Valais Libre

31 juillet 2017

150 ans de la confédération canadienne – Histoire littéraire francophone

Filed under: e. Auteurs québécois — vslibre @ 3 h 00 min
Tags: ,

Anne Hébert (1916 – 2000)

Née à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier (Sainte-Catherine-de-Fossambault à l’époque), Anne Hébert a grandi à Québec. Elle passait ses étés à Sainte-Catherine ou parfois, à Kamouraska chez sa grand-mère maternelle. Anne Hébert est une descendante d’un seigneur de Kamouraska.

Jusqu’à l’âge de onze ans, elle bénéficie d’une institutrice privée, une habitude dans sa famille. Elle tire de sa mère une passion pour le théâtre, puis pour la poésie. Elle publie un premier recueil en 1942, Les Songes en équilibre qui est bien reçu par la critique. Puis, en 1950, Le Torrent, un recueil de nouvelles sera sa deuxième publication.

Elle travaillera à l’Office national du film. Anne Hébert s’installera en France en 1965 après la mort de sa mère. Elle y publiera de nombreux romans, dont, en 1970, Kamouraska, qui sera un grand succès et la feront connaître. En 1998, elle revient à Montréal et publie, l’année suivante son dernier roman Un Habit de Lumière.

Elle décèdera le 22 janvier 2000 à l’Hôpital Notre-Dame de Montréal.

Kamouraska (1970)

Élisabeth Rolland soigne et veille son mari mourrant. Femme respectée, mère de nombreux enfants, Élisabeth vit une torture durant cette agonie. Son mari le sait et tente de la soutenir. Mais les souvenirs, la vie d’Élisabeth d’Aulnières, veuve Tassy, puis épouse de Jérôme Rolland reviennent la hanté.

Sa rencontre avec le jeune et fougueux Antoine Tassy sera intense et folle. Le Seigneur de Kamouraska est un homme brutal qui ne vit que pour lui. L’amour des femmes et de l’alcool fera le désespoir de sa femme. Ils vivent séparés, mais Antoine vient souvent « reprendre » sa femme. Élisabeth tombe amoureuse du médecin qui la soigne.

Georges Nelson finira par tuer le seigneur de Kamouraska avant de s’enfuir aux États-Unis où il était né. Il ne sera jamais extradé, mais les amants ne se reverront plus. Élisabeth est accusée, emprisonnée et finalement innoncentée. Elle mariera Jérôme Rolland pour retrouver son honneur.

Une histoire mouvementée, une époque (1839) dure, des personnages fougueux, Anne Hébert, par son écriture essouflée nous entraîne dans la tourmente d’Élisabeth.

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :