Valais Libre

31 août 2012

31 août

Une mutinerie (1790)

 

La garnison suisse de Nancy, le régiment Lullin-Châteauvieux pour être précis, formée en grande partie par des vaudois, entre en rébellion en ce 31 août 1790. Pas tellement à cause de considération politique, mais bien plus à cause d’un retard dans le paiement de la solde.

Les Suisses s’emparent de la caisse de corps qui contient 150 000 écus, ouvre les portes des cachots et obligent les officiers à distribuer l’or avant de les enfermer dans les cellules et de partir festoyer en ville. Des régiments suisses restés fidèles et la maréchaussée sont envoyés pour rétablir l’ordre.

Ils y parviendront après des combats qui ensanglantent les rues de Nancy. La répression s’abattra avec vigueur sur les meneurs. Les cantons confédérés se montrent implacables avec les mutins qui viennent d’un pays sujet, Vaud. Un sera condamné au supplice de la roue, 23 à la pendaison et 41 à trente ans de galère.

La France, Louis XVI en tête demandera de la clémence, mais rien n’y fera. Les révolutionnaires français garderont de la méfiance envers une Confédération si implacable. Une année plus tard, les galériens suisses seront libérés par l’assemblée nationale et emmenés en triomphe à Paris. Leur bonnet rouge du bagne de Brest deviendra le bonnet phrygien, emblème de la révolution!

 

 

 

Autres 31 août

1354,

Zürich est attaqué par les troupes impériales.

 

1809,

Naissance à Niederuzwil (SG) de Oswald Heer, botaniste spécialiste des insectes

 

1841,

Fondation à Schwytz de la société suisse des étudiants catholiques

 

1843,

Règlement du conflit sur les couvent d’Argovie

 

1939,

Mort à Zürich du géologue Albert Heim, spécialiste de la formation des Alpes

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :