Valais Libre

23 juin 2015

23 juin 1759 – Les Anglais devant l’île d’Orléans

Début de siège

Les positions anglaises devant Québec

Les positions anglaises devant Québec

40 vaisseaux de guerre, 80 transports et 60 bateaux, la flotte anglaise est imposante. Aux bords de cette armada: 15 000 marins et 9 000 soldats, la flotte commandée par l’amiral Charles Saunders jette l’ancre devant l’île d’Orléans ce 23 juin 1759. La ville n’est défendue que par 2 900 hommes de l’armée régulière renforcée par près de 13 000 miliciens et Indiens alliés. Heureusement, elle est naturellement fortifiée et protégée par les falaises qui l’entourent de trois côtés. Tout est en place pour que se joue le sort de la Nouvelle-France.

Les Anglais ont décidé d’en finir avec la colonie française. La guerre de Sept Ans fait rage et, contrairement aux Français, les Britanniques donnent beaucoup d’importance à la campagne d’Amérique. Après la chute de la forteresse de Louisbourg à la fin juillet 1758, le Saint-Laurent est ouvert à la flotte britannique. Dès le mois de février 1759, une partie des forces quitte l’Angleterre. Elle se regroupe à Halifax avec les forces venues de Nouvelle-Angleterre. Au début du mois de mai, une avant-garde est envoyée dans le Saint-Laurent.

Les Français misaient sur les difficultés de navigation dans le fleuve. En 1711, une autre armada imposante, celle de Walker, avait fait naufrage à l’île aux Oeufs et n’avait jamais atteint Québec. Cette fois les Anglais se préparent minutieusement. James Cook, le futur explorateur du Pacifique et quelques autres marins expérimentés ont compilé minutieusement toutes les cartes existantes, fait parler des prisonniers français et remontent le fleuve en avant-garde en le sondant minutieusement et en posant des balises. Ce travail porte ses fruits, la flotte de l’amiral Saunders avance lentement, mais elle arrive sans encombre devant Québec. Le siège de Québec peut commencer.

Publicités

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :