Valais Libre

27 avril 2015

27 avril 1942 – Plébiscite sur la conscription

Filed under: ca. calendrier historique du Canada — vslibre @ 8 h 38 min
Tags: , ,

Division canadienne

04.27 Conscription1942Consentez-vous à libérer le gouvernement de toute obligation résultant d’engagements antérieurs restreignant les méthodes de mobilisation pour le service militaire ? Ce 27 avril 1942, le Canada répond OUI à 63,7 % à la question posée par son gouvernement. Le Québec aura, comme lors de la conscription pour la Premième Guerre mondiale, une réponse toute différente. Le NON l’emporte à 71,2 % dans la province. Ce taux de rejet avoisine les 85 % si l’on ne prend en compte que les votes francophones. Le pays est à nouveau fortement divisé.

Ce vote de race, comme l’ont appelé certains, oblige le premier ministre MacKenzie King à faire preuve de prudence s’il ne veut pas plonger le pays dans une nouvelle crise. Le Gouvernement que je dirige ne présentera pas de mesures de conscription des Canadiens pour le service outre-mer. Cette déclaration du premier ministre en juin 1941 l’oblige à tenir un plébiscite pour se libérer de sa parole si le peuple est d’accord. Après l’entrée en guerre des États-Unis et l’évolution du conflit en Europe, les contingents de volontaires canadiens, près de 125 000 hommes s’étaient engagés, ne suffisent plus.

L’ambiance est électrique au Canada, les journaux anglophones traitent de lâches, de traîtres et de racistes les Canadiens-français. Mais, même s’il y a quelques troubles à Montréal, les choses se calment et finalement peu de troupes recrutées suite à la Loi sur la mobilisation des ressources nationales seront envoyées outre-mer. Le pari politique du premier ministre MacKenzie King est réussi. Il évite de s’embourber dans une crise politique et demeure au pouvoir jusqu’à sa retraite en 1948.

23 mars 2015

23 mars 1905 – Lomer Gouin premier ministre

Dissensions libérales

Lomer Gouin

Lomer Gouin

Dites-lui [au public]seulement que tout va bien. Le commentaire à la presse du nouveau premier ministre est laconique. Ce 23 mars 1905 Lomer Gouin est assermenté, avec son gouvernement, devant le lieutenant-gouverneur de Québec. Sa démission de ministre, en février 1905, aura causé la chute du premier ministre Simon-Napoléon Parent. De fortes dissensions internes au Parti libéral du Québec suite aux élections anticipées de 1904 créent des remous que le nouveau chef du gouvernement veut apaiser.

Frondeur, avec une volonté de profondes réformes en éducation, Lomer Gouin n’est pas bien vu par le clergé. Il va leur donner des gages et conduire une politique prudente. Il poursuit dans la tradition libérale en encourageant le développement des richesses naturelles par le capital étranger. La province vit alors une intense phase d’industrialisation. La situation économique favorable et l’impopularité des conservateurs contribuent aux immenses majorités qu’il obtient lors des élections générales de 1908, 1912, 1916 et 1919.

Lomer Gouin évoluera, après sa démission en 1920, sur la scène fédérale, un phénomène inusité pour un premier ministre du Québec. Élu à la Chambre des communes, il devient ministre de la Justice dans le gouvernement de William Lyon Mackenzie King (1921-1924). Il terminera sa longue carrière politique comme lieutenant-gouverneur de la province de Québec, en 1929. Il occupe ce poste lorsqu’il décède, en mars de cette même année.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :