Valais Libre

30 août 2012

1984 – L’amant, Marguerite Duras (1914 – 1996)

La jeune fille a quinze ans et demi, elle traverse un bac. Elle est remarquée par un jeune et riche chinois. L’amant de Cholen changera sa vie à travers une liaison qui bravera tous les interdits. La jeune fille de l’institutrice s’évadera, chaque soir, de sa pension dans une belle limousine noire pour retrouver son homme.

Il est tout intimidé devant la jeune fille blanche. Sa richesse ne lui permet pas d’acheter un autre avenir, une autre vie. Ils sont voués à se séparer, mais avant, il l’aime, il l’a désire. Elle aussi l’aime à sa façon, sans le savoir. L’argent du chinois lui permet d’aider sa famille, sa mère, son petit-frère et surtout son terrible grand frère qui sème la terreur et la misère autour de lui.

Construit autour des images qui refond surface depuis les tréfonds de l’enfance, le roman vole allègrement d’un temps à l’autre, de l’Indochine à la France, de l’enfance à l’âge mûr. La musique, le rythme, les mots, la poésie, tout est là pour enchanter et faire rêver le lecteur.

Publicités

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :