Valais Libre

2 juin 2015

2 juin 1615 – Arrivée des premiers missionnaires à Québec

Évangélisation

Père Joseph Le Caron et Champlain

Père Joseph Le Caron et Champlain

Alors, je jugeai à part moi que ce serait faire grande faute si je n’employais à leur [aux peuples n’ayant ni foi ni loi, vivant sans Dieu et sans religion, comme bêtes brutes] préparer quelque moyen pour les faire venir à la connaissance de Dieu. Et pour y parvenir, je me suis efforcé de rechercher quelques bons religieux qui eussent le zèle et affection, à la gloire de Dieu. Le voeu de Samuel de Champlain se réalise ce 2 juin 1615, les premiers missionnaires récollets de Rouen arrivent à Québec grâce à l’appui des prélats français convaincus par un ami de Champlain de soutenir cette mission.

Denis Jamet, Jean Dolbeau, Joseph Le Caron et le frère Pacifique Duplessis, désignés par cette mission lointaine, sont les premiers à poser le pied à Québec. Peu de temps après leur arrivée, le père Joseph Le Caron se rend en Huronie où il célèbre la première messe, en présence de Samuel de Champlain. Ils construisent ensuite une maison et une chapelle à Québec. Ces premiers missionnaires catholiques commencent alors leur mission et tentent de convertir les autochtones au christianisme.

En 1625, ce sera le tour des Jésuites de venir dans la colonie. Les Récollets appellent cette congrégation pour leur venir en aide. Les Jésuites avaient dû quitter l’Acadie en 1613 et cherchaient depuis lors à revenir évangéliser la Nouvelle-France. Les pères Charles Lallemand, Jean de Brébeuf et Enémond Massé arrivent accompagnés de deux frères, Gilbert Burel et François Carton. Les premières religieuses arriveront en 1639, les ursulines pour s’occuper de l’instruction des filles et les augustines pour fonder l’Hôtel-Dieu, le premier hôpital de la Nouvelle-France.

30 avril 2012

1857 – Madame Bovary, Gustave Flaubert (1821 – 1880)

Emma Bovary est malheureuse. Toute sa vie, elle se sentira malheureuse, incomprise et déçue de son destin. Elle finira par se suicider en avalant de l’arsenic. Pourtant son mari, Charles l’aime. Il ne lui survivra pas longtemps, le chagrin le tuera. Ils laisseront une petite orpheline : Berthe.

Au moment d’épouser Charles, Emma est sûre de l’aimer et de vivre avec lui une grande passion. Mais bientôt son médiocre médecin de mari ne suffira plus à ses rêves. Elle aimera Rodolphe qui n’osera pas s’enfuir avec elle, il préfèrera la quitter. Ce sera ensuite Léon qui sera le fruit d’une passion. Mais les dettes et la vie rattraperont Emma qui préfèrera fuir dans la mort.

Gustave Flaubert a scandalisé son époque en dépeignant une femme insatisfaite de son sort, mais il nous offre un roman qui oscille entre ombres et lumières. Emma Bovary vit dans la région de Rouen, comme son auteur, mais elle vit surtout dans les livres, elle est l’héroïne d’une oeuvre romantique et tragique.

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :