Valais Libre

3 octobre 2012

3 octobre

 

La rythmique au centre du développement (1910)

 

Émile Jacques-Dalcroze

Émile Jacques-Dalcroze quitte Genève en ce début du mois d’octobre 1910. Tu ferais mieux de t’en tenir à tes chansons. Cette phrase trop souvent entendue le convainc d’aller développer ses idées hors du pays. C’est à Hellerau, près de Dresde en Allemagne qu’il va développer sa pédagogie basée sur la rythmique.

Sa démarche où la musicalité du mouvement est au centre sera utilisée tant sur le plan pédagogique pour apprendre aux enfants à apprivoiser leur corps, que sur le plan thérapeutique dans la psychomotricité ou pour travailler sur certains handicaps, mais aussi dans les arts. La danse contemporaine s’est fortement inspirée des travaux d’Émile Jacques-Dalcroze.

En 1915, après l’éclatement du premier conflit mondial, il revient à Genève. Son institut va rayonner à travers le monde. Des cours préparatoires pour les petits de 4 ans, aux études professionnelles, l’institut offre toujours l’enseignement du maître.

Mais Émile Jacques-Dalcroze fut avant tout un amoureux de son pays qu’il chanta de merveilleuse façon. Seigneur accorde ton secours au beau pays que mon cœur aime… Sa prière patriotique est largement connue, Et chantons en cœur le Pays romand de tout notre cœur et tout simplement… autre mélodie inoubliable.

 

 

 

 

 

Autres 3 octobre

 

1582,

Mort à Bâle de Thomas Platter « le vieux », humaniste d’origine haut-valaisanne

 

Publicités

23 septembre 2012

23 septembre

Survol des Alpes (1910)

 

Le frêle Blériot XI de bois et de toile propulsé par un moteur de 50 chevaux survole des clochers qui sonnent à toute volée. Arrivé peu après Domodossola, l’avion piloté par le péruvien Géo Chavez subit quelques chaos. Il s’écrase lourdement sur le sol italien, brisant les deux jambes de son pilote téméraire. L’histoire de l’aviation vient de franchir un nouveau pas de géant : la première traversée des Alpes.

Les blessures du jeune homme de 23 ans ne semble pas fatale. Mais les fatigues dues à son vol de 42 minutes sont trop intenses, son corps ne résistera pas. Il mourra le 27 septembre après quelques jours d’agonie et de délire. Il revivra sans cesse son exploit.

Les organisateurs du concours Brigue-Milan en voudront à l’église valaisanne qui a interdit de voler le dimanche précédent, jour de temps clément et favorable. Ce report a créé une tension terrible entre les deux concurrents qui se disputaient les prix de 10 000 francs et de 100 000 lires.

Weymann aux commandes d’un Farman a renoncé plus tôt dans cette matinée du 23 septembre. Chavez est monté en voiture au sommet du col du Simplon pour étudier les courants : ça doit passer. Ça passera, mais à bout de force, il ne parviendra pas à maîtriser son appareil au moment de l’atterrissage.

 

 

Autres 23 septembre

 

1663,

Ouverture de la Diète de Soleure qui verra le renouvellement de l’alliance avec la France.

 

1858,

La société suisse d’utilité publique achète la prairie du Grütli menacée par la construction d’un hôtel.

 

1863,

Naissance à Aubonne (VD) d’Alexandre Yersin, médecin qui découvrit le bacille de la peste.

 

1878,

Naissance à Lausanne de Charles-Ferdinand Ramuz, écrivain

28 août 2012

28 août

Un avion sur le Léman (1910)

 

Il est 5 h 35 en ce petit matin du 28 août 1910. Les champs marécageux aux abords de Noville dans le Chablais vaudois sont réveillés par un bruit inhabituel. Armand Dufaux décolle à bord d’un avion qu’il a construit avec son frère Henri. Le frêle aéroplane s’élève dans le ciel romand et fonce droit sur le lac Léman.

Les deux frères veulent gagner les 5 milles francs offert par la Maison Perrot-Duval pour le premier avion qui traversera le Léman dans sa plus grande longueur. Le Club suisse d’aviation contrôle l’exploit. Quelques minutes après le décollage, Armand Dufaux franchit la ligne Saint-Gingolf/Montreux qui marque le départ. Il vole à 100m d’altitude.

Quelques instants plus tard, il chute brusquement. Heureusement le pilote arrive à redresser l’appareil à quelques mètres des flots. Il perdra encore la mince vitre de mica qui protège le pilote et devra finir la tête au vent. Sans lunettes c’est un exploit.

Une heure plus tard, à 6 h 41 exactement un coup de canon retentit, la ligne d’arrivée est franchie. Armand Dufaux arrive tout juste à redresser son appareil pour franchir le muret qui borde la rive. Il se pose sans trop de mal. Un peu plus d’une année après l’exploit de Blériot qui a traversé la manche, l’aviation suisse fait une entrée remarquée avec cet exploit de plus de 80 kilomètres, nouveau record du monde.

Les frères Dufaux travaillent également sur un hélicoptère. Malheureusement, un associé peu fiable et de mauvaises affaires couleront les frères Dufaux et l’insdustrie aéronautique suisse rate son départ.

 

Autres 28 août

 

1530,

Mort à Zürich de Gérold Edlibach, chroniqueur auteur d’une chronique de Zürich et de la Suisse.

 

1646,

Révolte des paysans Zürichois contre un impôt foncier, les meneurs passeront sur l’échafaud et la bourgeoisie écrasera la campagne.

 

1721,

Naissance à la Chaux-de-Fonds de Pierre Jacquet-Droz qui sera horloger et automaticien renommé

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :