Valais Libre

29 novembre 2018

366 histoires suisses

29 novembre – Le Général Dufour (1847)

Guillaume-Henri Dufour

Le Valais, dernier bastion du Sonderbund, capitule ce 29 novembre 1847. Trois émissaires apportent l’acte de capitulation du Valais au colonel Rilliet-Constant, alors stationné à Bex. Cet accord est accepté et ratifié le jour même et les troupes valaisannes se retirent alors que les troupes fédérales entrent sur le territoire valaisan.

À peine un mois après le déclenchement des hostilités la guerre civile est terminée. La sagesse et le désintéressement du général Dufour auront permis de limiter les effusions de sang et de jeter les bases d’une reconstruction fédérale harmonieuse.

86 morts et 450 blessés, voilà le bilan de ces combats fratricides. Pourtant 100 000 hommes de l’armée fédérale faisaient face à 30 000 membres des forces du Sonderbund, mais le déséquilibre s’accentua encore par la mauvaise coordination des troupes catholiques.

La connaissance du terrain du Général Dufour qui avait cartographié la Suisse, la sagesse tactique du fondateur de l’école militaire de Thoune et sa volonté d’en finir vite sans faire couler trop de sang, auront permis au pays de se sortir des querelles religieuses sans trop de dégâts.

Ovationné partout à travers le pays, couvert des plus grands honneurs, Guillaume-Henri Dufour poursuivra son œuvre pour le rayonnement de la patrie en fondant avec Henry Dunant la Croix-Rouge.

17 janvier 2015

17 janvier 1524 – Verrazanno vogue vers les Amériques

Enfin l’Amérique!

Giovanni da Verrazano

Giovanni da Verrazano

Le port de Madère en Espagne connaît une agitation particulière ce 17 janvier 1524, La Dauphine, une caravelle arrivée de France hisse ses voiles et vogue vers le Nouveau Monde. Après plusieurs reports, le navire commandé par Jean de Verrazane ou Giovanni da Verrazano entreprend son expédition de reconnaissance vers les côtes d’Amérique du Nord.

Des financiers et des banquiers italiens ont affrété ce navire, mais Giovanni da Verrazano est au service du roi de France François Ier. La France part bien tard à la découverte du Nouveau Monde. Les guerres d’Italie expliquent ce retard. Terminées en 1519, elles permettent enfin de tenter de combler le retard pris sur les Espagnols et les Anglais. François Ier veut que la France mette aussi ses pieds en Amérique. Il encourage les entreprises maritimes.

Verrazano, comme bien d’autres, part à la recherche du passage vers les Indes si nécessaire à la poursuite du commerce de la soie et des épices. Il arrive en mars vers les côtes de ce qui est aujourd’hui la Caroline du Nord, puis remonte vers le nord jusqu’à Terre-Neuve. En juillet, il sera de retour en France. Il a dessiné les premières cartes précises qui font de l’Amérique du Nord un continent qui est bien distinctement séparé de l’Asie.

Un pont de New York nous rappelle aujourd’hui ses découvertes.

30 septembre 2014

30 septembre 1700 – Mort de Louis Jolliet

Un explorateur disparaît

 

Statue de Louis Jolliet au Parlement de Québec

Statue de Louis Jolliet au Parlement de Québec

En cette fin du mois de septembre 1700, le Canada voit s’éteindre le premier explorateur né sur son sol. Louis Jolliet disparaît peut-être dans l’une des deux seigneuries qu’il possédait sur la Côte-Nord. Établi comme cartographe et comme professeur d’hydrographie au Collège de Québec, un doute planera toujours sur sa fin mystérieuse.

Né le 21 septembre 1645 près de Québec, Louis Jolliet commence ses études à l’âge de 10 ans au Séminaire de Québec. Il est destiné à entrer en religion. Il reçoit les ordres mineurs le 16 août 1662. Comme il a un certain don musical, il est promu officier de musique au collège. Plus tard, il deviendra le premier organiste de la cathédrale de Québec.

Mais sa vocation bat vite de l’aile et un voyage en France en 1667, le convaincra de changer de voie. À son retour, il s’engage dans la traite de fourrure. En 1672, il est envoyé par le gouverneur Frontenac à la découverte du Mississippi. En 1679, il ira à pied jusqu’à la baie d’Hudson et en 1694, il cartographiera les côtes du Labrador. Louis Jolliet laissera de nombreux écrits et de nombreuses cartes. Il est le premier habitant de la Nouvelle-France, né dans la colonie, à s’être fait connaître internationalement de son vivant.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :