Valais Libre

16 janvier 2017

150 ans de la confédération canadienne – Histoire littéraire francophone

Filed under: e. Auteurs québécois — vslibre @ 13 h 00 min
Tags:

 

Philippe Aubert de Gaspé, fils (1814 – 1841)

aubert-philippe_gaspe_filsFils de l’écrivain Philippe Aubert de Gaspé, le jeune homme né à Québec. Élève brillant, il suit ensuite durant deux ans les cours du collège Nicolet. Il devient ensuite correspondant parlementaire pour le journal Le Canadien et The Quebec Mercury. Le journaliste est reconnu, mais le jeune homme est bouillant.

Une altercation avec un député lui vaut, en 1835, un mois de prison. Pour se venger, il jettera au début 1836, une bouteille contenant un liquide nauséabond dans la salle du Parlement. Il sera évacué et l’auteur de ce geste à nouveau condamné. Pour fuit la prison, il se réfugie au domaine familial de Saint-Jean-Port-Joli.

Il y rédigera son roman, L’influence d’un livre avant de partir pour la Nouvelle-Écosse où il devient correspondant parlementaire à Halifax. Il y décédera subitement à 27 ans des suites d’une maladie.

L’influence d’un livre (1837)

aubert-filslinfluence-dun-livrePremier roman québécois, le roman paraît tout d’abord dans le journal Le Populaire. Il n’est pas impossible que Philippe Aubert de Gaspé, père ait participé à la rédaction. En effet, le fils s’était réfugié chez l’auteur des Anciens Canadiens peu de temps auparavant.

Charles Amand veut percer les secrets de l’alchimie. Il veut transformer des métaux en or. Une première tentatives échoue à cause des négligences de son complice. Il décide de poursuivre son oeuvre en solitaire. Il suit les indications qu’il a lu dans les Ouvrages d’Albert le Petit. Ses pérégrinations lui feront acheter une main de pendu et finiront par l’entraîner sur l’île d’Anticosti où il restera cinq ans. Il y trouvera un petit trésor de 500 piastres. Il utilisera cet argent pour poursuivre ses recherches après avoir accepté le mariage de sa fille.

Le roman est émaillé de digressions qui nous plonge dans le Québec du début du 19ème siècle. Le meurtre du futur pendu, les amours de la fille de Charles et du médecin Saint-Céran apparaissent dans l’histoire. Elles permettent à l’auteur de parler de son pays, de ses légendes tout en magnifiant la quête inutile et fantastique de son héros.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :