Valais Libre

23 avril 2015

23 avril 1665 – Mauvais cabaretier

Vin trop cher

Cabaret (ici1760)

Cabaret (ici1760)

Il a été quérir du vin à pot chez lesdits Lemieux, trois ou quatre fois, lequel vin il a payé vingt-deux sols le pot, d’autant qu’ils ne voulaient lui en donner à moins. Pierre Créteil témoigne devant le tribunal du Conseil souverain. Son témoignage est corroboré par un second témoin qui se nomme Jacques Lozier qui, lui aussi, a acheté chaque jour un pot de vin au prix de vingt-deux sols. Le cabaretier Gabriel Lemieux et son épouse vont devoir s’expliquer.

Ils n’y parviendront pas et la femme reconnaîtra avoir vendu trois fois du vin à ce prix. Gabriel Lemieux demandera la clémence du tribunal, car il n’a pas fait cela plus de 10 fois et seulement parce qu’il avait acheté le vin bien cher. Lemieux et sa femme sont condamnés, ce 23 avril 1665, à dix écus d’amende et en cas de récidive, le coût de l’amende sera alors mémorable.

En ces débuts de la Nouvelle-France, nombre d’habitants ne sont souvent que de passage. Marchands, marins, militaires ou traiteurs de fourrures, ils sont nombreux à séjourner dans des auberges et les cabarets servaient à boire en petite quantité. Ne pas laisser place à l’ivrognerie, aux blasphèmes, aux jeux de hasard… Les dimanches lors de la messe l’établissement devait être vidé et fermé. Les règles étaient strictes, comme la fixation d’un prix maximum pour le pot de vin. En cas de plainte, le tribunal veillait.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :