Valais Libre

26 juin 2012

Echos de la Pierre de Chrysostome – 20 – Argent

Mon cher Lynx,

Ton dernier propos me permet de disserter un peu sur les rapports délicats entre argent et politique. Dans toutes les démocraties, ce couple maudit est au cœur de bien des préoccupations et de bien des péripéties. La démocratie a besoin d’argent pour fonctionner. Les partis politiques sont au centre de ce système et ne peuvent fonctionner sans argent. Malheureusement, dès qu’on parle d’argent, les dérives sont proches et la corruption frappe à la porte.

Dans la Belle Province, des scandales sont fréquemment dénoncés. Actuellement, la commission « Charbonneau » est à l’oeuvre pour enquêter sur ce sujet délicat. J’ai déjà parlé de cette démarche qui me semble exemplaire. La juge France Charbonneau a une réputation sans tâche et elle incarne l’indépendance de la justice. Elle ne s’est pas laissée intimidée ni par les médias, ni par le politique et elle assure une démarche transparente (tout est visible sur Internet), volontaire et sans compromission.

Jacques Duchesneau, policier renommé, ancien chef de l’unité anticollusion du ministère des transports, a été le premier témoin a passé devant la commission « Charbonneau ». Il est l’auteur d’un rapport qui défraie la chronique depuis qu’il a été rendu public en septembre 2011. Ses dernières déclarations sur les systèmes de financement des partis politiques à partir des marchés publics éclaboussent tout le monde. Malheureusement, grisé par la médiatisation, il s’est laissé aller à des déclarations excessives et peu rigoureuses (70% du financement des partis politiques est illégal…)

Il n’en a pas fallu plus pour que ses grands soutiens d’hier, comme la cheffe de l’opposition, Pauline Marois, dénoncent ces excès. Tant que seul le parti libéral au pouvoir était en cause, Duchesneau était un héros. Mais lorsqu’il met en doute les autres formations, il n’est plus crédible…

La reprise des travaux de la commission après la pause estivale promet un feuilleton passionnant.

Publicités

22 mai 2012

Brèves du Lynx du Mayen bleu

Ah ? l’argent

Que penser des relations incestueuses que les camarades à la rose entretiennent avec l’argent. François Mitterrand fustigeaient à qui mieux-mieux ces nantis qui amassent des fortunes en dormant mais ne rechignait pas à profiter des largesses de ses amis capitalistes. Un autre François, Hollande, affirmait tout au long de sa campagne présidentielle aimer les gens et non l’argent et répétaient à l’envi et « en boucle » sur les plateaux parisiens et les tréteaux de province que « l’ennemi c’est la finance », soit et pourtant il en a dépensé un gros chouïa de millions ces derniers mois ; existerait-il dans la bible socialiste le « vrai argent » ? celui qui permettrait au nouveau président de rembourser l’abyssale dette Gauloise ? Et que conclure du discours de Jean-Luc Mélanchon, reniant les valeurs humanistes auxquelles il se dit attaché en tailladant à coup de canif le dixième commandement, lorsqu’il déclare à Rochebin « on va vous faire les poches  ».

Leurs camarades Helvètes, ceux qui préfèrent la rose européenne à l’Edelweiss des alpes, leur emboîtent le pas avec leur sempiternelle rengaine « prendre aux riches ». L’argent oui, mai celui des autres à l’instar de George Clooney qui annonce participer au financement de la campagne présidentielle du démocrate Barak Obama ; l’homme du Quoi d’autre financerait la gauche américaine avec l’argent que de vilaines multinationales tant honnies par les camarades, lui offre pour ses prestations publicitaires. Faites-ce que je dis et non ce que je fais ou à choix l’argent n’a pas d’odeur, que voilà un bon slogan.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :