Valais Libre

31 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 31 janvier – 1611 – Éboulement à Saint-Maurice

Abbaye en péril

31 janvier St-MauriceCe 31 janvier (certaines sources parlent du 3 janvier) 1611 l’abbatiale de Saint-Maurice semble proche de sa ruine définitive. Un éboulement s’abat sur la basilique des Martyrs construite en 1365. Mais la foi des peuples fut plus forte que la rage de l’esprit du mal. La formule de Joseph Bernard de Montmélian, auteur d’une histoire de la légion thébaine illustre la persévérance des chanoines.

Après l’incendie de 1560, la peste qui décima la région en 1582, un tremblement de terre qui infligea de premiers dégâts importants, l’Abbaye ajoute les déboires matériels aux ennuis administratifs. Elle a perdu son pouvoir temporel après la conquête de la région par le Haut-Valais en 1475. Endettée, elle doit accepter l’ingérence de l’État dans l’administration abbatiale, dans le recrutement religieux et dans la nomination des abbés. De 1587 à 1604, la dignité abbatiale est détenue par un prélat originaire du Haut-Valais, Adrien de Riedmatten, qui deviendra ensuite évêque de Sion.

Malgré tant d’adversités, la communauté trouve les énergies nécessaires à un renouveau. En juin 1614, l’Abbé Pierre III du Nant de Grilly pose la première pierre de l’abbatiale actuelle. Le travail avança lentement, faute de ressources et le 20 juin 1627, le Nonce Alessandro Scappi consacra la nouvelle église.

30 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 30 janvier – 1839 – Constitution

Projet libéral

30 janvier grand conseilLe Valais forme un État souverain, incorporé comme Canton à la Confédération Suisse. La souveraineté réside dans la totalité des citoyens valaisans. La forme du gouvernement est celle de la démocratie représentative. L’article premier de la Constitution valaisanne de ce 30 janvier 1839 répond aux voeux des réformateurs libéraux.

Ceux-ci se sont déclarés assemblée constituante après le départ des députés haut-valaisans au début de l’année 1839, mais leur enthousiasme sera rafraîchi par l’intervention des autorités fédérales qui veillent sur l’unité cantonale. Un nouveau projet de constitution devra être élaboré par une nouvelle constituante qui donne la parole à tout le canton.

Si l’article premier reste le même dans la Consitution d’août 1839, la religion catholique restera religion de l’État et les droits du clergé seront maintenus. La liberté de la presse attendra, tout comme l’École normale. La terminologie institutionnelle subit quelques adaptations : Diète est remplacée par Grand Conseil, dizain par district. Les tensions ne s’apaiseront pas avec cette nouvelle Constitution et le canton menace toujours de se diviser. 

29 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 29 janvier – 1798 – Comité des 7

Révolution en Valais

29 janvier SionPierre-Joseph de Riedmatten prend la tête d’un comité de sept membres pour observer les circonstances et les affaires qui sont très graves et semble devenir de jour en jour plus graves. Le bourgmestre en charge de la ville de Sion réagit, ce 29 janvier 1798, aux événements qui secouent le Bas-Valais. L’arrivée de Mangourit, le nouveau résident de la République française en Valais au début janvier sonnent le signal de la révolution valaisanne.

La veille, le 28 janvier, un arbre de la liberté a été érigé à Saint-Maurice. Conscient de la gravité des événements, Pierre-Joseph de Riedmatten qui est aussi Seigneur de Saint-Gingolph conduira la députation haut-valaisanne qui ira négocier l’indépendance du Bas-Valais du 2 au 5 février à Saint-Maurice. Finalement, selon la volonté des Français, le Valais restera uni.

De Riedmatten conduira également la délégation valaisanne qui ira combattre vainement, à Berne, l’incorporation du Valais à la toute nouvelle République helvétique. Le peuple valaisan acceptera le 4 avril cette incorporation, malgré cela une résistance haut-valaisanne pour défendre la religion s’organisera. Elle sera vaincue en mai par les troupes françaises, bas-valaisannes et vaudoises.

28 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 28 janvier – 1863 – Pointe Dufour

Hommage en montagne

28 janvier DufourGuillaume-Henri Dufour ne fut pas seulement le général qui gagna la guerre du Sonderbund, son implication dans l’histoire suisse fut bien plus grande. Pour lui rendre hommage, le Conseil fédéral décide, ce 28 janvier 1863, de donner son nom au plus haut sommet du pays. La pointe Dufour culmine à 4634 mètres dans le massif du Mont-Rose proche de la frontière entre la Suisse et l’Italie sur le territoire de la commune de Zermatt.

Jusque-là, le sommet portait le nom de Höchste Spitze (littéralement « point culminant » en allemand). Ce nom apparaît notamment sur la carte Dufour conçue par Guillaume-Henri entre 1845 et 1864. Le général cartographia minutieusement le pays. Son atlas à l’échelle 1:100 000 utilisait pour la première fois sur des mesures géométriques précises. Il comportait 25 planches pour représenter tout le territoire helvétique.

La pointe Dufour est le troisième sommet des Alpes derrière le Mont-Blanc et le Mont-Blanc de Courmayeur. Son sommet fut atteint pour la première fois le 1er août 1855 par une cordée menée par Charles Hudson. Les guides de montagne Mathias et Johann Zumtaugwald de Zermatt et Ulrich Lauener de Lauterbrunnen ont ouvert la voie aux Britanniques. Charles Hudson périt dix ans plus tard lors de la première ascension du Cervin, dans la descente.

27 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 27 janvier – 1524 – Fidèle à la foi catholique

Début de la Réforme

 

Martin Luther

Martin Luther

Le 31 octobre 1517, la diffusion des 95 thèses de Martin Luther condamnant le commerce des indulgences ouvre une ère nouvelle. En janvier 1519, Zwingli annonce en chaire du Grossmünster de Zürich sa volonté d’entrer dans les voies de la réforme humaniste. Le Valais n’échappera pas au conflit religieux qui nait des abus de certains prélats et de la coupure entre le haut clergé et le peuple.

L’infiltration du protestantisme inquiète les autorités. Les divisions du peuple sur les questions religieuses font craindre une guerre civile. Des sympathisants de Luther sont présents en Valais et, à la Diète des Cantons, ce 27 janvier 1524, Simon In-Albon, au nom de la délégation valaisanne, déclare que le Valais demeure fidèle à l’ancienne foi.

Cette volonté sera confirmée par la session de septembre de la Diète valaisanne. Elle décide que les personnes qui propagent ou défendent des idées luthériennes seront punies par la justice. Le Valais décide de se ranger du côté des cantons catholiques si une guerre se déclarait dans la Confédération. Le pape Clément VII s’inquiètera également et recommande aux autorités valaisannes d’être vigilantes. Le Valais ne basculera jamais dans la foi protestante, mais les tensions religieuses seront nombreuses et ne disparaîtront jamais complètement.

26 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 26 janvier – 1324 – Marché à Conthey

Foire au Bourg

26 janvier marché… permit à ce Bourg de tenir marché le mardi, avec obligation pour les gens de la contrée, d’y conduire leurs denrées, avant de les porter ailleurs. En même temps, le prince faisait défense d’inquiéter un participant sur la plainte d’une simple dette. Il y ajouta deux foires annuelles à la St-Séverin, le 11 février, et le 18 octobre, à la St-Luc.

Ce 26 janvier 1324, le comte Édouard de Savoie renouvelle l’autorisation donnée en 1302 par son père Amédée V. Conscient de l’importance des concessions de foires et de marchés qui, à cause du trafic provoqué par les routes du Simplon et du St-Bernard, amenaient du commerce et de l’aisance dans les bourgs savoyards de la vallée du Rhône, le comte s’empresse de confirmer les droits de Conthey dès sa prise du pouvoir après la mort de son père en octobre 1323.

Édouard augmente même la part des vidomnes qui toucheront dorénavant le tiers des taxes des ventes, un autre tiers lui étant réservé et le dernier allant à la Bourgeoisie. Les habitants de la châtellenie ne pouvaient vendre leurs produits ailleurs avant de les mettre en vente une fois au marché du Bourg. En 1431 le comte Amédée VIII poussa cette obligation à trois fois sous peine de confiscation de la marchandise.

25 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 25 janvier – 1946 – Le Rawyl tremble.

Tremblement de terre

 

Église de Chippis

Église de Chippis

Nous avons pénétré au quartier de Beaulieu à Sierre, dans un ou deux immeubles qui avaient été particulièrement délabrés par le tremblement de terre et nous avons été frappés du spectacle. Ainsi la maison Ruedin qui abrite le Café de l’Avenue ressemble, avec de profondes lézardes, extérieures à un puzzle géant…

Les descriptions se poursuivent, nombreuses. André Marcel, je journaliste du Confédéré l’avoue, il a eu peur. La terre a tremblé ce vendredi 25 janvier 1946. À 18 h 35 une première violente secousse a été ressentie. Si violente, qu’à l’Avenue de la Gare de Sierre, Mme Tonossi tomba morte foudroyée par la peur.

On annoncera ensuite, deux autres morts en Valais à cause de la forte émotion et un mécanicien écrasé par son camion dont le cric avait cédé à Aix-les-Bains en France. Mais ce tremblement de terre mesuré à 6,1 sur l’échelle de Richter dont l’épicentre était dans la région du Wildhorn causa surtout des dégâts matériels.

412 cheminées à Sierre et de nombreux clochers se sont écroulés. Les services techniques de l’État du Valais dénombrèrent 3 485 bâtiments endommagés pour un total des dommages se montant à 5 265 345 francs. En dehors de ces chiffres, des réactions assez fantaisistes sur les causes du tremblement de terre circulèrent. Certains témoignèrent avoir vu une météorite traverser le ciel peu avant…

Diverses répliques furent ressenties les jours suivants et un autre gros tremblement de terre survint le 30 mai 1946.

24 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 24 janvier – 1814 – Suppression de la Direction centrale

Les Autrichiens en Valais

24 janvier ValaisCe 24 janvier 1814, le baron Franz-Joseph von Simschen dissout la Direction qu’il avait nommée le 31 décembre 1813 après la destitution du Conseil de préfecture. Cette direction présidée par Gaspard-Eugène Stockalper venait de refuser la levée de 466 pour venir compléter un bataillon valaisan au service de l’Autriche.

Le colonel baron Simbschen agit dans le Valais, où tous les habitants prennent les armes et embrassent la cause commune avec chaleur…L’affirmation publiée le 25 janvier par la Gazette de Lausanne est visiblement de la désinformation. Les troupes autrichiennes qui occupent le Valais après le départ des Français doivent faire face aux divisions internes du pays. Si certains comme Strockalper collaborent avec l’Autriche et rêvent d’indépendance, d’autres particulièrement dans le Haut-Valais s’opposent à des levées de troupe.

Napoléon abdiquera le 20 avril 1814 et le colonel Simschen et son armée quitteront le Valais le 11 mai. Le gouvernement réunit alors une diète extraordinaire qui siège à Sion du 30 mai au 1er juin 1814 et demande son incorporation à la Confédération suisse, mais des divisions réapparaîtront entre le Haut et le Bas du Valais qui n’arriveront pas à s’entendre sur un projet de constitution. Il faudra attendre plus d’une année pour que le Valais devienne enfin un canton de la Confédération.

23 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 23 janvier – 1920 – Bientôt la proportionnelle

Veille de vote

23 janvier Plakat_Majorz_ProporzDans le régime proportionnel vous avez la lutte apaisante, dans le régime majoritaire vous avez la paix mortelle ou la lutte imprégnée de tous les poisons de la haine et de la discorde. Ce 23 janvier 1920, Le Confédéré invite le président de la Confédération Giuseppe Motta dans le débat cantonal sur l’élection du Grand conseil au système proportionnel.

Le lendemain, son concurrent Le Nouvelliste plaide dans le même sens. Appliquant facultativement ce mode de scrutin au communal, le possédant au fédéral, ce serait un défi au bon sens, une imprudence politique inqualifiable, disons le mot: une bêtise, de le repousser au cantonal. Malgré cette rare communion, le vote reste incertain.

Le dimanche 25 janvier, 7799 Valaisans diront oui au projet et 5094 le rejetteront. Tous les districts francophones l’acceptent, alors que tous les districts haut-valaisans le refusent. La frontière est bien marquée, mais le Valais accepte tout de même le régime proportionnel que le peuple suisse avait accepté pour le Conseil national le 13 octobre 1918 et appliqué aux élections de 1919.

22 janvier 2014

Calendrier historique du Valais: 22 janvier – 1561 – Plainte valaisanne à la Diète

Toujours catholique

 

Charles Borromée

Charles Borromée

Pierre Allet et Jérôme Welschen, les deux délégués valaisans à la Diète fédérale de Baden, se plaignent, ce 22 janvier 1561, que les cantons catholiques répandent trop souvent de faux bruits comme quoi leur le pays et ses dirigeants seraient luthériens. Il n’en est rien, le Valais veut rester dans l’ancienne fois assurent les deux délégués. Malgré cette déclaration, les cantons catholiques restent sceptiques.

En cette moitié du XVIe siècle le Valais est au centre des préoccupations et des déchirements de la Confédération helvétique. Le nonce Volpe et le cardinal Borromée s’inquiètent avec les cantons catholiques du passage du Valais à la Réforme. Ce peuple fort et habile guerrier est d’une grande importance pour eux et l’influence grandissante de la Berne protestante dans la vallée les inquiète.

La dissolution du clergé valaisan cause des soucis à l’évêque Jean Jordan qui entreprend une réforme, mais la résistance des prêtres est si forte que son autorité ne suffit pas à les remettre à l’ordre. L’évêque ira même jusqu’à demander au cardinal Charles Borromée, fer de lance du retour de la discipline ecclésiastique, s’il devait livrer les réfractaires à la justice civile. La réponse du cardinal a été perdue par l’histoire, mais le Valais restera dans la foi catholique.

Page suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :