Valais Libre

15 novembre 2016

Élection de Donald Trump

Filed under: b. Du Lys dans les Étoiles — vslibre @ 16 h 14 min

Institutions, information, communication

Source: rtl.fr

Source: rtl.fr

Une semaine après la folle nuit électorale qui a vu le républicain Donald Trump surprendre la planète en devenant le nouveau président désigné des États-Unis, je voudrais faire ressortir trois éléments: la solidité et le poids des institutions, les mutations dans les canaux d’informations et le sens de la communication.

Depuis 5 ans que je vis au Québec, je suis un observateur attentif non seulement de la vie locale et régionale, mais aussi de la société nord-américaine. J’habite à Lévis et la frontière américaine est juste 100km plus au sud. L’élection de la semaine dernière a donc été suivie avec grand intérêt ici.

Mon triple regard d’enseignant, de journaliste et de politicien nourrit ma réflexion et mes constats. La soirée du 8 novembre a été passionnante et la suite encore plus. Les excès d’une campagne hors norme s’apaisent, la poussière retombe et l’Amérique de ces 4 prochaines années prend forme petit à petit.

Institutions

Premier constat : les institutions démocratiques ont une importance bien plus grande que ce que l’on peut penser au premier abord. Je n’ai pas entendu beaucoup de choses là-dessus, pourtant, elles façonnent un pays. Comme la Suisse, les États-Unis sont une confédération, ça a son importance. Le Canada aussi est une confédération, mais d’un autre type.

Suisse et États-Unis sont plus des états fédérés. Les cantons ou les états américains occupent une place fondamentale dans la construction du pays et exercent un pouvoir qui influence la politique nationale. J’entends beaucoup dire que madame Clinton a gagné les élections parce qu’elle a obtenu plus de voix. C’est vrai, mais Al Gore avait une majorité encore plus grande en 2000 et pourtant c’est Georges W Bush qui fut élu.

Les démocrates ne semblent pas avoir compris que le système des grands électeurs qui augmente l’importance des petits états est là pour qu’ils puissent faire entendre leur voix, pour maintenir un équilibre national. La leçon de 2000 n’a pas porté. En négligeant des régions peut-être minoritaires, mais qui méritent aussi de l’attention, le verdict a été impitoyable. Les grandes villes ne font pas un pays.

Information

Deuxième constat : les canaux d’informations se multiplient, mais s’isolent. Jamais dans l’histoire du monde la population, les citoyens n’ont été autant informés. Nous sommes même noyés sous des flots incessants d’images et de mots. Malheureusement, loin d’améliorer la démocratie, cette masse tend à la manipuler.

Aujourd’hui, les médias traditionnels sont concurrencés par les médias sociaux. Tout le monde et n’importe qui peut s’improviser journaliste. Au grand dam de la profession, cet état est là pour durer et tous les hauts cris n’y changeront rien. S’ils formaient deux sources distinctes d’information qui d’une certaine manière se compléteraient, la démocratie serait enrichie.

Force est de constater que ce n’est pas le cas. Peu de monde s’informe à la fois à travers les journaux et la télévision et les médias sociaux et les blogues. La campagne américaine a creusé un fossé profond entre les grands médias traditionnels qui, dans leur grande majorité, ont diabolisé Donald Trumps et béatifié Hillary Clinton et une frange importante de la population qui s’est très vite tournée vers les réseaux sociaux.

La majorité des citoyens utilisent l’un ou l’autre de ces canaux. Ces silos d’information étanches obligent un candidat à utiliser les deux réseaux et surtout ses codes spécifiques. Trump l’a bien compris et a su moduler, parfois à l’excès, son discours pour atteindre ses cibles. Les hauts cris du camp démocrate n’atteignaient que leurs partisans.

Communication

Troisième constat : le sens et le poids des mots n’ont pas toujours la même importance. Le langage utilisé sur les réseaux sociaux n’a rien à voir avec celui des médias traditionnels. À vouloir les rendre interchangeables, on passe à côté de l’essentiel. Ces erreurs de décryptage peuvent expliquer une partie de la faillite des sondages.

Les médias sociaux, Facebook, Twitter et les multiples blogues sont des outils d’expression spontanée en même temps que des canaux d’informations. Une partie du monde politique et des observateurs de la société voudraient que l’ensemble de ces réseaux utilisent les mêmes codes de langage que la presse établie. Ce n’est pas le cas ! En niant cette réalité, on passe à côté de certaines tendances clés.

Trump a utilisé les excès qui font vivre les réseaux sociaux, il a utilisé le langage qui se fait entendre sur ces canaux. On a transposé ce langage dans les analyses traditionnelles et diabolisés ceux qui le suivaient. Ça n’a fait que renforcer leurs convictions, car ne s’informant pas aux sources traditionnelles, ces citoyens étaient à l’aise avec un langage qui leur est familier.

Un peu avant 3 heures du matin dans la nuit du 8 au 9 novembre, Hillary Clinton a appelé Donald Trump pour lui concéder la victoire. Seulement après ce coup de fil, les réseaux traditionnels d’information ont osé diffuser les résultats qui donnaient la victoire au candidat républicain. Celui-ci est alors apparu sur toutes les chaînes pour un discours surprenant par son ton présidentiel et par son contenu apaisant. Il ne parlait plus sur Twitter, mais s’adressait aux médias traditionnels avec un langage adapté à son nouveau statut. Il a même osé commencer par féliciter et remercier son adversaire. Madame Clinton n’était tout à coup plus Hillary « la croche ». Sa défaite la rendait à nouveau fréquentable !

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :