Valais Libre

27 mai 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: , ,

27 mai – Des Suisses dans l’espace (1931)

 Paul Kipfer et Auguste Picard 

Une cheminée d’usine passe en dessous de nous ! Le jeune physicien suisse Paul Kipfer est tout étonné. Son professeur Auguste Piccard reste flegmatique: Ils ont oublié de nous signaler, comme convenu le départ… Il n’est pas encore 4 heures du matin ce 27 mai 1931 à Augsbourg en Allemagne, mais l’histoire spatiale va faire un grand pas. Moins de trente minutes plus tard, les deux hommes sont à 15 500 m d’altitude.

L’exploration de la stratosphère peut commencer. Auguste Piccard, professeur suisse à l’Université de Bruxelles, avait obtenu en 1929 un fonds de la recherche scientifique belge pour explorer la stratosphère en ballon à gaz. Après un premier report en automne 1930 à cause de la météo, tout se déroule parfaitement jusqu’à la veille du décollage.

Un fort vent a fait tomber le ballon de son support durant la nuit. Puis, les assistants lâchent le ballon sans prévenir peu après l’embarquement des explorateurs. Très vite, ils sont confrontés à des fuites dues à la chute nocturne. Ils colmatent les brèches avec de l’étoupe et de la vaseline. Ces désagréments ne leur ont pas permis de faire les mesures prévues durant la montée, mais ils peuvent apprécier pour la première fois l’image de la rotondité de la terre.

Ils auront le temps de bien l’observer, car le système qui devait leur permettre de redescendre à leur guise tombe en panne. Ils sont condamnés à attendre la fraîcheur de la nuit pour que la pression diminue et que le ballon redescende. Heureusement, la réserve d’oxygène est suffisante.

Ils atterriront 17 heures après leur décollage sur le glacier du Gurgl dans le Tyrol Autrichien. Ils passeront la nuit sur le glacier. Le lendemain matin, ils joueront aux alpinistes pour rejoindre la vallée où ils sont accueillis en héros.

Publicités

26 mai 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: , , ,

26 mai – Uri s’affranchit des Habsbourg (1231)

Henri , par la grâce de Dieu, Roi des Romains, à ses fidèles sujets habitants de la vallée d’Uri, auxquels la présente lettre est adressée, grâce et bénédictions ! Ayant la volonté de faire, en tout temps, tout ce qui peut servir à votre avantage et utilité, nous vous avons affranchi de la domination du duc Rodolphe de Habsbourg et vous promettons de ne jamais nous séparer de vous…

Dans cette lettre datée du 26 mai 1231, le roi Henri VII qui gouverne l’Empire au nom de son père Frédéric II de Hohenstaufen trop occupé par les affaires italiennes, octroie l’immédiateté impériale à la vallée d’Uri. Les habitants de la vallée ont racheté les droits des Habsbourg et ne veulent plus avoir affaire qu’avec l’Empereur.

L’Empereur a tout intérêt également à écarter les Habsbourg qui commencent à lui porter ombrage. Le col du Gothard devient un passage de plus en plus important à travers les Alpes. Son contrôle direct est essentiel pour l’Empereur. La région est administrée par un ammann et un haut fonctionnaire royal passe de temps en temps pour récolter l’impôt impérial.

Schwytz sera envieux de cette situation et négociera un même traité en 1240. Un demi-siècle plus tard et après quelques conflits avec des baillis trop zélés ou trop envieux, les voisins se réuniront pour mieux affirmer leur indépendance. L’histoire de la Confédération pourra prendre son envol.

25 mai 2018

366 histoires suisses

25 mai – Pas d’alliance suédoise (1632)

Baden

La Diète extraordinaire de Baden réunie à la demande des cantons catholiques réaffirme nettement la neutralité du pays. Ce 25 mai 1632, Jean-Rodolphe Wettstein, futur bourgmestre de Bâle, rédige une réponse diplomatique, mais ferme, au roi de Suède. Sa demande d’alliance est refusée par la Confédération.

La guerre de Trente Ans qui déchire l’Europe depuis 1618 n’épargne pas totalement la Suisse. Certes, le pays n’est pas ravagé par les combats, mais les tensions entre les cantons catholiques et protestants deviennent vives. Par chance, personne ne noue d’alliance séparée. Pourtant les pressions extérieures sont vives.

L’Union des protestants allemands verrait d’un bon oeil l’appui des villes évangéliques de la Confédération et la Ligue emmenée par les Habsbourg d’Autriche courtise les cantons catholiques. Les pressions deviennent plus grandes lorsque Gustave-Adolphe de Suède demande le concours des Suisses. Il est au faîte de sa puissance en 1631 et le discours de son ambassadeur sur l’Origine commune des peuples suédois et suisse impressionne la Diète.

La méfiance croit entre les cantons. Une Diète extraordinaire est convoquée à Baden dès le 16 mai 1632 pour évoquer la question. Chacun exprime son avis, la présence de nombreux ambassadeurs étrangers donne des airs de congrès européens à la rencontre des Confédérés. Sagement, ils réaffirment leur neutralité.

Bien leur en a pris, puisque 16 ans plus tard, la Confédération est reconnue pleinement indépendante et neutre lors du Traité de Westphalie qui met un terme à la guerre de Trente Ans en 1648.

24 mai 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

24 mai – Constitution fribourgeoise (1857)

Ce 24 mai 1854, le peuple fribourgeois souverain adopte à une très large majorité la constitution qui lui est soumise. 14 355 oui contre seulement 1262 non, les parlementaires, élus en décembre 1856, ont réussi à élaborer une nouvelle charte cantonale qui convainc facilement les électeurs. Les changements imposés suite à la défaite du Sonderbund en 1847 sont loin.

Les radicaux fribourgeois avaient pris le pouvoir après l’effondrement de l’alliance catholique. Mais, ils n’ont jamais su s’assurer une majorité populaire. Leur anticléricalisme les a détachés du peuple. Après l’arrestation de l’évêque de Fribourg en 1848 et son emprisonnement à Chillon, l’opposition conservatrice s’organise.

Le 24 mai 1852, près de 15 000 Fribourgeois se réunissent à Posieux afin d’affirmer les droits des Fribourgeois méconnus par les autorités fédérales et cantonales. À cette occasion, ils réclament aussi une nouvelle constitution, celle adoptée par le gouvernement radical en 1848 n’ayant jamais été soumise au scrutin populaire.

Une année plus tard, la révolte emmenée par Nicolas Carrard se termine dans le sang et la mort du meneur. En 1854, les élections nationales envoient une délégation entièrement conservatrice pour représenter Fribourg à Berne. Enfin, les élections du 7 décembre 1856 donnent une large majorité conservatrice au Grand Conseil. Une nouvelle constitution est élaborée et acceptée par le peuple pour le 5e anniversaire du rassemblement de Posieux.

23 mai 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: , , ,

23 mai – Inauguration du Gothard (1882)

Ligne du Gothard

Les feux d’artifice peuvent éclater. La foule est en liesse, les officiels sont solennels. L’heure est à la fête en ce 23 mai 1882. La ligne du Gothard reliant Lucerne à Milan en passant par un tunnel long de 15 km entre Göschenen et Airolo est officiellement inaugurée. Son exploitation commerciale commencera quelques jours plus tard, le 1er juin.

La Suisse est au coeur de l’Europe des transports avec cet ouvrage. Pourtant tout n’a pas été sans mal. Dès les années 1830 et le développement du chemin de fer, l’idée d’une traversée des Alpes du nord au sud sur le territoire suisse naît dans la tête de quelques pionniers. L’endroit reste flou, le Lukmanier, dans les Grisons, concentre, durant quelques années, les meilleurs espoirs.

La naissance de la Suisse moderne va accélérer le processus. La peur de voir le trafic éviter la Suisse en passant soit par le Brenner autrichien ou le Montcenis français va stimuler les autorités. Elles s’approchent des partenaires allemands et italiens pour signer le controversé Traité du Gothard en 1871.

Les travaux débutent en 1872 sous la direction de l’ingénieur Louis Favre. Difficultés financières, imprévus géologiques, révoltes des ouvriers, rien n’arrêtera la progression du travail. La mort de Louis Favre, victime d’une rupture d’anévrisme dans le tunnel le 19 juillet 1879, sera vite palliée par l’arrivée du français Édouard Bossi.

Le 28 février 1880, le tunnel est percé. Les ouvriers venus du nord rejoignent ceux du sud avec une précision tout helvétique, moins de 30 cm de décalage. Deux ans plus tard, la ligne est prête. Durant les dix ans de travaux, plus de 20 000 ouvriers ont oeuvré sur le chantier, 307 y ont laissé leur vie.

22 mai 2018

366 histoires suisses

22 mai – Bataille de Calven (1499)

Bataille de Calven

Allez les gars, ne vous occupez pas de moi, je ne suis qu’un homme. Si les Ligues ne l’emportent pas aujourd’hui, il n’y aura plus de Ligues! Ces derniers mots de Benedikt Fontana, capitaine de la Ligue de la Maison-Dieu, galvaniseront ses troupes. Les ligues grisonnes gagneront la bataille de Calven ce 22 mai 1499.

Cette victoire est décisive. L’Empereur Maximilien était venu lui-même mater les Confédérés en rébellion depuis qu’il a tenté de leur imposer un impôt impérial. Il voulait les prendre à revers en passant par les Grisons. La défaite de Calven anéantit ses espoirs.

Les Autrichiens avaient dressé des remparts infranchissables dans le défilé de Calven à l’entrée du Val Müstair, mais une partie des troupes grisonnes contourna l’obstacle de nuit en passant par les alpages. L’attaque par derrière surpris les Autrichiens, mais failli échouer, car le gros des troupes hésita longtemps avant d’attaquer. Après 5 heures d’âpres combats, les Ligues l’emportèrent.

Quelques pillages et quelques batailles plus tard, l’Empereur entama des tractations pour la paix. Les Confédérés également épuisés par la guerre acceptèrent et la paix de Bâle mit fin à la guerre le 22 septembre 1499. Les Ligues des Grisons se rapprochèrent des Confédérés et furent depuis lors des alliés fidèles.

21 mai 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: , ,

21 mai – Genève adopte la Réforme (1536)

Réforme genevoise

Le Conseil des Deux-Cents, appuyé par les bourgeois de la ville, proclame l’adhésion unanime à la Réforme religieuse. Genève devient, ce 21 mai 1536 une cité protestante. Les prédications de Guillaume Farel ont eu raison de l’ancienne foi. Jean Calvin va pouvoir venir imposer sa loi. La ville s’éloigne ainsi des ducs de Savoie et devient une République.

Le 1er octobre 1535, la population avait chassé le dernier prince-évêque, Pierre de la Baume. La Réforme se met lentement en place, la messe est abolie provisoirement et les ordres réguliers quittent progressivement la ville. Farel domine totalement la vie spirituelle.

Avec le basculement définitif du 21 mai, tout s’emballe. On interdit aux curés de célébrer les rites catholiques. Ils doivent jurer obéissance aux doctrines évangéliques. Ceux qui veulent rester dans l’ancienne foi doivent s’exiler. Peu après un homme fait son apparition en ville: Jean Calvin.

Le futur pilier de la Réforme arrive après le basculement dans la nouvelle foi. Il est retenu en ville par Farel qui en fait son allié. Mais les deux réformateurs échouent dans leur volonté de prendre le pouvoir. On leur reproche le mélange du spirituel et du temporel. Ils sont chassés en avril 1538.

Calvin reviendra en 1541 et imposera une République théocratique. La discipline est stricte et la terreur règne sur les récalcitrants. Genève devient la Rome protestante.

20 mai 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

20 mai – Napoléon au Grand-Saint-Bernard (1800)

Napoléon dans toute sa gloire

Le cheval blanc se cabre un peu, le futur empereur pointe du doigt l’Italie qu’il va conquérir, le vent donne à la scène une allure chevaleresque. David peindra cinq versions de son Bonaparte franchissant le Saint-Bernard. Le premier consul chevauche vers la gloire et ce n’est pas les Alpes qui vont l’arrêter.

Presque un demi-siècle plus tard, Delaroche peindra la même scène, mais Bonaparte est juché sur une mule menée par le guide Dorsaz. Il avance péniblement dans la neige, menant son armée à la conquête du col. Cette deuxième scène est plus près de la réalité du 20 mai 1800, mais l’exploit reste retentissant.

La route du col n’est qu’un sentier muletier, un chemin en mauvais état. Y faire passer une armée de 40 000 hommes, ses canons et son matériel témoigne d’une foi inébranlable en ses hommes. L’exploit permettra la victoire de Marengo et impressionne l’Europe. David peut créer une image de légende.

Devenu empereur, Napoléon préfèrera construire la route du Simplon pour franchir la barrière alpine. Il faudra attendre le début du XXe siècle pour voir une véritable route passer par le col. Mais l’histoire du Grand-Saint-Bernard est millénaire. Consacré à Jupiter, les Romains vénéraient ce passage qui les ramenait dans leur patrie. Puis les pèlerinages de Rome ont fait naître un refuge. Bernard de Menthon le créera pour la sauvegarde des hommes et de leurs âmes.

19 mai 2018

366 histoires suisses

19 mai – Une nouvelle Confédération (1815)

La Suisse en 1815

Les secousses européennes provoquées par Napoléon n’épargnent pas la Suisse. La chute de l’Aigle provoquera de profondes mutations sur la carte de l’Europe. Le congrès de Vienne fixera les frontières de l’ère post-napoléonienne. La Confédération atteindra ses frontières actuelles et, avec l’arrivée de Genève, du Valais et de Neuchâtel, comptera désormais 22 cantons.

C’est ce 19 mai 1815 que Genève voit l’aboutissement de son alliance historique et entre dans la Confédération. Ce jour passera très vite dans les oubliettes, car, dès le lendemain, la Confédération, sous la pression des Alliés, doit renoncer à sa neutralité et laisser passer les armées qui vont converger vers Waterloo en juin pour couper définitivement les ailes de l’Empereur Napoléon.

Si la Confédération assure sa pérennité au sortir de la tourmente qui a suivi la Révolution française, elle perd une région qui lui était étroitement liée. En effet, la Valteline rejoint le royaume lombard-vénitien après des querelles intestines. Les Grisons qui réclamaient la vallée n’ont pas su faire preuve de souplesse et l’idée d’un nouveau canton catholique a trop effrayé les protestants pour que le Congrès de Vienne tranche en faveur d’une réunion de la Valteline à la Confédération. Mulhouse disparaît également des alliés de la Suisse et rejoint la France.

18 mai 2018

366 histoires suisses

18 mai – Abolition du servage (1525)

Guerre des paysans

Parce que nous sommes tous enfants de Dieu, et devons vivre en frère… C’est en partant de ce précepte biblique que Zurich abolit, au printemps 1525, le servage personnel. Cette décision fait suite à la Guerre des paysans qui a secoué l’Allemagne et la Confédération en cette année 1525 qui voit se développer la Réforme.

Zwingli remplace la messe par la cène à Pâques 1525. Il sécuralise également les biens du clergé. La Réforme triomphe à Zurich. Dans le même temps, l’Allemagne méridionale voit se développer une révolte paysanne qui s’appuie sur les Douze articles de Memmingen.

Pour la première fois, les paysans se présentent solidaires face aux autorités avec des revendications écrites qui s’appuient sur la bible. Si à Zurich, le clergé, souvent issu d’origine paysanne comme Zwingli, appuie le mouvement, il n’en est pas de même en Allemagne. Luther traite les paysans de brigands pouilleux et meurtriers. Il se réjouit devoir les princes les ramener à la raison par les armes.

Zwingli a conscience que ce mouvement qui complète les premières administrations communes issues des conquêtes argoviennes et des baillages communs peut être un ciment pour la Confédération. Sans apporter une caution théologique, il suit le mouvement des pasteurs zurichois qui demande l’abolition du servage.

C’est le début d’une réforme du travail agraire qui se poursuivra jusque vers 1830 en Europe.

Page suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :