Valais Libre

11 février 2017

150 ans de la Confédération canadienne – Histoire littéraire francophone

Filed under: e. Auteurs québécois — vslibre @ 13 h 00 min
Tags:

Gérard Bessette (1920-2005)

Gérard Bessette

Gérard Bessette

Né à Sainte-Anne-de-Sabrevois en Montégérie, Gérard Bessette grandit à Montréal. Après des études classiques et un diplôme à l’école normale Jacques Cartier, il obtient, en 1950, un doctorat en lettres françaises avec sa thèse sur Les images dans la poésie canadienne-française. Il enseignera ensuite durant 7 ans à Pittsburgh aux États-Unis avant de poursuivre sa carrière à Kingston en Ontario.

Après quelques poèmes de jeunesse, trois romans dans les années soixante vont le projeter sur le devant de la scène. La Bagarre (1958), Le Libraire (1960) et Les Pédagogues (1962) dénoncent le poids de la tradition sur les formes et les discours. Il se lancera ensuite dans la littérature psychanalytique dont il est un des pionniers au Canada.

L’oeuvre de Bessette se développe en parallèle de sa carrière de professeur d’université. Athée, il s’élèvera contre la place de la religion. La complexité des rapports entre les individus et la société le fascine. La force du collectif, de ses mythes, de son inconscient guide ses écrits. Gérard Bessette décède en 2005 à Kingston en Ontario.

La bagarre (1958)

bessette-livreJules Lebeuf est un étudiant atypique, tout comme il est un ouvrier sortant du commun. Le jeune homme dans la fin de la vingtaine passe son temps libre à écumer les bars de Montréal en compagnie de quelques amis particuliers. Université, compagnie de transport métropolitaine, compagne serveuse, jeune prometteuse, littérature, la vie de Lebeuf est remplie d’interrogations.

Augustin Sillery et Ken Weston sont les deux compères qui accompagnent Lebeuf dans des nuits délirantes où la littérature, les filles faciles et la vie de débauche occupent les esprits. Sillery, fils efféminés d’une riche famille et Weston, américain qui écrit une thèse sur les canadiens-français révèlent à Jules les dessous d’une vie qu’il ne veut pas.

Bill, collègue de travail, lui demande de l’aide pour sa fille Gisèle qui veut étudier. L’idéal de Lebeuf peut prendre corps, il doit aider cette fille douée à sortir de sa fange sociale. Lutte syndicale dans les nuits de nettoyage, sauvetage d’un vieux collègue, promotion forcée, Lebeuf ne saura trop comment naviguer entre sa soif d’absolu et les réalités d’une vie médiocre.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :