Valais Libre

9 avril 2015

9 avril 1682 – Prise de possession de la Louisiane

René-Robert Cavalier de la Salle

Prise de possession de la Louisiane

Prise de possession de la Louisiane

Découverte fort inutile et qu’il faut dans la suite empêcher de pareilles découvertes. Le roi de France Louis XIV fait bien peu de cas du cadeau que lui offre, ce 9 avril 1682, René-Robert Cavelier de la Salle. Entouré de ses vingt-deux compagnons d’expédition et sous les yeux des Amérindiens locaux, l’explorateur fait face à l’embouchure du grand fleuve. Avec toute la solennité possible, il baptise Louisiane, en l’honneur du Roi-Soleil, la très vaste région qui s’étend du golfe du Mexique aux Grands Lacs.

Né à Rouen le 22 novembre 1643 dans une famille de riches marchands, il arrive en Nouvelle-France en 1669 et entre, trois ans plus tard au service du gouverneur Louis Buade, comte de Frontenac. Cavelier de la Salle qui connaît bien les Iroquois dont il parle la langue, se voit confier des missions de pacification. Il fondera Fort Frontenac, aujourd’hui Kingston dans la région des Grands Lacs, mais n’empêchera pas la guerre entre les Iroquois et les colons français et leurs alliés, les Hurons.

En 1682, il par de Montréal sur les traces de Louis Jolliet qui avait reconnu le Mississippi sans aller jusqu’à son embouchure. Après sa découverte il rentre en France où le roi, malgré son désintérêt, lui accorde le droit d’ouvrir une nouvelle colonie. Cavelier de La Salle prend la route de la Louisiane avec quatre vaisseaux et 320 émigrants. Malheureusement, il se trompe et aborde sur une côte inconnue du Texas actuel. Il sera tué le 17 mars1687 par un rescapé qui ne supportait plus sa brutalité.

Publicités

22 avril 2014

Philip Marchand ( 19…- …)

marchandPhilip Marchand, qui descend de colons français du Québec, est né et a grandi à Pittsfield dans le Massachusetts. Il est ensuite venu étudier à l’université de Toronto où il s’est finalement marié et établi. Dès 1971, il est journaliste pigiste pour différents magazines. Il travaillera également pour la radio et la télévision.

La biographie qu’il a rédigée en 1989 du gourou de la communication, Marshall McLuhan. The Medium and the Messenger, demeure un ouvrage de référence pour comprendre la vie et l’œuvre de McLuhan. Parmi ses autres livres se trouve un recueil de ses articles pour des magazines, Just Looking, Thank You, un roman policier, Deadly Spirits, et un recueil de ses critiques littéraires, Ripostes.Reflections on Canadian Literature.

Philip Marchand vit aujourd’hui à Toronto où il est critique littéraire pour le Toronto Star.

L’empire fantôme (2008)

Marchand livreDe par très haut, très puissant, très invincible et victorieux prince Louys le Grand, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, quatorzième de ce nom, ce aujourd’hui 9 avril (…) ai pris possession (…) de ce pays de la Louisiane… René-Robert Cavelier de La Salle prononce ces paroles solennelles en ce début de printemps 1682 lorsqu’il atteint l’embouchure du Mississippi. L’explorateur est entouré de onze compagnons d’exploration pour ce moment historique.

Il bourlinguera encore 5 ans avant de trouver la mort le 19 mars 1687 victime d’un assassinat au Texas. Nous suivons ses pérégrinations en même temps que celles de Philip Marchand. L’auteur parcourt les traces de celui qui aurait pu faire basculer le destin de l’Amérique du Nord. En cette fin de XVIIe siècle, la présence française est importante et les découvertes, si elles avaient pu être valorisées aurait pu engendrer un empire.

Un empire francophone, s’étendant à plusieurs milliers de kilomètres au-delà du Québec, qui aurait été de religion catholique et dans lequel les peuples autochtones auraient pu jouer un rôle différent. La thèse de Marchand se défend, mais à défaut de se réaliser, elle laissera des traces francophones qui s’estompent petit à petit. Des Grands Lacs au delta du Mississippi, le périple vaut le détour.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :