Valais Libre

30 mai 2018

Notes de lecture

Filed under: f. livres divers — vslibre @ 11 h 00 min
Tags: ,

Albert Ladouceur (1952 – 2015)

Albert Laboureur

« C’est en 1979 qu’Albert Ladouceur s’est joint au Journal de Québec. À cette époque, l’Association mondiale de hockey (AMH) fusionnait avec la Ligue nationale de hockey (LNH) et les Nordiques passaient dans le grand circuit. Il a dès lors été affecté à la couverture de l’équipe sur une base quotidienne, mission dont il s’est acquitté avec aplomb pendant les 16 années d’existence de l’équipe.

À la suite du départ des Bleus, il a notamment assuré la couverture des Rafales, dans la Ligue internationale de hockey, avant d’être nommé chroniqueur de la section sportive, un rôle clé qu’il a occupé jusqu’à sa retraite forcée par ses graves ennuis de santé.

Avant de se joindre au Journal, Albert avait débuté au Courrier de Laval. Il a par la suite œuvré à compter de 1973 au défunt Montréal-Matin, où il était principalement affecté à la couverture de la boxe et du Canadien de Montréal. » Journal de Québec, Stéphane Cadorette, vendredi 22 mai 2015

 

Raconte-moi les Nordiques (2015)

Traditionnellement, le dernier jour de l’année Maurice fait une partie de hockey avec son neveu Pierre-Olivier âgé de 12 ans sur une patinoire extérieure qu’il entretient pour la ville. Cette rencontre ainsi que le repas familial qui suit est une occasion pour Maurice de se plonger dans ses souvenirs. Admirateur des Nordiques de Québec, il raconte à son neveu l’épopée de cette équipe de hockey.

Un des hauts faits de cette aventure est digne d’un roman d’espionnage. En août 1980, à Innsbruck en Autriche, à la fin de la Coupe d’Europe de hockey, les frères Stasny vont s’enfuir vers le Canada en passant par la Suisse. Marcel Aubut, le président des Nordiques, s’est déplacé lui-même pour permettre à Anton et Peter Stasny de quitter illégalement la Tchécoslovaquie derrière le rideau de fer. Moins d’une année plus tard, Marian, le troisième frère, rejoindra lui aussi Québec.

Dès lors, l’équipe qui a commencé son parcours en 1972 dans l’Association mondiale de hockey AMH. Elle remportera le trophée AVCO de l’association rivale de la LNH cinq ans plus tard. En 1979, les deux associations fusionneront et les Nordiques de Québec pourront dès lors se mesurer à leurs rivaux préférés, le Canadien de Montréal. Malheureusement, en 1995, l’équipe est vendue et devient l’Avalanche du Colorado et déménage à Denver.

Publicités

25 mai 2015

25 mai 1995 – Les Nordiques vendus

Le hockey déménage

La Une du Soleil

La Une du Soleil

Les nouvelles exigences de l’industrie du hockey, la taille du marché de Québec et l’absence d’une aide gouvernementale adéquate sonnent le glas des Nordiques de Québec. L’annonce, ce 25 mai 1995, de la vente du club de hockey de la Capitale nationale vient assommer les fans de la région. Marcel Aubut, un des propriétaires, annonce en conférence de presse que les Nordiques ont été vendus au groupe américain Comsat Video pour la somme de 75 millions de dollars américains. L’équipe devient l’Avalanche du Colorado et prend la direction de Denver.

Les Nordiques de Québec ont été créés en 1972 et faisaient partie de l’AMH, l’Association mondiale de hockey, une ligue concurrente de la Ligue nationale de hockey (LNH). Les deux ligues fusionneront en 1979 et les Nordiques poursuivront leur carrière dans la compétition la plus prestigieuse du monde du hockey. Avez-vous toujours de l’intérêt pour nous? Nous sommes prêts! Ces quelques mots de Peter Stasny adressé par téléphone à Marcel Aubut lancent une rocambolesque évasion qui va permettre de voir les trois frères Peter, Anton et Marian jouer pour les Nordiques après leur évasion de la Tchécoslovaquie.

Le printemps 1995 est celui de tous les espoirs sportifs, les Nordiques terminent en tête de l’Association de l’Est. Ça sent la coupe Stanley à Québec. Malheureusement, le 16 mai le rêve prend fin avec l’élimination face aux Rangers de New York. Quelques jours plus tard, le couperet tombe et c’est l’Avalanche du Colorado qui gagnera la coupe Stanley dès la saison suivante. Les dirigeants de l’époque voulaient un nouveau Colisée. Il ouvrira ses portes en 2015, vingt ans après la vente de l’équipe.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :