Valais Libre

31 août 2014

Calendrier historique du Québec / Canada

Introduction

Quebec-canadaL’histoire du Québec est indissociable de celle du Canada. Plus de 500 ans après la découverte du Nouveau-Monde par Christophe Colomb, après les voyages de Jacques Cartier dans la vallée du Saint-Laurent, le Québec est devenu une nation étroitement liée au Canada. 500 ans de développements, de conquêtes, de luttes, de destins d’hommes et de femmes qui ont forgé une identité forte.

Après avoir exploré l’histoire de la Suisse, l’histoire du Valais, voici le tour de ma nouvelle terre: le Québec. Je vous invite à me suivre, jour après jour, dans mes découvertes des petites, mais surtout de la grande histoire. Le calendrier sera mon guide, 366 jours pour faire le tour des événements, des personnages qui ont façonné le Québec et le Canada.

J’ai puisé l’essentiel de mes trouvailles dans l’ouvrage Canada-Québec 1534-2010 de Jacques Lacoursière, Jean Povencher et Denis Vaugeois. À partir de ce guide, d’autres découvertes au gré de mes pérégrinations sur la toile magique d’Internet sont venues compléter le portrait. Je vous invite, dès demain 1er septembre, à me suivre quotidiennement.

29 août 2014

Patrice Lacombe (1807 – 1863)

lacombeNé à la mission du Lac-des-Deux-Montagnes, aujourd’hui Oka, le 20 février 1807, Patrice Lacombe fera ses études au collège de Montréal entre 1816 et 1825. Très tôt, il se fait remarquer par son goût pour les lettres. Reçu notaire en 1830, il entre au service de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice deux ans plus tard, en qualité d’agent d’affaires. Il restera au service du Séminaire de Montréal jusqu’à sa mort.

Tous les témoignages de son temps lui attribuent les qualités des personnes rangées : intégrité, affabilité, respectabilité. Il fut également connu pour avoir encouragé les lettres. En 1846, il fait paraître La terre paternelle dans l’Album littéraire et musical de la Revue canadienne. Ce roman fonde le genre littéraire dit du roman du terroir, c’est-à-dire le roman agricole canadien.

James Huston sauvera cette oeuvre de l’oubli en l’incluant dans son Répertoire national. Contrairement à plusieurs auteurs contemporains, Patrice Lacombe ne tente pas d’imiter les grands écrivains français, il se propose plutôt de décrire les mœurs pures et simples d’un pays où l’on supporte avec résignation et patience les plus grandes adversités. Il mourra le 6 juillet 1863 à Montréal. Un demi-siècle plus tard, Damase Potvin sera très influencé par La terre paternelle.

La terre paternelle (1846)

Lacombe livreJean-Baptiste Chauvin est un honorable cultivateur de la région du Gros Sault au nord de l’île de Montréal. Propriétaire d’une terre depuis plusieurs générations, il la cultive avec l’aide de son épouse et de ses trois enfants. Charles le cadet des enfants va bientôt rompre cette douce sérénité familiale en s’engageant avec la compagnie du Nord-Ouest malgré les supplications de sa mère et l’insistance de son père.

Devant cette perte, Jean-Baptiste eut peur que son aîné qui se prénommait aussi Jean-Baptiste suive la même voie. Pour l’en dissuader, il décida de lui céder la terre familiale contre une rente. Un notaire mit la chose sur le papier et la vie continua. Durant deux ans tout se passa bien, mais petit à petit les choses se gâtèrent. Le fils payait la rente avec moins de précision. Pour éviter les querelles permanentes, le père quitta la terre pour faire du commerce.

Quelques années de mauvaises récoltes et de mauvaises affaires provoquèrent la faillite de l’un et de l’autre. Ils durent emménager dans un quartier pauvre de Montréal et survivre en livrant de l’eau aux gens aisés de la ville. Le fils aîné mourut bientôt et la misère se jeta sur les 3 survivants. Après 10 ans d’absence, sans nouvelle, Charles réapparaît soudain. Il rachète la terre paternelle et y ramène toute la famille.

27 août 2014

Chrystine Brouillet, Sans pardon

Filed under: e. Auteurs québécois — vslibre @ 12 h 49 min
Tags: , , ,

Chrystine Brouillet (1958 – …)

?????????????????????Chrystine Brouillet nait le 15 février 1958 à Loretteville près de Québec. Elle étudie au collège des Ursulines de Loretteville puis au Collège Notre-Dame-de-Bellevue. Elle obtient un baccalauréat en littérature à l’Université Laval. Principalement connue comme auteur, elle tient également une chronique littéraire et gastronomique sur les ondes de la radio de Radio-Canada.

Elle publie son premier roman, Chère voisine, en 1982. Le livre sera récompensé par le prix Robert Cliche. Dès lors, sa production littéraire sera régulière. En 1985, elle fera un séjour à Paris pour vivre ses passions pour l’Art et pour l’Histoire. En 1987, dans Le poison dans l’eau, l’enquêtrice de la police de Québec, Maud Graham fait sa première apparition. Maud deviendra l’héroïne d’une longue série qui se poursuit encore.

On croit souvent que Maud Graham est mon alter ego. Mais non, c’est mon amie… Chrystine Brouillet utilise son personnage et ses enquêtes policières pour évoquer des sujets sociaux divers comme les haines familiales, la pédophilie, les meurtriers en série ou encore le monde médical. Romans pour la jeunesse, trilogie romanesque franco-québécoise, l’auteur qui a vécu longtemps à Paris avant de rentrer au Québec ne se cantonne pas dans un seul créneau. Plusieurs de ses oeuvres ont été portées à l’écran.

Sans pardon (2006)

˜Uiony	@—UressedBitsPerPixelIEThomas Lapointe ne se remet pas de l’assassinat de sa petite soeur Mélanie. Le policier s’est fait muter de Montréal à Québec. Il travaille maintenant avec Maud Graham et fait un travail apprécié, mais derrière cette façade bien convenable se cache une indicible douleur, un irrésistible besoin de justice. Un père militaire de carrière mort trop tôt entraîne Thomas dans une épreuve incroyable.

Donald Hébert, le meurtrier récidiviste qui a violé et tué Mélanie est en prison pour longtemps, ça n’empêche pas Thomas Lapointe d’éliminer un à un les responsables de sa mise en liberté conditionnelle. Les meurtres sont froids, minutieusement étudiés, sans bavures. L’assassinat d’un jeune garçon dans un parc de Québec vient déranger Lapointe et mettre l’équipe de Maud Graham sous pression.

Nous allons suivre cette enquête qui va se mêler avec la vengeance de Lapointe. De jeunes délinquants en phase de réinsertion, des filles errantes fuyant leurs familles étouffantes, l’enlèvement de la soeur d’une responsable des remises en liberté, les histoires se superposent, se mêlent. Finalement, l’étau se resserre autour de Thomas Lapointe. Maud Graham et son équipe vont devoir jouer finement et bénéficier d’un peu de chance pour résoudre toutes ces affaires.

3 août 2014

Calendrier historique du Valais: 3 août – 1790 – Joseph-Antoine Blatter

Évêque sous la Révolution

 

Joseph-Antoine Blatter

Joseph-Antoine Blatter

Zélé pasteur, grand prédicateur, profond théologien, père des pauvres, économe pour pouvoir être libéral, il a signalé son épiscopat par toutes sortes de vertus et par nombre d’établissements utiles, en un mot, le seul de nos évêques depuis l’évêque Jost, si on excepte Adrien IV, qui sut faire des revenus ecclésiastiques le juste usage auxquels ils sont destinés selon l’esprit des saints canons… L’historienne Anne-Joseph de Rivaz résume ainsi l’épiscopat de Joseph-Antoine Blatter qui est élu évêque de Sion par le Chapitre et la Diète ce 3 août 1790.

Petit-neveu d’un de ses prédécesseurs, monseigneur Jean-Joseph Blatter, Joseph-Antoine est né le 8 mars 1745 à Viège. Il sera ordonné prêtre en 1769 après avoir fait des études de philosophie à Lyon et de théologie à Vienne. Il devient chanoine de Sion la même année. Son épiscopat sera marqué par la Révolution bas-valaisanne. Il montra beaucoup de dévouement à l’égard des prêtres français réfugiés en Valais après la Révolution française.

Il accueillit les Clarisses d’Évian dans sa maison paternelle de Viège et permit l’installation des trappistes à Géronde. Au moment de l’arrivée des troupes françaises en Valais, et après la défaite des Hauts-Valaisans à Finges en 1799, il se réfugie quelque temps à Novare. Dès son retour, il cherche des compromis avec l’occupant français. Il offrit sa démission au pape en 1805, mais Pie VII la refusa. Il fut le dernier à porter le titre de prince-évêque du Valais. Joseph-Antoine Blatter mourut le 19 mars 1807 à Sion.

 

2 août 2014

Calendrier historique du Valais: 2 août – 1482 – Jost von Silenen

Évêque belliqueux

 

Jost von Silenen

Jost von Silenen

Plein d’énergie et sans égards, associant une intelligence vive à un fort penchant pour les arts, il fut l’âme des guerres de l’Ossola... Jost von Silenen est confirmé ce 2 août 1482 comme évêque de Sion par le pape Sixte IV. Élu en juillet peu après la mort de Walter Supersaxo, le nouvel évêque a été recommandé à la Diète et au Chapitre de Sion par les Confédérés. Prince de la renaissance, Jost von Silenen aura toutefois un épiscopat difficile et malheureux en Valais.

Né à Küssnacht dans le canton de Zurich vers 1445, il fera des études de droit à l’Université de Pavie, puis étudiera les langues étrangères à Rome. Après différents services en Suisse, on le retrouve en 1472 à la cour du roi de France Louis XI comme ambassadeur des Confédérés. Il contribuera à la paix perpétuelle de 1474 entre la Confédération et le duc Sigismond de Habsbourg. Cette paix intriguée par Louis XI provoquera la perte du duc de Bourgogne Charles le Téméraire.

Il sera évêque de Grenoble en 1477 avant de monter sur le siège épiscopal du Valais. Belliqueux, il entrainera le Valais dans les guerres d’Ossola et la défaite de Crévola en 1487. La paix conclue avec le duc de Milan en 1495 précipita sa perte. Il fut chassé du Valais en avril 1496 par Georges Supersaxo et finira sa vie en 1498 en France. En dehors des guerres, il contribua au développement des arts en Valais, notamment en poursuivant la reconstruction de la cathédrale.

1 août 2014

Calendrier historique du Valais: 1er août – 1944 – Ouverture de l’école d’infirmière

Nouvelle formation

1er aout AgasseVuegénéraleRognée(4)La communauté des révérendes soeurs hospitalières de Valère est en fête en ce 1er août 1944. Ce mardi, malgré la guerre fait rage en Europe, la directrice, soeur Angelina Hodel a le plaisir d’accueillir les premières élèves de l’École valaisanne d’infirmières à Sion. L’école collabore étroitement avec l’hôpital de Sion et une dizaine de médecins expérimentés composent le premier corps enseignant. L’école est appelée à jouer un rôle important dans l’amélioration de la santé et de l’hygiène en Valais.

L’école est ouverte aux élèves entre 18 et 35 ans. L’apprentissage comprend 8 mois d’études théoriques suivis de 26 mois de stage pratique à l’hôpital. Il se termine par 2 mois d’études théoriques, avec examen pour le diplôme. Pour les mois passés à l’école, les élèves paient une finance de cours de 200 francs et une pension mensuelle de 150 francs. Les mois de stage pratique sont rémunérés entre 50 et 60 francs par mois et la pension est gratuite. L’État peut accorder des bourses en cas de gêne, ainsi cet apprentissage est ouvert à tous.

En 19456, l’école reçoit la reconnaissance de la Croix-Rouge. Le 30 avril 1955, de nouveaux locaux sont inaugurés au chemin de l’Agasse proche de l’hôpital de Sion. Ceux-ci deviennent rapidement exigus et le Grand conseil vote un décret d’agrandissement en 1964. Aujourd’hui, la formation des infirmiers et des infirmières est prise en charge par la Haute École de Santé.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :