Valais Libre

2 décembre 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

2 décembre – Le « Roi des Suisses » à Notre-Dame (1582)

Pfyffer devant le roi Henri III

Deux coussins d’écarlate supportent délicatement deux parchemins aux armes du roi de France et des cantons helvétique. Henri III et Louis Pfyffer jurent solennellement alliance ce 2 décembre 1582. Un serment de plus entre les deux nations, mais un serment très hypocrite cette fois.

Louis Pfyffer est considéré comme le roi des Suisses par le roi de France. N’a-t-il pas sauvé la royauté lors de la fuite de Meaux en 1567? Pfyffer veut récupérer les arriérés de solde, le royaume de France est mauvais payeur. Le roi Henri III doit faire face à la Ligue de Guise farouchement opposée aux protestants, il a donc besoin de l’appui des Suisses. Pfyffer, lui, complote déjà avec les Guise, il est un catholique convaincu.

Mais en ce jour de fête, on jure solennellement fidélité et assistance. Les arrière-pensées se concrétiseront plus tard. Pfyffer insiste auprès du roi pour qu’il autorise de Duc de Savoie, le jeune Charles-Emmanuel à s’emparer de Genève. Le roi refuse.

Cinq ans plus tard, Pfyffer soutiendra ouvertement la Ligue des Guise, mais les cantons protestants resteront fidèles à la couronne de France. Les soldats suisses se retrouveront donc face à face, notamment à la bataille d’Ivry.

Publicités

6 octobre 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

6 octobre – Le roi des Suisses (1569)

Louis Pfyffer devant Charles IX

C’est un chef rempli de cœur et de prudence, qui n’est jamais précipité dans ses vues ni dans ses entreprises, mais qui pèse tout avec mesure, agissant toujours avec sagesse. Il fait exactement observer la discipline militaire et ne souffre dans son corps aucuns joueurs ni gens inutiles. Il craint Dieu, observe religieusement la foi catholique, respecte les prêtres, fait de grandes aumônes aux pauvres; en un mot, il possède toutes les qualités qui font un honnête homme.

Ce panégyrique est l’oeuvre d’un subordonné de Louis Pfyffer. Lorsque le colonel Pfyffer rentre à Lucerne en ce 6 octobre 1569, sa gloire est immense. En France, il est considéré comme le roi des Suisses. Sa défense de Charles IX et de la reine-mère, Catherine de Médicis, a été héroïque et décisive.

Mais ce qui lui tient le plus à cœur, c’est la défense de la religion catholique. Nous marchons pour garder le jeune roy dans la foi. La devise inscrite sur les bannières suisses est éloquente. Après avoir sauvé la France, il devient le bras armé de la contre-réforme en Suisse. Il finance la création d’un collège à Lucerne pour accueillir les jésuites.

Il continuera son service en France en se mettant au service de la Ligue et des Guises pour punir le roi Henri III de n’avoir toujours pas réglé les dettes envers son régiment. Sa fougue et sa détermination menaceront l’unité confédérale.

6 octobre 2012

6 octobre

Le roi des suisses (1569)

 

Louis Pfyffer se met au service de Charles IX

C’est un chef rempli de cœur et de prudence, qui n’est jamais précipité dans ses vues, ni dans ses entreprises, mais qui pèse tout avec mesure, agissant toujours avec sagesse. Il fait exactement observer la discipline militaire et ne souffre dans son corps aucun joueur ni gens inutiles. Il craint Dieu, observe religieusement la foi catholique, respecte les prêtres, fait de grandes aumônes aux pauvres; en un mot, il possède toutes les qualités qui font un honnête homme.

Ce panégyrique est l’oeuvre d’un subordonné de Louis Pfyffer. Lorsque le colonel Pfyffer rentre à Lucerne en ce 6 octobre 1569, sa gloire est immense. En France, il est considéré comme le roi des suisses. Sa défense de Charles IX et de la reine mère Catherine de Médicis a été héroïque et décisive.

Mais ce qui lui tient le plus à cœur, c’est la défense de la religion catholique. Nous marchons pour garder le jeune roy dans la foi. La devise inscrite sur les bannières suisses sont éloquentes. Après avoir sauvé la France, il devient le bras armé de la contre-réforme en Suisse. Il finance la création d’un collège à Lucerne pour accueillir les jésuites.

Il continuera son service en France en se mettant au service de la Ligue et des Guises pour punir le roi Henri III de n’avoir toujours pas réglé les dettes envers son régiment. Sa fougue et sa détermination menaceront l’unité confédérale.

 

Autres 6 octobre

 

1815,

Première réunion de la Société helvétique des sciences naturelles à Mornex (GE)

 

1886,

Naissance à Bâle de Edwin Fischer qui deviendra un pianiste virtuose.

 

1887,

Naissance à la Chaux-de-Fonds de Charles-Edouard Jeanneret qui sera un architecte mondialement connu sous le nom de Le Corbusier.

 

1905,

Adoption de la loi fédérale qui donne naissance à la Banque Nationale Suisse qui ouvrira ses portes en 1907.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :