Valais Libre

19 août 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

19 août – À la conquête du Sud (1403)

Levantine

La Confédération est née sur le versant nord du Saint-Gothard. Ce passage à travers les Alpes est une route essentielle en Europe. Il assure la prospérité du pays. Les Waldstätten ont besoin d’un versant sud ouvert et partageant les mêmes aspirations qu’eux.

Dès 1331, ils se portent à l’aide de la Léventine. Ils passent un accord sur l’entretien du chemin et le bon accord des voyageurs. Ils obtiennent ainsi un certain contrôle, mais cela ne leur suffit pas. Ils rêvent d’augmenter leur emprise.

La mort de Jean Galeas Visconti, premier duc de Milan et protecteur de la région, va leur en donner l’occasion. Privés de toute protection, les Léventins prêtent allégeance, le 19 août 1403, aux landammanns et aux peuples d’Uri et d’Unterwald.

C’est le début des expansions non volontaires de la Confédération. Car loin de la légende paisible, c’est bien par la force que la protection du Nord est imposée au Sud.

Publicités

18 août 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

18 août – Un moine se noie (849)

Strabon

Strabon veut traverser la Loire en ce 18 août 849. L’abbé de Reichenau au bord du lac de Constance se noie dans cette téméraire aventure. Ainsi prend fin la vie du jeune prêtre à tout juste quarante ans. Mais il a eu le temps de marquer son époque.

Précepteur de Charles-le-Chauve, la royauté du petit-fils de Charlemagne lui sera favorable et lui donnera l’abbaye de Reichenau. Strabon écrira, pour son ami Grimald, abbé de Saint-Gall, la vie de Saint-Gall.

Passionné de nature, il enverra ensuite des vers latins Hortulus un long poème sur le travail du jardinier, du choix de la meilleure fumure à l’épanouissement des plantes, le jardin idéal nous est conté. Les vertus médicinales des plantes sont décrites avec précision.

Retrouvé dans les méandres de la bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gall, ce poème a traversé les temps pour témoigner du lyrisme d’un prêtre en avance sur son temps.

17 août 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

17 août – Cosmographie (1544)

Sébastien Münster

Sébastien Münster publie, le 17 août 1544 sa Cosmographia Universalis. C’est le premier ouvrage en allemand qui décrit le monde. Il est probablement le livre le plus lu au XVIe siècle après la Bible. Münster fait étalage de son érudition et de ses multiples talents.

L’ouvrage doit aussi son succès aux magnifiques gravures sur bois qui l’illustrent magnifiquement. Plus de 120 personnes ont participé à la création de cette œuvre dont Holbein le jeune et le turbulent Urs Graf dont nous avons parlé il y a quelques jours.

Sébastien Münster est allemand et non pas suisse, mais il mérite sa place dans ces anniversaires, car il a exercé ses talents à l’université de Bâle où il était professeur d’hébreu. C’est dans cette ville qu’il publie son livre. La Suisse et ses différentes régions sont décrites avec minutie.

Les évocations des pays plus lointains sont plus fantastiques. Münster se base sur de multiples lectures. Des animaux particuliers comme le camelopardale, mélange de cheval, de chameau et de bœuf, y apparaissent pour la plus grande joie des lecteurs, au détriment de la rigueur scientifique…

16 août 2018

366 histoires suisses

16 août – Un premier règlement de travail (1717)

Obrigkeitlich errichtete Fabrikordnung L’ordonnance sur les fabriques édictée par Zürich le 16 août 1717 est la première tentative connue de règlementer le travail. Elle rassemble une série de décrets antérieurs sur le sujet.

Il ne s’agit pas de défendre les travailleurs, mais plutôt de mettre par écrit les droits et les devoirs de chacun. À cette époque, les employeurs sont essentiellement citadins et les employés, des campagnards qui travaillent à domicile.

Face à cette réalité, de nouveaux intermédiaires tentent de faire leur beurre. Ils paient des ouvriers souvent en nature et font monter les enchères auprès des employeurs. Ils n’hésitent pas à faire travailler leurs « protégés » pour des employeurs de plus en plus lointains.

Le fisc et les patrons zurichois s’allient pour contrecarrer cette évolution. La fixation d’un salaire minimum et l’interdiction de payer le travail en nature sont les prescriptions principales. Les horaires de travail, le travail des enfants, etc. ne sont pas touchés par cette première ordonnance…

15 août 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

15 août – Une première union professionnelle (1858)

Les employés typographes sont inquiets de leur sort. L’imprimerie se développe, mais la situation des ouvriers reste précaire. Les patrons sont bien conscients de la richesse que constitue le savoir-faire de leurs employés, mais la guerre des prix rend les rendements de leur commerce aléatoire.

Le 15 août 1858, à Olten, patrons et ouvriers se retrouvent pour créer l’Union typographique suisse qui se donne comme but l’amélioration, la défense et la sécurité de nos intérêts professionnels et de notre art. Un comité composé de 7 représentants patronaux et de 8 représentants syndicaux est élu.

L’Union cherche, en priorité, à fixer des normes sur les prix afin de pouvoir assurer des salaires convenables. C’est la première association professionnelle fondée en Suisse. Malheureusement, ouvriers et patrons se sépareront quelques années plus tard pour chacun voler de leurs propres ailes.

Toutefois, les bases du dialogue entre syndicat et patronat étaient lancées. La Suisse trouvera là un modèle pour les futures négociations sociales.

14 août 2018

366 histoires suisses

14 août – Pluie d’empereurs à Saint-Gall (972)

Adélaïde de Bourgogne

Notker-le-médecin, appelé aussi Grain-de-poivre (Piperis Granum), est un abbé très sévère. Il fait régner la discipline avec rigueur dans son abbaye de Saint-Gall. Mais en 14 août 972, l’ambiance est plutôt à la fête. Notre supérieur reçoit Othon Ier, empereur, et son fils Othon II.

Le premier est l’époux d’Adélaïde de Bourgogne, la fille de la célèbre reine Berthe et le second vient d’épouser Théophane, la fille de l’empereur de Byzance. L’abbé âgé et maintenant aveugle rayonne, son ami Othon Ier lui fait l’honneur d’une visite. Il faut dire que le premier empereur romain germanique fait une confiance totale à son ami médecin.

Cette rencontre, bien avant la fondation de la Confédération, est en plusieurs points symboliques pour la Suisse. Othon II, le futur empereur confirme les possessions du couvent d’Ensielden et pour la première fois la mention du pays de Schwyz apparaît sur un document officiel.

Adélaïde de Bourgone, fille de la très aimée reine Berthe, symbolise aussi une première rencontre entre la future Suisse romande et la Suisse allemande. Devenue veuve quelques mois plus tard, elle sera régente de l’empire jusqu’à la majorité de son fils Othon II. Elle reprendra ce rôle en 983 à la mort de son fils en entendant la majorité de son petit-fils Othon III.

La légende rapporte qu’on pouvait la rencontrer filant la laine sur les chemins entre Saint-Maurice et Lutry, comme sa mère Berthe aux grands pieds…

13 août 2018

366 histoires suisses

13 août – Avant les guerres de Bourgogne (1470)

Adrien de Bubenberg

Louis XI garde un excellent souvenir des soldats suisses qui ont si bien guerroyé du côté de Saint-Jacques sur la Birse. Leurs qualités ont marqué le futur roi de France et il veut absolument utiliser leurs talents contre son envahissant cousin Charles, duc de Bourgogne, dit le Téméraire.

Nicolas de Diesbach, jeune seigneur bernois, est ambitieux. Il sent qu’une alliance avec la France sera des plus profitables. Il pousse donc à un accord. Un premier traité est signé en secret le 13 août 1470 malgré l’opposition d’un autre bernois influent, Adrien de Bubenberg, qui est plus soucieux des intérêts généraux et qui craint les méfaits de la guerre.

L’accord deviendra officiel en 1474 et dès la fin de l’année le conflit commence. Nicolas de Diesbach ne verra pas les fruits de son traité, il meurt de la peste en 1475. Ironie de l’histoire, Adrien de Bubenberg sera à la tête des troupes helvétique et gagnera la bataille de Morat. Il sera le héros d’une guerre qu’il ne voulait pas.

La Confédération sort grandie des guerres de Bourgogne et son alliance avec la France est raffermie.

12 août 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

12 août – Tir fédéral (1523)

Urs Graf

Bien avant l’officialisation des tirs fédéraux, les grands rassemblements de tireurs venus des 4 coins du pays pour rivaliser d’adresse étaient monnaie courante. N’est pas fils de Tell qui veut!

En ce 12 août 1523, les joyeux et habiles tireurs venus des 13 cantons se retrouvent à Bâle. Les discussions vont bon train, on raconte les dernières anecdotes, on parle des absents retenus sur les divers champs de bataille européens, on démontre son habileté… Les festivités vont bon train.

Mais il manque Urs Graf. Le plus célèbre et joyeux compère de la région est absent. Encore une fois, il est en prison. Ces amis ne vont pas l’abandonner et se précipitent vers les autorités bâloises. Urs Graf sera libéré par peur des troubles et bagarres et gagnera ce tir fédéral.

Urs sait tout faire, il a guerroyé à travers toute l’Europe. Après la bataille de Marignan, il s’est arrêté à Bâle, a pris femme et s’est installé comme orfèvre. Il cisèle et dessine aussi bien qu’il se comportait sur les champs de bataille.

Mais il ne s’assagit pas pour autant : battre sa femme, provoquer les gardes, troubler la paix des bourgeois, tout est bon pour honorer sa devise. W W W (Wein, Würfel, Weiber : vin, dés et femmes), les trois lettres apparaissent régulièrement sur ces victimes (quel précurseur, le WWW deviendra universellement connu!). Il se retrouve en prison régulièrement sans que son aura ne diminue.

Urs Graf est le mercenaire suisse typique. Bon vivant, gouailleur, anarchique et sans limites… Terreur des champs de bataille, mais aussi de la vie civile!

Ses dessins et peintures sont toujours reconnus aujourd’hui.

11 août 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

11 août – Paix d’Aarau (1712)

Bataille de Villmergen

L’été 1712 a été chaud en Suisse. La plus meurtrière des guerres de religion entre Confédérés sévis dans l’est helvétique. La seconde guerre de Villmergen déchire les catholiques et les protestants. Tous les prétextes sont bons pour déclencher les hostilités. La construction d’une route dans le Toggenburg saint-gallois servira d’étincelle.

Le Toggenburg protestant supporte mal la domination catholique de Saint-Gall. Une première bataille avait eu lieu 56 ans plutôt à Villmergen. Les catholiques l’avaient emporté. Il n’en sera pas de même en cet été 1712. Le 24 juillet, les troupes protestantes emmenées par les cantons de Berne et Zurich balaient les catholiques dirigés par Saint-Gall. Près de 2000 catholiques resteront sur le champ de bataille.

Cette victoire protestante sera entérinée par la paix d’Aarau signée le 11 août suivant. C’est la fin de l’hégémonie catholique sur la Confédération. L’égalité religieuse s’étendra dorénavant sur tout le territoire, y compris sur les baillages communs.

La paix durera 135 ans. En 1847, le Sonderbund viendra une nouvelle fois ensanglanter la Confédération.

10 août 2018

366 histoires suisses

Filed under: cb calendrier historique de la Suisse — vslibre @ 9 h 00 min
Tags: ,

10 août – Loi sur le travail (1864)

Glaris 1864

Le 10 août 1864, le canton de Glaris adopte, lors de sa landsgemeinde, une loi des fabriques. Cette loi est, à l’exception des prescriptions sur le travail des enfants, la première en Suisse et la deuxième en Europe qui règlemente le travail des ouvriers occupés dans les fabriques.

La durée maximum de la journée de travail est fixée à 12 heures. Le travail de nuit est interdit. Les femmes enceintes ne pourront pas travailler un laps de temps de six semaines avant ou après les couches. Les industriels doivent veiller à la sécurité et à la santé de leurs ouvriers. Ils doivent également maintenir l’ordre, la propreté et les bonnes mœurs dans leurs établissements.

Si cette loi voit le jour à Glaris, c’est parce que, de par la composition de la population et du système d’adoption des lois par la landsgemeinde (assemblée populaire), la situation était très favorable à ce pas décisif vers une loi fédérale. Elle verra le jour quelques années plus tard, en 1877. Le Dr Fridolin Schüler, premier inspecteur glaronnais chargé de la surveillance de l’application de cette loi, deviendra le premier inspecteur fédéral.

La Suisse s’engageait dans la voie de la protection raisonnable des travailleurs en évitant les confrontations extrêmes qui secouaient d’autres régions industrielles.

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :