique et mon présent canadien me poussent à vous parler de ces deux moments forts de la démocratie.

Le Canada est une monarchie constitutionnelle fédérale à régime parlementaire, la Suisse un état fédéral avec régime parlementaire: voilà pour les définitions sommaires des régimes politiques. Si les deux pays se caractérisent par leur drapeau rouge et blanc, des comparaisons politiques plus fines apporteront un éclairage certainement utile pour mieux comprendre des fonctionnements démocratiques très différents.

À six mois des élections fédérales qui auront lieu presque à la même date, je vous invite à vous plonger dans des rendez-vous hebdomadaires pour mieux comprendre ces deux confédérations si éloignées géographiquement, mais certainement plus proche politiquement.

Mon intention n’est pas de faire un cours de sciences politiques, mais plus simplement de vous présenter brièvement et, je l’espère, simplement quelques éléments pour comparer ces deux élections. J’ai mené activement plusieurs campagnes fédérales en Suisse et je suis attentivement la politique canadienne depuis mon arrivée au pays, il y a trois ans. Ces expériences seront à la base de mes réflexions.

Premier épisode: les systèmes politiques

Canada

Le siège du parlement à Ottawa

Le siège du parlement à Ottawa

Le Canada est un pays relativement jeune. Son histoire peut se résumer en trois moments: La Nouvelle-France (1608 – 1759) le régime anglais (1759 – 1867) et la confédération (1867 – à nos jours). Depuis 1867, ses institutions sont une copie de l’Angleterre.

La reine du Canada, Élisabeth II est la souveraine du pays, elle est représentée au Canada par son gouverneur général, actuellement, monsieur David Johnson. Mais le pays est gouverné pratiquement par son premier ministre, Stephen Harper. Le pays connaît trois niveaux de pouvoirs, le fédéral, le provincial (10 provinces et 3 territoires composent le Canada) et le municipal.

Je me bornerai à l’échelon fédéral pour cette série. Si la reine, par son représentant le gouverneur général, est investie constitutionnellement des pouvoirs exécutifs, dans la pratique c’est le premier ministre qui gouverne. Celui-ci est traditionnellement le chef du parti qui obtient le plus de sièges à la Chambre des communes dont le renouvellement est prévu le lundi 19 octobre 2015.

Le parlement du Canada possède deux chambres: la Chambre des communes et le sénat. Le sénat, appelé aussi la chambre haute est composée aujourd’hui de 105 sénateurs nommés par le gouverneur général sur recommandation du premier ministre et peuvent siéger jusqu’à l’âge de 75 ans.

La Chambre des communes est composée aujourd’hui 308 députés. En vertu du dernier recensement, ce nombre passera à 338 pour la prochaine législature. Pour ces prochaines élections, le pays est divisé en 338 circonscriptions électorales appelées aussi comté. Dans chacune d’elle, un député sera élu selon un système simple: le député qui recevra le plus de voix sera élu, sachant que chaque électeur ne peut voter que pour une seule personne.

Suisse

Le Palais fédéral à Berne

Le Palais fédéral à Berne

La Suisse est un pays européen qui plonge ses racines très loin dans le temps. Fondé en 1291, il a mis 550 ans pour arriver à maturité. Il vit depuis 1848 sous une constitution qui fait du pays une confédération de 26 cantons.

Comme le Canada, le pays connaît trois niveaux de pouvoirs, le fédéral, le cantonal et le communal (municipal). Le dimanche 18 octobre 2015, les élections fédérales renouvelleront le parlement composé de deux conseils: le Conseil national et le Conseil des États.

Le pouvoir exécutif est assumé par un Conseil fédéral de 7 membres qui est élu par les Chambres fédérales composées du Conseil national et du Conseil des États. Son renouvellement aura lieu en décembre 2015 lors de la première session de la nouvelle législature.

Le Conseil des États représente les cantons et est composé de 46 membres ( 2 membres par cantons et 1 par demi-cantons). Ces membres sont élus selon des modalités propres à chaque canton. Deux cantons élisent leurs 2 membres au système proportionnel, tous les autres selon un système majoritaire qui peut varier d’une région à l’autre.

Le Conseil national représente la population et est composé de 200 membres répartis proportionnellement à la population. Chaque canton constitue un cercle électoral et a au moins un élu. 6 cantons ou demi-cantons sont dans ce cas, le plus peuplé, Zurich, compte 34 représentants.

Chaque électeur peut voter pour autant de candidats qu’il y aura d’élu dans son canton. Le décompte des votes se fait selon un système qui attribue aux différents partis un nombre de sièges proportionnels aux voix reçues.

16 avril 2015

16 avril 1542 – Départ de Roberval

À la suite de Jacques Cartier

Jean-François de la  Roque, sieur de Roberval

Jean-François de la Roque, sieur de Roberval

La Valentine, l’Anne et la Lèchefraye parfois aussi nommée la Marie quittent le port de La Rochelle ce 16 avril 1642. À son bord, 200 marins, soldats et prisonniers accompagnent Jean-François de la Roque de Roberval. L’expédition part rejoindre celle de Jacques Cartier qui a fait voile 11 mois auparavant vers le pays de Canada. Proche du roi François Ier, le seigneur de Roberval avait était nommé lieutenant-général au pays de Canada en octobre 1540 et avait pris sous ses ordres Jacques Cartier qui avait déjà voyagé dans la région.

La mission de Roberval est claire, il doit répandre la sainte foi catholique, fonder une colonie où il devra construire des églises, des villes fortifiées. Des gentilshommes accompagnent Roberval et le roi lui donne le droit de tirer 200 criminels des prisons pour commencer sa colonie. Le 8 juin 1542, Roberval atteint Terre-Neuve où il retrouve Jacques Cartier qui lui donne des indications sur la remontée du fleuve. Malgré les ordres de Roberval, Cartier quitte Terre-Neuve de nuit pour ramener ses diamants du Canada au roi François Ier.

Roberval arrive à Cap-Rouge qu’il nomme alors France-Roy au mois de juillet et commence l’installation de la colonie. Et durant le mois d’août, et au commencement de septembre, chacun fut employé à la besogne qu’il se trouvait capable de faire, mais le quatorze de septembre notre général susdit renvoya en France deux navires. Deux navires et 50 personnes retournent en France avec mission de revenir au printemps avec des vivres. L’hiver sera rude, la colonie perdra un tiers de sa population victime du scorbut. En 1543, Roberval rentrera en France avec les rescapés et le pays de Canada sera délaissé pour près de soixante ans.

15 avril 2015

15 avril 1812 – Début du recrutement des Voltigeurs

Naissance d’un régiment

Voltigeurs de Québec à l'entraînement

Voltigeurs de Québec à l’entraînement

[…] les armes devront être des carabines d’infanterie légère avec des buffleries noires; l’uniforme sera gris avec collet, parements et boutons noirs, et de courtes bottes canadiennes. Des bonnets légers en peau d’ours. Le gouverneur général George Prevost autorise, ce 15 avril 1812, la mise sur pied d’un nouveau régiment francophone qui prend le nom de Voltigeurs de Québec. La menace d’une guerre imminente avec les États-Unis pousse les Britanniques à consolider leurs forces en Amérique du Nord.

Les premiers Voltigeurs sont originaires du Bas-Canada qui les paye. Ils ne font pas partie de l’armée britannique régulière, ils sont clairement et distinctement « canadiens ». Leur premier commandant est le major Charles-Michel de Salaberry qui a reçu le mandat de recruter ce régiment. Avec 264 hommes recrutés dès les trois premières semaines, l’enrôlement s’annonce facile, mais la suite sera un peu plus lente. Le régiment comptera 438 soldats en mars 1813.

Au moment de la bataille de Châteauguay le 26 octobre suivant, les Voltigeurs canadiens comptaient 29 officiers et 481 sous-officiers et miliciens. Ce sera le premier haut fait d’armes du régiment sera suivi par bien d’autres. Rébellion du Nord-Ouest, guerre des Boers, première et deuxième Guerres mondiales, guerre de Corée, le régiment de réserviste est toujours actif aujourd’hui dans l’Armée de terre des Forces canadiennes.

14 avril 2015

14 avril 1944 – Hydro-Québec

Première étatisation de l’électricité

Premier logo d'Hydro-Québec

Premier logo d’Hydro-Québec

[…] fournir l’énergie aux municipalités, aux entreprises industrielles ou commerciales et aux citoyens de cette province aux taux les plus bas compatibles avec une saine administration financière, tel est le mandat confié, ce 14 avril 1944, par la loi 17 à la commission hydroélectrique du Québec, communément appelée Hydro-Québec. Le gouvernement d’Adélard Godbout exproprie par la même occasion tous les biens meubles et immeubles servant à la production, à la transmission (sic) et à la distribution du gaz et de l’électricité de la Montreal Light, Heat and Power Consolidated et de ses filiales.

C’est évident que le gouvernement veut donner des jobs à ses amis, à la veille des élections. C’est la troisième commission qu’il crée et chaque fois il assure des salaires plantureux à des amis politiques. Quelques jours plus tard, Maurice Duplessis, chef de l’opposition, ne sera pas tendre envers le premier ministre. Mais, quelques mois plus tard, lorsqu’il prendra le pouvoir, Duplessis ne remettra pas en cause cette décision à l’exception du mandat d’électrification rurale confié à l’Office de l’électrification rurale.

Dès lors, la nouvelle compagnie doit accroître rapidement la production si elle veut subvenir à l’augmentation rapide de la demande. Dès 1948 la deuxième phase de la centrale de Beauharnois est mise en route, puis viendront dans les années 50 les premiers grands barrages de la Côte-Nord sur la rivière Betsiamites. En 1963, la nationalisation de l’électricité deviendra effective avec le rachat par Hydro-Québec de 11 compagnies privées.

13 avril 2015

13 avril 1981 – Victoire du PQ

René Lévesque reconduit

04.13 renelevesqueelection_1981Contrairement aux attentes, surtout à celles des libéraux, le Parti québécois (PQ) sort vainqueur des élections provinciales de ce 13 avril 1981. Moins d’une année après la défaite du référendum, le PQ récolte 49,3 % des voix contre 46,1 % au Parti libéral du Québec (PLQ). Cette élection marque la bipolarisation de la politique provinciale. Les autres partis, dont l’Union nationale, ne récoltent que moins de 5 % des voix et aucun député. René Lévesque reste premier ministre à la tête d’un gouvernement majoritaire avec 80 députés contre 42 aux libéraux de Claude Ryan.

Le PQ avait pourtant perdu, en plus du référendum, toutes les élections partielles de la dernière législature. Ces échecs à répétition ainsi que la crise économique qui commence à se faire sentir ne laissaient présager rien de bon. Il faut que nous entrions le dernier clou dans le cercueil du PQ et de la souveraineté-association.Ces mots prononcés par le chef libéral Claude Ryan, le 31 mars 1981, en pleine campagne électorale, ne seront pas suivis d’effet. Les péquistes profitent pleinement de l’aura de leur chef René Lévesque qui est considéré par la majorité des Québécois comme le plus apte à gouverner la province.

En novembre 1981 le Québec sera exclu de l’accord entre neuf provinces et le gouvernement fédéral concernant le rapatriement de la Constitution canadienne lors de la fameuse nuit des Longs Couteaux. Le gouvernement de Lévesque refusera alors d’accorder sa signature à la constitution. René Lévesque démissionnera en 1985, son successeur à la tête du PQ, Pierre Marc Johnson sera défait aux élections du 2 décembre 1985. Les libéraux de Robert Bourassa formeront un gouvernement majoritaire.

« Page précédentePage suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :