Valais Libre

29 juin 2017

150 ans de la confédération canadienne – Histoire littéraire francophone

Filed under: e. Auteurs québécois — vslibre @ 10 h 30 min
Tags: ,

Roland Giguère (1929-2003)

Roland Giguère

Roland Giguère

Né à Montréal le 4 mai 1929, Roland Giguère y étudiera à l’Institut des arts graphiques de sa ville natale. En 1950, au sortir de l’école, il fonde les éditions Erta qui feront paraître ses premières oeuvres ainsi que celles de ses amis. Il travaillera dans sa maison d’édition durant plus de 50 ans. Il séjournera quelques années en France où il collaborera à diverses revues.

En 1949, il publie son premier recueil de poèmes, Faire naître. Une dizaine suivront régulièrement avant qu’il atteigne la reconnaissance publique avec L’âge de la parole publié en 1965. Son rôle déjà grand dans le développement de la culture québécoise devient alors capital. Fortement influencé par le surréalisme, il est un des premiers à faire émerger l’être intérieur de l’homme.

En 1974, il refuse le prix du gouverneur général pour des raisons politiques. Ne voulant pas limiter la poésie à l’écrit, il en a fait une manière de vivre et de traduire sa révolte. En 1999, il a reçu le prix David pour l’ensemble de son oeuvre. Malade, souffrant de problèmes de vue et d’ouïe, Roland Giguère mettra fin à ses jours à 74 ans. On retrouvera son corps dans la Rivière des Prairies à Montréal le 17 août 2003.

Cœur par cœur (2004)

giguere-livreJe sais par cœur mille chansons vieillottes

et des vers sublimes de poètes inconnus

je sais par cœur des noms de villes perdues

des noms de femmes aimées des noms peu communs…

je te connais par cœur et même sans mémoire

je t’aime encore et toujours

pour finir en beauté cette dernière rengaine.

Les mots sont pour Marthe, la muse du poète, celle qui a conduit la réalisation de Cœur par cœur. Ouvrage posthume, faits de textes publiés dans des revues ou complètement inédits. Avant de partir sur d’autres rivages, le poète lui a laissé carte blanche. Les textes sont profonds, les mots chantent facilement.

… mille sentiers perdus dans une forêt de plombagine

un crayon qui erre et ne reviendra jamais plus

à sa ligne initiale en bas de la page

comme le fils des mots brisés dans les bruits.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :