Valais Libre

9 juin 2017

5 ans au Québec – épisode 23

Filed under: b. Du Lys dans les Étoiles — vslibre @ 4 h 30 min
Tags: ,

Travailler c’est trop dur !

Pas sûr que ce soit un siège pour moi !


À quelques semaines des vacances, parlons un peu du travail. Je sais ça ne vous tente pas plus qu’a moi, mais je suis pogné (quel joli mot qui aide à faire passer ce sentiment d’être coincé sans pouvoir rien y faire) dans le bus, en retard à cause des travaux sur René-Levesque. Eh oui, l’ancien premier ministre de la province est devenu une des rues principales de la haute ville de Québec.

J’attends à  cause des travaux et je vais être en retard, donc le sujet s’impose, parlons travail. Ce qui me surprend le plus lorsque je pense travail au Québec, c’est que le mot grève y est intiment associé dans mon cerveau. Pas que je sois adepte de ce mode d’expression, mais il y en a beaucoup au Québec.

Après les mois de grève des juristes de l’État, tous les travailleurs de la construction, près de 200 000, ont débrayé au mois de mai et maintenant c’est au tour des ingénieurs de la fonction publique d’attendre la loi spéciale du Gouvernement.

Oui, parce que les grèves se terminent par une loi spéciale qui oblige un retour au travail. Je ne comprends pas tout, mais je m’interroge sur ce mode de gestion des relations de travail. La France a bien laissé un héritage au Québec, mais ce n’est pas forcément le plus utile.

J’ai compris un peu comment tout ça marchait il y a une année lorsque ma blonde a été en grève. Oh, ce n’est pas qu’elle voulait, pas plus d’ailleurs que la plupart de ses collègues à l’école, mais l’assemblée syndicale avait voté en faveur, comme à peu près tous les cinq ans.

Car oui, à chaque renouvellement des conventions collectives, une grève est presque automatique. Après on négocie et s’il n’y a pas d’entente, le gouvernement tranche avec une loi spéciale. Je caricature un peu la démarche, mais on n’est pas loin de la vérité. Les négociations commencent avant la grève, mais à peine.

Lorsque j’étais enseignant en Suisse, jamais on n’aurait osé même imaginer une grève. L’État fixait nos conditions de travail et on disait merci. Si on y réfléchit, la situation est un peu la même dans mes deux régions, seul le processus change. Je préfère la méthode helvétique : quant à se faire b… autant que ça soit avec le sourire et dans le consensus.

Laissons la grève et parlons un peu de travail. Travailler c’est trop dur, disait la chanson. C’est peu ce que j’ai remarqué depuis mon arrivée au Québec. La province fait de la publicité, n’arrête pas de dire qu’elle manque de main-d’œuvre pour attirer des étrangers, mais elle ne fait rien pour faciliter leur vie professionnelle.

Les exemples sont nombreux de médecins chauffeurs de taxi, d’ingénieurs serveurs de restaurant ou d’enseignants chauffeurs d’autobus scolaire. Il n’y a pas de sots métiers, mais quelles pertes de compétences !

Le dernier exemple est plus ironique que réel, je l’ai vécu. Après vingt ans d’enseignement en Suisse et même si des collègues sont venus enseigner au Québec (c’est même un peu à cause de ça que j’ai immigré, merci Jacqueline), pas question que je travaille dans une classe, même pour un remplacement de courte durée que personne ne veut faire. Le ministère me demande de retourner quatre ans à l’université dans une branche principale, l’école normale n’est pas reconnue ici.

Pour conduire un autobus jaune typique de l’Amérique du Nord, il a suffi que je passe un examen théorique sur les règles de circulation et deux jours de formation pour que j’apprenne comment me comporter avec des élèves. J’ai pu ensuite prendre le volant d’un minibus 24 places pour sillonner les rues de Québec.

Heureusement que je suis lucide, après le remplacement d’une amie, j’ai renoncé à poursuivre cette carrière, même si j’ai eu pas mal de propositions. La sécurité sur les routes québécoises s’en trouve améliorée.

photos: ledevoir.ch

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :