Valais Libre

9 janvier 2016

Histoire du Valais – 9 janvier

Filed under: c. calendrier historique du Valais — vslibre @ 3 h 00 min
Tags: ,
Michel Mageran

Michel Mageran

Publicités

4 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 4 juillet – 1618 – Acte de renonciation

Évêque bousculé

4 juillet Adreien II de RiedmattenLe grand bailli Nicolas Kalbermatter et son secrétaire d’État Sébastien Zuber donnent un délai de moins d’une heure à l’évêque Hildebrand Jost. Il exige de lui qu’il reconnaisse les VII Dizains comme pouvoir suprême et protecteur de l’Église. Les patriotes ne veulent pas de l’alliance projetée avec la France. Le pouvoir temporel leur appartient depuis la renonciation acquise en 1613 à la mort de l’évêque Adrien II de Riedmatten.

Nous nous sommes dépossédés des titres Carolins et les avons remis aux sept dizains, promettant sur notre dignité de prêtres, si d’autres titres semblables se découvraient encore, de les livrer aussitôt au pays… Le Chapitre, puis le nouvel évêque avaient dû faire cette promesse qui mettait un terme au pouvoir temporel reçu par le premier évêque du Valais saint Théodule. Malgré des protestations au pape et l’intervention des cantons catholiques, la Diète valaisanne reste ferme dans ses intentions.

L’alliance projetée avec le roi de France Louis XIII qui prenait sous sa protection l’évêque de Sion et le Chapitre de la cathédrale ne convenait pas aux Dizains qui voulait seuls avoir la protection du roi. Les patriotes soupçonnèrent l’évêque d’intriguer dans leur dos et, sous prétexte de menace extérieure, lui imposèrent cette renonciation. Hildebrand Jost n’en aura pas fini avec les vexations qui dureront encore 20 ans jusqu’à sa mort en 1638.

18 mai 2014

Calendrier historique du Valais: 18 mai – 1614 – Catholiques à la Diète

Patriotes / évêque de Sion

18 mai ErnenNous ne voulons porter atteinte aux droits et libertés d’aucune partie, ecclésiastique ou laïque, s’écrièrent-ils ; mais si, contre toute attente, l’évêque et le Chapitre souffraient une atteinte quelconque à leurs juridictions, les VII cantons catholiques les protégeraient en vertu de l’alliance… Les délégués des cantons suisses présents à la Diète, ce 18 mai 1614 se montrent satisfaits des déclarations du grand Bailli Schiner.

Les 15 articles du Conclusum d’octobre 1613 qui mettaient l’évêque de Sion sous le contrôle de la Diète et du grand bailli ont suscité l’émoi chez le nonce apostolique à Lucerne qui prie les cantons catholiques de s’assurer que le Valais reste dans la vraie foi. Le nouvel évêque de Sion Hildebrand Jost a dû renoncer à une grande part de son pouvoir temporel et les tensions sont vives avec les patriotes.

Les chanoines du Chapitre de Sion mettent du temps à répondre aux demandes du nonce, mais l’intervention des cantons catholiques les réveille. Après la Diète de mai 1614, ils demandent la révocation des articles de 1613 qu’ils ont accepté sous la menace et pour éviter des violences. La Diète refusera un retour en arrière et confirmera ses décisions en août 1614. Les tensions persisteront durant tout l’épiscopat d’Hildebrand Jost qui mourra en 1538.

1 mars 2014

Calendrier historique du Valais: 1er mars – 1656 – Calendrier Grégorien

Changement de date

1 mars gregoire-XIII-calendrier-gregorien-julien-15-octobre-1582Premier ou onze mars, la date de ce 1er mars 1656 est double. En effet, 74 ans après la décision de Rome, le Valais remplace le calendrier Julien par le calendrier Grégorien. Les tensions entre les patriotes et l’évêque tout autant que les sympathies pour les idées réformées auraient retardé cette décision prise à l’unanimité sauf quelques disparités par la Diète de 1655.

Le calendrier promulgué par Jules César en l’an 46 selon les indications de l’astronome grec Sosigène impliquait un décalage de 1 jour chaque 130 ans entre la révolution de la Terre autour du soleil et l’année du calendrier. Le pape Grégoire XIII impose un nouveau découpage. Ainsi le jeudi 4 octobre 1582 sera immédiatement suivi du vendredi 15 octobre.

Les patriotes valaisans voulant enlever le pouvoir temporel à l’évêque s’opposent régulièrement à ses ordonnances. En 1622, le nonce apostolique à Lucerne intervient, le Bas-Valais se soumet, mais le Haut refuse et propose au nonce, en 1628, de déposer l’évêque Hildebrand Jost en échange de l’adoption du nouveau calendrier. Finalement, sous l’épiscopat plus tranquille d’Adrien IV de Riedmatten, la Diète accepte le calendrier Grégorien. Les protestants ne sont pas aussi dociles et il faudra attendre 1812 pour que toute la Suisse utilise le même calendrier.

9 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 9 janvier – 1634 – Mageran et Caroline

Renonciation définitive

 

Michel Mageran

Michel Mageran

Le rêve des Patriotes valaisans de séparer le temporel du spirituel se réalise enfin ce 9 janvier 1634. Le grand bailli Michel Mageran, chef des patriotes et à la tête du clan calviniste encore très influent à Sion et à Loèche, obtient un nouvel engagement de l’évêque et du Chapitre de la cathédrale à renoncer à la Caroline.

Ironiquement, c’était après la victoire du catholicisme sur le protestantisme en Valais que, en 1603, l’évêque Hildebrand de Riedmatten invoque la prétendue donation du comté du Valais à l’évêque de Sion par Charlemagne pour justifier son pouvoir. Dès lors, les Patriotes vont avoir à coeur d’abolir cette Caroline.

Adrien II de Riedmatten, au moment de son accession à l’évêché en 1604, prendra le titre provocateur de préfet et comte de tout le Valais.Les Patriotes profitent de sa mort en 1613 pour imposer au chapitre, puis au nouvel évêque la renonciation à la Caroline et un Conclusum de 15 articles qui modifient profondément la répartition des pouvoirs entre la Diète et l’évêque. Mais Hildebrand Jost, malgré sa signature initiale, ne s’avoue pas vaincu. Il va même plaider sa cause à Rome qui ne le soutient pas. Il finit par plier et signer ce nouvel accord.

22 décembre 2013

Calendrier historique du Valais: 22 décembre – 1637 – Chapitre et Caroline

Renonciation définitive 

 

Monnaie d'Hildebrand Jost

Monnaie d’Hildebrand Jost

La prétendue donation du Valais à saint Théodule par l’empereur Charlemagne fait de l’évêque de Sion non seulement le représentant du pouvoir spirituel, mais également le chef politique de la région. L’évêque de Sion est aussi comte du Valais. Les Patriotes, les représentants de la noblesse du canton, luttent farouchement au début du XVIIe siècle pour changer cette situation.

À la mort d’Adrien II de Riedmatten, en 1613, les Patriotes obtiennent du chapitre la renonciation à la Caroline. Hildebrand Jost, l’évêque fraîchement élu, la signe dès son élection à l’évêché. Les manifestations d’indépendance des Patriotes se multiplient. Hildebrand Jost est gardé à vue; il est dépouillé de toutes ses prérogatives politiques. Craignant pour sa vie, il accepte de s’établir à Lucerne auprès du nonce.

Il se rend ensuite à Rome pour y plaider sa cause avant de regagner son diocèse en 1630. À son retour, il est arrêté et incarcéré au manoir d’Étiez. Il ne revoit sa capitale que vers la mi-novembre. Trois ans plus tard, le 9 janvier 1634, l’évêque et le chapitre renoncent définitivement à la Caroline. Ce 22 décembre 1637, le chapitre confirme cette décision, les Patriotes ont atteint leur but.

2 décembre 2013

Calendrier historique du Valais: 2 décembre – 1617 – Mageran et le monopole du sel

Michel Mageran

2 décembre LoècheSi la figure valaisanne la plus marquante du 17e siècle a sans conteste été Gaspard Jodoc Stockalper, l’homme d’affaires de Brigue a eu un précurseur en la personne de Michel Mageran. Le natif de Loèche saura se hisser aux plus hautes tâches de l’État et sera un acteur majeur des luttes pour que cesse le pouvoir temporel de l’évêque de Sion.

En ce mois de décembre 1617, la Diète lui renouvelle le monopole du commerce du sel en Valais pour 10 ans. En ses mains depuis 1608, ce commerce va faire de Michel Mageran une des fortunes les plus considérables de son époque. 10 ans plus tard, en 1627, il obtiendra également la concession exclusive de l’agaric (champignon de Paris) durant trois ans. En 1634, il aura le monopole d’exploitation des mines d’or, d’argent, de plomb et de fer que personne n’exploite encore.

Mais Michel Mageran sera aussi un acteur politique de premier plan. Né à Loèche dans une famille protestante vers 1575, il se convertira au catholicisme en 1624 pour accéder aux charges politiques. Gouverneur de Monthey, secrétaire d’État et grand bailli du Valais. Il combat vigoureusement l’évêque de Sion Hildebrand Jost et ses droits temporels. Il esquissa une forme de gouvernement centralisé. Michel Magera mourra en 1638.

7 novembre 2013

Calendrier historique du Valais: 7 novembre – 1615 – lettre de Rome

Chapitre remit à l’ordre

7 novembreComte vert-1… oublieux de votre salut, vous continuer à croupir dans la voie de l’iniquité, et avec des moeurs et des actes pervers, vous menez une vie effrénée et scandaleuse. Vous ne vous soumettez à aucune loi, aucune correction, aucune réforme, pas même à votre évêque… Ces mots très durs sont écrits par le nonce apostolique dans une lettre adressée au chanoine du Chapitre de la cathédrale de Sion ce 7 novembre 1615.

Il tente de remettre à l’ordre les membres du Chapitre qui, depuis l’élection du jeune évêque Hildebrand Jost deux ans plus tôt, freinent son zèle apostolique. Bien des chanoines semblent favorables aux idées nouvelles répandues par la Réforme. L’évêque qui doit faire face aux patriotes qui ont imposé la renonciation à la Caroline avant l’élection de 1613 a besoin du soutien de Rome.

… écartez les scandales, craignez Dieu, servez l’Église, et soutenez ses droits et ses juridictions, montrez-vous respectueux envers votre pasteur et votre prélat et lui soyez obéissant… La lettre se termine par des encouragements. Malgré cela, les 20 ans de règne épiscopal d’Hildebrand Jost seront tumultueux. Sa mort marquera la fin des grandes luttes religieuses en Valais.

27 octobre 2013

Calendrier historique du Valais: 27 octobre – 1627- Convocation fédérale

Procès Stockalper

Mageran

Mageran

Les tensions religieuses n’épargnent pas le Valais en ce début du XVIIe siècle. Les patriotes emmenés par le secrétaire d’État Mageran s’opposent régulièrement à l’évêque de Sion. Ils réclament l’expulsion des jésuites. Devant cette agitation, les cantons catholiques, alliés du Valais, s’inquiètent de cette dérive et de la présence de protestant en Valais.

L’État et le Chapitre sont priés d’envoyer, ce 27 octobre 1627, leurs représentants auprès de l’assemblée fédérale. Ils n’obtempèreront pas. En effet, à cette époque, ils sont trop occupés à un grand procès qui divise le canton. Les patriotes accusent Antoine Stockalper, ancien gouverneur de Saint-Maurice et ancien capitaine d’une compagnie valaisanne dans le Piémont, de haute trahison.

Voulant profiter des tensions entre les patriotes et l’évêque, Antoine Stockalper prépare un complot. Il incite l’évêque à conclure une alliance avec l’Espagne. Le complot est découvert et Antoine Stockalper est arrêté le 5 septembre 1627. On l’accuse d’avoir voulu faire tuer les principaux chefs des patriotes. Il avoue tout sur le banc de torture et, le 27 novembre, il est condamné. Sa tête roulera le 4 décembre.

Finalement, au début 1628, L’État et le Chapitre répondront à l’invitation fédérale et l’évêque Hildebrand Jost sera appelé à Rome.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :