Valais Libre

23 janvier 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags:

23 janvier – Giuseppe Motta (1940)

Giuseppe Motta

Ce 23 janvier 1940, la Suisse perd un de ses grands hommes d’État. Giuseppe Motta est encore responsable du Département politique au sein du Conseil fédéral lorsqu’il décède à Berne. Né à Airolo 69 ans plus tôt, il fut le premier Tessinois à entrer au Gouvernement fédéral le 14 décembre 1911.

Il aura donc passé 28 ans dans le collège bernois. Les huit premières années, il dirigea le Département des Douanes et des finances avant de prendre les rênes du Département politique en 1920. La participation suisse à la Société des Nations (SDN) porte son empreinte.

Giuseppe Motta a suivi une ascension politique des plus classiques, mais rapide. Avocat de formation, il entre au Parlement cantonal en 1895 à l’âge de 24 ans. Il devient conseiller national 4 ans plus tard. Après 12 ans dans les travées du Palais fédéral, il accède à sa deuxième tentative, sa candidature proposée une première fois en 1908 ne passera pas la rampe, au Conseil fédéral.

Il sera cinq fois président de la Confédération en 1915, 1920, 1927, 1932 et 1937. Seule la mort mettra un terme à ses fonctions politiques. Il contribuera à moderniser et à laïciser le parti conservateur de son canton. Il fera également beaucoup pour ancrer le Tessin à la Confédération.

Giuseppe Motta parvient à influencer l’opinion des catholiques suisses, contribuant ainsi au succès de la votation populaire du 16 mai 1920 qui ratifie l’entrée de la Suisse dans la Société des Nations.

Publicités

23 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 23 janvier – 1920 – Bientôt la proportionnelle

Veille de vote

23 janvier Plakat_Majorz_ProporzDans le régime proportionnel vous avez la lutte apaisante, dans le régime majoritaire vous avez la paix mortelle ou la lutte imprégnée de tous les poisons de la haine et de la discorde. Ce 23 janvier 1920, Le Confédéré invite le président de la Confédération Giuseppe Motta dans le débat cantonal sur l’élection du Grand conseil au système proportionnel.

Le lendemain, son concurrent Le Nouvelliste plaide dans le même sens. Appliquant facultativement ce mode de scrutin au communal, le possédant au fédéral, ce serait un défi au bon sens, une imprudence politique inqualifiable, disons le mot: une bêtise, de le repousser au cantonal. Malgré cette rare communion, le vote reste incertain.

Le dimanche 25 janvier, 7799 Valaisans diront oui au projet et 5094 le rejetteront. Tous les districts francophones l’acceptent, alors que tous les districts haut-valaisans le refusent. La frontière est bien marquée, mais le Valais accepte tout de même le régime proportionnel que le peuple suisse avait accepté pour le Conseil national le 13 octobre 1918 et appliqué aux élections de 1919.

16 mai 2013

16 mai

La Société des Nations (1920)

16 mai votation-sdn-1920_largeLa Suisse est trop fière pour ne vouloir reconnaître que des droits et non des devoirs! Le président de la Confédération Giuseppe Motta, tout comme son prédécesseur Félix-Louis Calonder qui disait: Il s’agit d’un problème d’ordre moral aussi bien que politique. L’Europe est au bord de l’abîme, une nouvelle guerre mondiale (…) serait la fin de la civilisation européenne…met tout son poids dans la bataille électorale.

Le peuple suisse suit l’avis du Conseil fédéral et accepte, le 16 mai 1920, l’adhésion du pays à la Société des Nations. Le score est serré: 416’870 oui contre 322’719 non et 10 cantons et 3 demi-cantons qui disent oui contre 9 et 3 demi-cantons qui disent non. La Suisse romande et le Tessin qui ont largement dit oui compensent la frilosité alémanique.

Jamais le gouvernement n’avait tenté d’influencer une décision avec autant d’ardeur. Car l’enjeu est immense : si la Suisse adhère, elle se coupe de ses deux puissants voisins, l’Allemagne et l’Italie, vaincus de la dernière guerre et exclus de la Société des Nations. Si la Suisse n’adhère pas, elle se coupe du reste du monde et le siège de la Société des Nations, récemment attribué à Genève, pourrait partir à Bruxelles.

Malheureusement, la Société des Nations ne réussira pas à éviter le deuxième conflit mondial et la Suisse restera frileuse devant les futures organisations supranationales.

 

Autres 16 mai

1491,

Aymon de Montfaucon devient évêque de Lausanne

1531,

Zürich ferme ses marchés aux cantons forestiers et provoque la seconde guerre de Kappel

23 janvier 2013

23 janvier

Giuseppe Motta (1940)

 

23 janvier Giuseppe_MottaCe 23 janvier 1940, la Suisse perd un de ses grands hommes d’État. Giuseppe Motta est encore en charge du Département politique au sein du Conseil fédéral lorsqu’il décède à Berne. Né à Airolo 69 ans plus tôt, il fut le premier tessinois à entrer au Gouvernement fédéral le 14 décembre 1911.

Il aura donc passé 28 ans dans le collège bernois. Les huit premières années, il dirigea le Département des Douanes et des finances avant de prendre les rênes du Département politique en 1920. La participation suisse à la Société des Nations (SdN) porte son empreinte.

Giuseppe Motta a suivi une ascension politique des plus classiques. Avocat de formation, il entre au Parlement cantonal en 1895 à l’âge de 24 ans. Il devient conseiller national 4 ans plus tard. Après 12 ans dans les travées du Palais fédéral, il accède à sa deuxième tentative, sa candidature proposée un première fois en 1908 ne passera pas la rampe, au Conseil fédéral.

Il sera cinq fois Président de la Confédération en 1915, 1920, 1927, 1932 et 1937. Seule la mort mettra un terme à ses fonctions politiques. Il contribuera à moderniser et à laïciser le parti conservateur de son canton. Il fera également beaucoup pour ancrer le Tessin à la Confédération.

Giuseppe Motta parvient à influencer l’opinion des catholiques suisses, contribuant ainsi au succès de la votation populaire du 16 mai 1920 qui ratifie l’entrée de la Suisse dans la Société des Nations.

 

Autres 23 janvier

1749,

Naissance à Lucerne du peintre Josef Reinhardt qui s’illustra dans la peinture des costumes traditionnels.

1960,

Jacques Piccard atteint le fond du Pacifique à 11 020 m dans son bathyscaphe « Trieste »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :