Valais Libre

19 août 2022

Quand les extrêmes dominent la politique

Filed under: 1. Lettre québécoise — vslibre @ 6 h 19 min
Tags: , , ,

Le mois d’août est marqué aux États-Unis par une nouvelle affaire Trump. Perquisition en Floride, secousse à Washington, hauts cris des républicains, réactions indécises des démocrates, appel aux dons, mobilisation des partisans, le remue-ménage a même éclipsé la révolution de l’interruption de grossesse. Pauvre pays quand tout devient luttes partisanes extrêmes.

« Les agents du FBI ayant mené cette semaine une perquisition au domicile de Donald Trump, en Floride, ont saisi des documents classifiés, dont certains qualifiés « top secret », que l’ancien président américain avait emportés illégalement avec lui en quittant la Maison Blanche », écrivait Le Monde du 12 août dernier. 

Le Washington Post parlait même d’une recherche de documents ayant trait à des armes nucléaires. « J’ai personnellement approuvé la décision de réclamer un mandat de perquisition pour cette affaire », a déclaré le ministre de la Justice M. Garland, lors d’une courte et très rare intervention télévisée. « Le ministère ne prend pas ce genre de décision à la légère », a-t-il assuré.

Des partis en folie

Ce brouhaha autour de l’ancien président et de ses méthodes on ne peut plus désinvoltes concernant la gestion des archives a bien sûr réveillé les ardeurs tant des démocrates que des républicains. Rien n’est simple au pays de l’Oncle Sam déjà en période calme, alors vous imaginez à quelques mois des élections de mi-mandats!

Évidemment, les républicains sont outrés. « Jeudi, un homme armé qui avait tenté de pénétrer dans des bureaux du FBI dans l’Ohio (nord des États-Unis) a été tué par les forces de l’ordre après une longue confrontation », pouvait-on lire dans La Presse du 13 août. C’est dire l’ampleur de la colère populaire qui semble toujours prête à une guerre civile.

Côté démocrate, les avis sont partagés, certains s’interrogent sur l’opportunité d’une telle intervention qui accentue l’aspect martyr de Donald Trump, d’autres se félicitent que la justice soit la même pour tous. Quoi qu’il en soit, on les a beaucoup moins entendus que leurs adversaires.

Le retour du chef

« Ils n’avaient pas besoin de saisir quoi que ce soit », a déclaré Donald Trump. « Ils auraient pu les obtenir quand ils le voulaient sans faire de la politique ou cambrioler Mar-a-Lago. » Cette bonhomie de façade lui permet de jouer les vierges effarouchées et surtout de lever des fonds pour sa future campagne.

Car il est là le nerf de la guerre. Quand Donald Trump se déclarera-t-il candidat aux élections présidentielles 2024? On le croyait sorti du jeu, cette perquisition vient le remettre au centre de l’échiquier politique. Il n’en demandait pas tant et profite au maximum de la situation. Il sait qu’il doit faire vite.

Le contexte politique change rapidement. Aux États-Unis peut-être encore plus vite qu’ailleurs. La décision de la Cour suprême de supprimer la protection fédérale sur le droit à l’avortement avait mis à mal l’aura de l’ancien président. C’est lui qui avait nommé les derniers juges qui ont fait pencher la balance. Et la défaite des Pro-vie au Kansas avait fait douter les stratèges républicains.

Les partisans de Trump ont rapidement manifesté aux abords de la résidence de l’ancien président en Floride après la perquisition.
Source : Le Devoir.

Quand les extrêmes dominent

Pourtant, la question de l’avortement avait eu le mérite de redonner une voix à la société que j’appellerai réelle. Cette majorité silencieuse qui n’aime pas les extrêmes, mais qui n’aime pas non plus s’impliquer, qui aspire simplement à une vie tranquille. Elle semblait enfin retrouver un peu de vigueur.

Malheureusement, la nouvelle affaire Trump a remis sens dessus dessous la société américaine. Les tenants d’un vaste complot visant à détruire la vraie Amérique crient à nouveau, ils sont de plus en plus prêts à une vraie guerre civile. Comme si l’assaut du Capitole le 6 janvier dernier n’était qu’une prémisse à ce qui va s’en venir.

Mais il ne faut pas oublier qui si cette Amérique existe, c’est parce qu’à l’autre bout du spectre, il y l’autre Amérique, celle des wokes, celle du multiculturalisme. En voulant à tout prix culpabiliser l’homme blanc, en le rendant responsable de tous les maux de la terre, cette tranche extrémiste engendre forcément des réactions d’une force égale, voire supérieure.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :