Valais Libre

8 septembre 2016

Histoire du Canada – 8 septembre

Filed under: ca. calendrier historique du Canada — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,
Les Anglais triomphent.

Les Anglais triomphent.

Publicités

2 août 2016

Histoire du Canada – 2 août

Bronze représentant Charles Le Moyne, faisant partie du monument à Maisonneuve situé à la Place d'Armes, œuvre de Louis-Philippe Hébert

Bronze représentant Charles Le Moyne, faisant partie du monument à Maisonneuve situé à la Place d’Armes, œuvre de Louis-Philippe Hébert

14 juillet 2016

Histoire du Canada – 14 juillet

Filed under: ca. calendrier historique du Canada — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,
Montréal est sous l'eau.

Montréal est sous l’eau.

17 mai 2016

Histoire du Canada – 17 mai

Filed under: ca. calendrier historique du Canada — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: , ,
Monument de Maisonneuve à Montréal

Monument de Maisonneuve à Montréal

25 avril 2016

Histoire du Canada – 25 avril

Filed under: ca. calendrier historique du Canada — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,
L'incendie du Parlement à Montréal, Joseph Légaré, 1849

L’incendie du Parlement à Montréal, Joseph Légaré, 1849

8 avril 2016

Histoire du Canada – 8 avril

Filed under: ca. calendrier historique du Canada — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,
Premier aqueduc de Montréal

Premier aqueduc de Montréal

30 mars 2016

Histoire du Canada – 30 mars

Filed under: ca. calendrier historique du Canada — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,
Monument de la chienne Pilote et de son maître à Montréal

Monument de la chienne Pilote et de son maître à Montréal

27 février 2016

Histoire du Canada – 27 février

Filed under: ca. calendrier historique du Canada — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: , ,
Bas-relief de la signature de l'acte de fondation de Ville-Marie, au monument à Maisonneuve de Montréal

Bas-relief de la signature de l’acte de fondation de Ville-Marie, au monument à Maisonneuve de Montréal

24 août 2015

24 août 1831 – Tocqueville au Canada

Visite d’études

Alexis de Tocqueville

Alexis de Tocqueville

Je viens de voir dans le Bas-Canada un million de Français, braves, intelligents, faits pour former un jour une grande nation française en Amérique, qui vivent en quelque sorte en étrangers dans leur pays. Le peuple conquérant tient le commerce, les emplois, la richesse, le pouvoir. Il forme les hautes classes et domine la société entière. Le peuple, conquis, partout où il n’a pas l’immense supériorité numérique perd peu à peu ses mœurs, sa langue, son caractère national. Trois mois après son passage au Canada, Alexis de Tocqueville s’inquiète pour l’avenir de la francophonie en Amérique du Nord.

Ce 24 août 1831, l’homme politique, philosophe et historien français arrive à Montréal. Parenthèse dans son voyage en Amérique, son séjour québécois durera jusqu’au 2 septembre. Sacuriosité l’a poussé à venir voir par lui-même cette nation française [qui] s’y est conservée intacte : on y a les mœurs et on y parle la langue du siècle de Louis XIV. Il sera surpris de ce qu’il découvre lors d’une enquête qui, comme à son habitude, se veut rigoureuse. Elle suit un plan bien établi avec des questions précises posées d’abord à des interlocuteurs choisis minutieusement, puis au grand public selon le hasard des rencontres.

Venu en Amérique pour un long séjour qui durera du 9 mai 1831 au 20 février 1832, Alexis de Tocqueville rédigera son chef-d’œuvre De la démocratie en Amérique en 1835. Il ne parlera que peu de son passage au Canada, sauf dans différentes correspondantes privées. Séduit par la beauté des paysages, il s’inquiètera du sort des autochtones, tout autant que celui des Français sous domination anglaise. Je n’ai jamais été plus convaincu qu’en sortant [de ce tribunal] que le plus grand et le plus irrémédiable malheur pour un peuple c’est d’être conquis, conclura-t-il après sa visite au tribunal de Québec.

25 juillet 2015

25 juillet 1952 – Radio-Canada en direct

Du sport en direct

Des amateurs de baseball regardant une partie à la télévision.

Des amateurs de baseball regardant une partie à la télévision.

Trois caméras sont positionnées sur le toit du stade De Lorimier à Montréal. Ce 25 juillet 1952, Radio-Canada diffuse la première émission de télévision en direct au Canada. Il s’agit d’un match de baseball opposant les Cubs de Springfield et les Royaux de Montréal. Gérald Renaud, un pionnier de la télévision au Canada, met en ondes cette émission pour le plus grand plaisir des possesseurs d’un appareil de télévision. Les États-Unis avaient déjà diffusé des parties de la série mondiale de baseball en 1951.

La télévision prendra son essor au Canada en cette année 1952. Dès le mois de septembre, une chaîne voit le jour à Montréal, CBFT propose une programmation bilingue aux téléspectateurs. En août 1952, Radio-Canada commence à diffuser des émissions jeunesse. À Montréal, on compte déjà 7500 postes de télévision. La retransmission de compétitions sportives prendra rapidement une place dans la grille horaire de CBFT. Le 27 août, les débuts des Alouettes feront l’objet d’un reportage. Le 11 octobre, les deux dernières périodes de la joute du Canadien seront également présentées en direct.

Les Canadiens français découvrent dès lors les téléromans et le Téléjournal. La télévision est tellement populaire que, en 1956, plus de la moitié des foyers possède leur propre appareil. La télévision participe à l’essor des médias de masse. Les publicistes profitent de cet avantage et la télévision devient un moyen rapide pour convaincre les consommateurs. Dès 1955, des stations s’implantent dans diverses villes du Québec et proposent des programmes personnalisés.

Page suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :