Valais Libre

12 juin 2017

150 ans de la confédération canadienne – Histoire littéraire francophone

Filed under: e. Auteurs québécois — vslibre @ 10 h 30 min
Tags: ,

Mavis Gallant (1922-2014)

gallantNée le 11 août 1922 à Montréal d’un père britannique et d’une mère américaine, Mavis de Trafford Young sera mise dans une pension catholique dès l’âge de 4 ans. À 10 ans, son père décède et sa mère se remariera et ira vivre à New York. Elle s’occupera de Mavis à distance. La jeune fille sera envoyée dans diverses pensions et diverses écoles.

À la fin de ses études à Montréal, elle travaillera pour l’Office national du film du Canada, puis deviendra journaliste. Elle se mariera avec John Gallant, mais l’union ne durera pas. Quand le New Yorker accepte sa première nouvelle, elle décide de partir pour l’Europe et de se consacrer à l’écriture. Après quelques errances, elle s’installe à Paris en 1950 à l’âge de 28 ans.

Elle ne quittera plus la ville éternelle et publiera régulièrement des nouvelles. Le New Yorker lui restera fidèle. Malgré un français parfait, elle écrira exclusivement en anglais. Décrivant souvent des jeunes femmes américaines ou européennes, Mavis Gallant offre un univers souvent complexe qui met en relief des difficultés familiales ou professionnelles. Elle vivra à Paris jusqu’à son décès survenu le 18 février 2014.

Vers le Rivage (2002)

gallant-livrePas sûr de son amour, Carol va épouser Howard. Le temps fera le reste. Elle a appris à l’université qu’un intérêt commun pour les setters irlandais, par exemple, pouvait suffire à une vie heureuse. Alors elle rêve dans ce Paris pluvieux que leur retour en Amérique sera heureux. Le pique-nique du major Marshall doit aussi insuffler une once de bonheur dans une France d’après-guerre où les soldats américains ne sont pas toujours bien perçus.

Emma Ellenberger fait une croisière avec sa mère. Elles recherchent un rivage non seulement dans leur périple maritime, mais aussi pour leur vie. Mrs Ellenberger vit surtout dans les hôtels, Emma voit défiler des oncles de passage qui égaie un temps leur lente recherche d’un chemin improbable. Mathilde semble avoir trouvé sa voie. Elle épouse Alain. Son court mariage avec Théo a été forcément un échec. Théo l’artiste solitaire n’était pas fait pour la jeune femme, mais elle ne peut l’abandonner à sa solitude.

Les histoires s’enchaînent, courtes, tristes, souvent miroirs d’incompréhension. Après la Deuxième Guerre mondiale, l’Amérique rencontre l’Europe, mais la méfiance n’a pas été effacée par la solidarité des combats.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :