Valais Libre

4 avril 2016

Rêve olympique

Filed under: b. Du Lys dans les Étoiles — vslibre @ 16 h 55 min
Tags: , , ,
photo: lapresse.ca

photo: lapresse.ca

Après les échecs pour organiser les Jeux olympiques d’hiver de 2002 ou de 2006, les villes de Québec et de Sion semblent vouloir remettre le couvert pour 2026. L’ère Samaranch est révolue, l’actuel président du CIO Thomas Bach semble remettre les pieds sur terre et vouloir des jeux à taille humaine. Québec et Sion vont-ils se retrouver une nouvelle fois face à face ? L’heure n’est-elle pas venue de réparer les injustices ?

En début de semaine prochaine, le 11 avril, Régis Labeaume a rendez-vous avec Thomas Bach. Le maire de Québec se dit en mode écoute. Lui qui ne voulait pas entendre parler de candidature olympique voici quelques mois a changé d’avis. Il pourrait se laisser tenter. Les déboires de son «ami» Marcel Aubut lui auraient-ils redonné le goût olympique ?

Un sondage encourageant

Un tout récent sondage Léger-Journal de Québec concluait que 57% des citoyens  interrogés étaient prêt à recevoir les Jeux olympiques en 2026. L’échec de la candidature pour 2002 semble bien loin et la ville vibre toujours au rêve olympique. Le maire, toujours attentif à son opinion publique, est maintenant beaucoup plus à l’aise pour répondre à l’invitation du CIO.

Car l’idée n’a pas ressuscité toute seule, les changements et notamment les 40 mesures de l’agenda olympique 2020 adoptées à Monaco en 2014 par le CIO, ont changé la donne. Le gigantisme et la démesure des JO de Sotchi demandaient une réaction. Jacques Rogge, le successeur de Samaranch n’ayant pas réformé grand-chose, Thomas Bach semble vouloir tourner la page.

Québec est prête pour une nouvelle candidature, mais seulement si elle n’est pas solitaire. Le sondage donnait 57 % d’avis favorables pour une candidature avec une autre ville et seulement 46 % pour une aventure solitaire.Québec veut pouvoir collaborer avec d’autres sites pour ne pas avoir à construire des infrastructures dispendieuses et bien vite inutiles. Lake Placid et Whistler Mountain ont été approchées.

Sion se réveille aussi

Chritian Constantin et quelques autres aimeraient bien réveiller à nouveau le rêve valaisan. Les échecs pour les JO de 1976, 2002 et 2006 n’ont pas complètement éteint la flamme. Les nouvelles règles du CIO redonnent espoir. Verra-t-on à nouveau des jeux humains et chaleureux comme à Lillehammer en 1994 ?

Dans sa présentation au Conseil d’État, le président du FC Sion évoque lui aussi une candidature en collaboration avec d’autres régions comme Lausanne, Kandersteg ou Saint-Moritz. L’heure semble donc à la collaboration. Après la douche froide d’un petit matin de 1999, la Planta pourrait revivre aux rythmes des anneaux, mais le chemin est encore long.

Thomas Bach n’est pas étranger à ces multiples réveils. Les uniques candidatures de Pékin et d’Alma Ata (Kazakhstan) pour 2022 ont obligé le CIO à redonner des jeux à l’Asie après ceux de Pyeongchang en 2018. Il fallait réagir. Les 40 mesures et des appels plus directs à des candidatures semblent avoir atteint leur cible.

Si le CIO réparait…

Le nouveau président du comité olympique semble vouloir réformer. Il faudra aussi qu’il revoie le mode d’attribution des JO. Trop de scandales ont émaillé l’histoire. Je me permettrai de lui proposer de commencer par réparer les torts causés à certaines candidatures. Sion a particulièrement été lésée, Québec aussi un peu.

Déjà pour les JO de 1976, la capitale valaisanne avait perdu contre Denver 30 voix contre 39 au troisième tour du vote d’Amsterdam en 1970. La ville américaine n’a jamais organisé les JO, sa population refusant en fin 1972 une subvention de 5 millions. Trop tard pour Sion, Innsbruck déjà organisatrice des JO de 1964 reprendra au pied levé.

En 1995, nouvel échec, Salt Lake City bat Sion et Québec et organisera les jeux de 2002. Une enquête révélera la corruption de plusieurs membres du CIO. 10 seront exclus et 10 autres sanctionnés. De nouvelles règles seront établies, mais elles n’empêcheront pas un nouvel échec 4 ans plus tard. FIAT ou plutôt Turin obtiendra les JO de 2006.

Après deux vols avérés et quelques soupçons, Sion mérite les JO de 2026, Québec lésée elle aussi patientera jusqu’en 2030. Je suis sûr qu’en agissant de la sorte le CIO s’épargnera beaucoup d’ennui et devrait avoir des villes hôtes pour quelques olympiades. Östersund en Suède mériterait ceux de 2034.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :