Valais Libre

28 août 2017

150 ans de la confédération canadienne – Histoire littéraire francophone

Filed under: e. Auteurs québécois — vslibre @ 4 h 30 min
Tags: ,

André Langevin (1927-2009)

André Langevin

Né à Montréal en 1927, André Langevin perd ses parents alors qu’il est encore en bas âge. Il séjournera dans de nombreux orphelinats durant sept ans. Cette expérience influencera grandement son oeuvre. Après avoir obtenu un diplôme au collège de Montréal, il commence une carrière de journaliste au Devoir.

Il y sera responsable de la rubrique littéraire entre 1945 et 1948. Dans le même temps, il écrit également des articles politiques et des chroniques pour différents autres journaux. Il travaillera ensuite à Radio-Canada où il sera rédacteur d’information. En 1967, il remporte le prix Liberté pour son travail journalistique.

En parallèle, il écrit des romans en deux temps. Entre 1951 et 1957, il publie trois romans et une pièce de théâtre avant un long silence littéraire. Il publiera encore deux romans dans les années 70. Poussière sur la ville, paru en 1953, marque un tournant dans la littérature québécoise: le roman quitte le terroir pour s’occuper plus des passions humaines.

Poussière sur la ville (1953)

Le docteur Lafleur, vieillissant, voit arriver avec bonheur un jeune médecin pour l’épauler dans sa tâche. La ville minière de Macklin tourne autour de l’amiante. Une poussière emplit l’espace à chaque explosion. C’est dans ce décor industriel et étouffant qu’Alain Dubois et sa femme Madeleine débutent leur mariage.

Ils se sont rencontrés peu de temps avant. Ils ne viennent pas du même monde. Il descend de la bourgeoisie, elle vient de la classe laborieuse. Ils ne vivent pas selon le même modèle. Alain est ancré dans la tradition, Madeleine est éprise de liberté. La vie à Macklin va révéler leurs différences. Si Alain aime éperdument sa femme, il est prêt à tous les compromis, les règles sociales ne lui permettront pas de la garder.

Madeleine aime la compagnie des ouvriers. De ses passages chez Kouri, l’établissement où se retrouvent les mineurs au changement d’équipes, va naître le drame. Madeleine tombera amoureuse de Richard. Alain tolèrera l’adultère, mais les clients déserteront son cabinet. Ce sera la descente en enfer pour Madeleine. Elle finira par s’ôter la vie.

Publicités

23 juillet 2013

Un auteur québécois: André Langevin, Poussière sur la ville

André Langevin (1927-2009)

langevin_andreNé à Montréal en 1927, André Langevin perd ses parents alors qu’il est encore en bas âge. Il séjournera dans de nombreux orphelinats durant sept ans. Cette expérience influencera grandement son oeuvre. Après avoir obtenu un diplôme au collège de Montréal, il commence une carrière de journaliste au Devoir.

Il y sera responsable de la rubrique littéraire entre 1945 et 1948. Dans le même temps, il écrit également des articles politiques et des chroniques pour différents autres journaux. Il travaillera ensuite à Radio-Canada où il sera rédacteur d’information. En 1967, il remporte le prix Liberté pour son travail journalistique.

En parallèle, il écrit des romans en deux temps. Entre 1951 et 1957, il publie trois romans et une pièce de théâtre avant un long silence littéraire. Il publiera encore deux romans dans les années 70. Poussière sur la ville, paru en 1953, marque un tournant dans la littérature québécoise: le roman quitte le terroir pour s’occuper plus des passions humaines.

Poussière sur la ville (1953)

Langevin livreLe docteur Lafleur, vieillissant, voit arriver avec bonheur un jeune médecin pour l’épauler dans sa tâche. La ville minière de Macklin tourne autour de l’amiante. Une poussière emplit l’espace à chaque explosion. C’est dans ce décor industriel et étouffant qu’Alain Dubois et sa femme Madeleine débutent leur mariage.

Ils se sont rencontrés peu de temps avant. Ils ne viennent pas du même monde. Il descend de la bourgeoisie, elle vient de la classe laborieuse. Ils ne vivent pas selon le même modèle. Alain est ancré dans la tradition, Madeleine est éprise de liberté. La vie à Macklin va révéler leurs différences. Si Alain aime éperdument sa femme, il est prêt à tous les compromis, les règles sociales ne lui permettront pas de la garder.

Madeleine aime la compagnie des ouvriers. De ses passages chez Kouri, l’établissement où se retrouvent les mineurs au changement d’équipes, va naître le drame. Madeleine tombera amoureuse de Richard. Alain tolèrera l’adultère, mais les clients déserteront son cabinet. Ce sera la descente en enfer pour Madeleine. Elle finira par s’ôter la vie.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :