Valais Libre

31 décembre 2012

31 décembre

Retour sur une année (1707)

 

messager boiteux 2013Le « Messager Boiteux » est là pour compiler les événements de l’année écoulée, pour fournir une foule d’informations sur le vaste monde et surtout pour prévoir l’année à venir. Il nous dit le temps qu’il va faire, rythme les travaux de la campagne et diffuse les bons préceptes.

En ce début de 18ème siècle, l’almanach apporte, une fois par année, ce que la presse nous livre tous les jours aujourd’hui. … description des quatre saisons, la fertilité de la terre, des guerres, des maladies, des éclipses et autres événements qui doivent arriver pendant cette année 1707, avec une relation curieuse des choses les plus remarquable arrivées en Europe depuis le mois de novembre de l’an 1705, le tout fidèlement composé, recueilli et mis sous la presse par Antoine Souci, nommé le « Messager Boiteux ».

Comment ne pas acheter un almanach vendu avec une telle publicité? Son succès perdure, même si aujourd’hui l’almanach a un goût de désuétude. Vendu à la criée sur les marchés d’automne, il est aux yeux des Romands de cœur bien plus qu’un outil pratique ou un élément de folklore, mais un agenda agréable et rassurant qui les lie irrésistiblement à l’histoire agricole de leur région.

Le fribourgeois Jean-Luc Sansonnens, amputé d’une jambe en 1988 suite à un accident de moto, assure aujourd’hui le rôle du « Messager Boiteux »

 

Autres 31 décembre

 

594,

Mort de Saint Maire, évêque d’Avenches

 

1813,

La Restauration est officiellement décrétée à Genève

 

1877,

Mort à la Tour-de-Peilz du peintre français Gustave Courbet

 

1889,

Naissance à Cossonay (VD) du futur conseiller fédéral Marcel Pilez-Golaz

30 décembre 2012

30 décembre

Libérations (1813)

 

Genève au 19ème

Genève au 19ème

La déroute de Napoléon a des conséquence immédiate pour la Suisse. Les armées autrichiennes avancent dans le pays. Avant leur arrivée, les notables français s’enfuient pour éviter des combats. Le 30 décembre, Genève et le Valais sont des cantons libres. Ils ne font plus partie de la France.

Au moment où les troupes autrichiennes débouchent entre le Jura et le lac du côté de Versoix, 22 bourgeois genevois emmenés par Pictet de Rochemont constituent un gouvernement provisoire. Le lendemain, l’ancien syndic Ami Lullin proclame la restauration de la république de l’Ancien Régime. Cependant, les magistrats sont conscients que Genève ne peut plus former un État isolé et se tournent vers les anciens alliés suisses en demandant l’entrée de la république dans la Confédération suisse.

Les autrichiens veulent également couper les communications vers l’Italie, c’est pourquoi un détachement est envoyé vers le Valais. Les habitants de Saint-Maurice réussissent à empêcher la destruction prévue du pont de Saint-Maurice. Les autrichien arrivent à Sion le 30 décembre également. Comme Genève le Valais entre dans le giron de la Confédération.

Il faudra attendre le congrès de Vienne et 1815, pour que les deux deviennent des cantons suisses.

 

 

Autres 30 décembre

 

1484,

Naissance à Saint-Gall du réformateur Vadian (Joachim de Watt)

 

1837,

Le Vorort décide d’éditer un recueil les décisions de la Diète.

29 décembre 2012

29 décembre

Filed under: j. La Suisse en 365 anniversaires — vslibre @ 8 h 55 min
Tags: , ,

Un chantre de la liberté de conscience (1563)

 

CastellionTuer un homme ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme. Quand les Genevois ont fait périr Servet, ils ne défendaient pas une doctrine, ils tuaient un être humain : on ne prouve pas sa foi en brûlant un homme mais en se faisant brûler pour elle…

L’homme qui s’exprimait ainsi vient de mourir à Bâle dans la pauvreté. Sébastien Castellion succombe à l’excès de travail, peut-être des privations, à coup sûr des épreuves qui avaient miné sa vie et usé son tempérament avant l’âge. Ainsi explique les biographes la fin du théologien protestant.

Jeun étudiant à Lyon, il découvre la doctrine protestante et fait la connaissance de Jean Calvin. Il logera même chez le maître lors de son exil à Strasbourg. Castellion est pédagogue. Ses dialogues sacrés feront le tour de l’Europe. Mais le problème du droit à l’opinion personnelle en matière de foi dans le nouveau régime de l’Église finira par éloigner les deux hommes.

Castellion quittera Calvin et Genève pour s’installer à Bâle comme professeur de grec à l’université. C’est de là qu’il lancera sa « cause du siècle » après l’exécution de Servet à Genève. Il déclenchera un grand mouvement de liberté de conscience au sein de la Réforme.

Accusé d’hérésie, il est rejeté par la communauté réformée et il mourra dans l’indigence à 48 ans entouré de quelques étudiants et fidèle disciple qui prendront soin de sa femme et de ses huit enfants.

 

 

 

Autres 29 décembre

 

1813,

L’assemblée fédérale déchire l’Acte de Médiation de Napoléon.

 

1871,

Naissance à Airolo du futur conseiller fédéral Giuseppe Motta

 

1924,

Mort à Lucerne de l’écrivain Carl Spitteler

 

1925,

Mort à Paris du peintre vaudois Félix Vallotton

 

1926,

Mort à Montreux du poète Rainer-Maria Rilke

28 décembre 2012

Saga québécoise – épisode 44 – Noël

Filed under: k. saga québécoise — vslibre @ 6 h 58 min
Tags:
Une belle assiette pour démarrer la journée de Noël

Une belle assiette pour démarrer la journée de Noël

La campagne québécoise est belle et tranquille. Un superbe arc-en-ciel se dessine dans le ciel bleu de ce matin de Noël. La voiture est silencieuse. Chacun est dans ses pensées et ses rêves. L’autoroute 20 est calme et très peu achalandée. Il est 9 heures, nous roulons vers Montmagny.

L’église de Saint-Michel de la Durantaye nous offre sa longue silhouette et son clocher argenté qui se découpent devant le paisible Saint-Laurent. La radio distille une douce musique de circonstance. Mon premier Noël loin de mon pays débute dans la sérénité.

Solange, une ancienne collègue enseignante et amie de ma blonde, passe les fêtes de fin d’année en notre compagnie. Le Québec est son havre de paix. Nous l’accueillons avec plaisir. Nous roulons vers Réginald et Ghislaine, les parents de Myrianne. Ils nous attendent à l’Oiselière, un restaurant de Montmagny, pour le déjeuner de Noël.

Après une semaine en célibataire, j’ai retrouvé ma blonde trois jours plus tôt. Dès son arrivée du Mexique, nous avons été tester les urgences de l’Hôtel-Dieu de Lévis. Elle souffrait de maux de tête incessants et d’une toux sèche persistante. Une semaine au soleil ne lui avait pas permis de se retaper. Il fallait prendre ce mal avec sérieux.

Les urgences au Québec sont assez bien organisées. Comme il faut souvent un long délai pour obtenir un rendez-vous avec son médecin de famille, l’urgence est l’endroit par où passent tous les problèmes médicaux. Dès son arrivée, le patient s’enregistre et passe immédiatement par la salle de tri. Une infirmière va évaluer la situation.

Ensuite, l’attente peut commencer. Le hall où nous patientons est relativement bien garni. Une demi-dizaine de très jeunes enfants attendent avec leurs parents. Quelques autres malades adultes complètent le groupe. À intervalles réguliers, le haut-parleur annonce un nom et un numéro de salle. Le rythme est assez rapide.

Câlisse! c’est pas croyable, trois heures que j’attends et ils ont oublié mon dossier… Viens on s’en va! Une madame ne semble pas de bonne humeur en revenant de l’accueil. Elle bouscule son chum et disparaît en emplissant la salle de quelques mots doux. Nous ne connaîtrons pas la même mésaventure. En moins de deux heures, visite médicale, radiographie des poumons et diagnostic sont effectués. Ma blonde sera sous antibiotiques le temps des fêtes.

Rien de bien grave. La question de qui s’abstiendra de boire pour conduire est réglée. Cette période de nativité s’annonce au mieux. Le lendemain, nous reprenons le chemin de l’aéroport pour accueillir Solange. L’équipe est au complet, nous pouvons attaquer les Fêtes.

Le réveillon de Noël se passe chez Paule, l’amie d’enfance de Mimi. Le voisin Prim et sa blonde nous accompagnent. Il a un humour irrésistible. Silencieux, l’air de rien, il lance soudain une flèche assassine qui jette la bonne humeur dans l’équipe. Champagne, bouchées au thon, feuilleté chantilly et carottes, mon après-midi culinaire est apprécié, la soirée démarre au mieux. Une belle fondue de poisson apporte une touche maritime.

Le repas se terminera en apothéose avec une bûche de Noël au chocolat. Je dois me retenir pour ne pas me jeter sur ce dessert divin. Les Délices de Justin méritent bien leur nom. La petite boulangerie artisanale de la Rue Commerciale est à recommander.

Heureusement, j’ai évité les excès et la nuit a été réparatrice. Un téléphone à 8 heures le matin de Noël pour rejoindre la Suisse. L’ambiance semble aussi très agréable de l’autre côté de l’Atlantique. Je suis serein en prenant la route de Montmagny. Ma première année québécoise touche à sa fin, je me sens de mieux en mieux dans mes nouvelles terres.

La belle assiette du brunch de Noël lance au mieux cette journée de fête. Elle se poursuivra dans la maison des parents de Mimi pour l’échange de cadeaux. Le Père-Noël m’a gâté.

Il existe aussi au Québec!

Saint-Jean-Chrysostome

Jeudi, le 27 décembre 2012

Une belle tablée pour le réveillon de Noël

Une belle tablée pour le réveillon de Noël

28 décembre

Filed under: j. La Suisse en 365 anniversaires — vslibre @ 6 h 39 min
Tags:

Naissance d’un grand juriste international (1874)

 

Max Huber

Max Huber

La juridiction internationale tire surtout sa valeur de l’élément d’ordre moral, voire spirituel, qu’elle contient; elle est appelée à réaliser l’idée de la justice, de l’impartialité, de l’indépendance totale à l’égard des facteurs de force, d’opportunité, de prestige, qui détermine la politique. La magistrature a toujours quelque chose d’un sacerdoce car la justice qu’elle représente est d’ordre moral…

Juge à la Cour permanente de la Haye dès sa création en 1922, président de 1926 à 1927, Max Huber ne considère pas le règlement judiciaire comme la panacée assurant la paix universelle : il tend plutôt vers la conciliation. On lui doit deux grands principes de droit international : celui de la plénitude (l’État peut exercer l’ensemble de ses prérogatives sur son territoire sans limite) et celui de l’exclusivité de la compétence territoriale (l’État est le seul à pouvoir intervenir sur son territoire : principe de non ingérence) qui découleraient de la souveraineté de l’État sur son territoire.

Max Huber, né le 28 décembre 1874 à Zürich, aura consacré sa vie à servir son pays et les valeurs qu’il incarne. Professeur de droit international, il assumera aussi la présidence du Comité International de la Croix-Rouge. Il décèdera le 1 janvier 1960 à Zürich.

 

 

 

 

 

 

Autres 28 décembre

 

1478,

Grâce à la victoire de Giornico, les Confédérés s’assurent la possession de la Léventine.

 

1767,

Mort à Neuchâtel du diplomate Emer de Vattel

 

1865,

Naissance à Lausanne du peintre Félix Vallotton

27 décembre 2012

27 décembre

Effets secondaires de la Guerre de Cent Ans (1375)

bataille de Fraubrunnen

bataille de Fraubrunnen

La Guerre de Cent Ans qui déchira l’Europe et la France en particuliers entre 1337 et 1453 fut une succession de campagnes entrecoupées de périodes de trêves plus ou moins longues. Durant ces pauses, les troupes devaient être occupées. Elles décimèrent plusieurs régions rurales.

La jeune Confédération ne fut pas épargnée. Enguerrand VII de Coucy, comte de Soissons et de Bedford, profite en automne 1375 d’une trêve pour rassembler des mercenaires afin de réclamer la succession de son grand-père maternel, le duc Léopold Ier d’Autriche, celui-là même qui fut vaincu par les Confédérés 60 ans plus tôt à Morgarten.

Le duc règnant, Léopold III, rejette les prétentions d’Enguerrand, mais ne fait rien pour s’y opposer. Il fait le vide sur le territoire d’Argovie et laisse les paysans se débrouiller. Des milliers de pillards anglais et français déferlent sur la campagne suisse. Ils sèment la terreur et le désarroi.

Petit à petit une résistance s’organise. Le peuple des campagnes, abandonné par les bourgeois enfermés dans leurs villes, est excédé et commence à s’en prendre à ses agresseurs.

Büttisholz, Anet, Bienne, les victoires des paysans se multiplient aux environs de Noël 1375. Des centaines de « Gugler », ainsi nommé par les paysans à cause de leurs casques à boule, sont massacrés. Le combat décisif a lieu le 27 décembre à Fraubrunnen dans le Mittelland bernois. L’avoyer de Berne Ulrich de Bubenberg surprend les troupes d’Ivo de Galles qui prenaient leurs aises dans le couvent. Les Gugler sont sévérement battus. Enguerrand de Coucy se retire devant tant de résistance.

Finalement, ces épisodes ont permis aux Confédérés de raffermir leur unité. Léopold III qui avait déserté le secteur voudra retrouver son autorité sur la région. Mal lui en pris puisqu’il perdit la vie en 1386 à la bataille de Sempach.

Autres 27 décembre

1654,

Naissance à Bâle du mathématicien Jacques Bernoulli

1805,

Mort à Colombier (NE) de Mme de Charrière, une des premières romancières romandes.

1849,

Mort à Londres du peintre genevois Jacques-Laurent Agasse

1856,

Devant les menaces prussiennes suite à l’affaire de Neuchâtel, l’assemblée fédérale nomme Henri Dufour général des troupes.

26 décembre 2012

26 décembre

Filed under: j. La Suisse en 365 anniversaires — vslibre @ 6 h 38 min
Tags: , , ,

Le Département du Simplon (1810)

 

Napoléon a laissé des traces en Valais

Napoléon a laissé des traces en Valais

Considérant que la route du Simplon, qui réunit l’Empire [français] à notre Royaume d’Italie, est utile à plus de soixante millions d’hommes ; qu’elle a coûté à nos trésors de France et d’Italie plus de dix-huit millions, dépense qui deviendrait inutile si le commerce n’y trouvait commodité et parfaite sûreté ;

Que le Valais n’a tenu aucun des engagements qu’il avait contractés, lorsque nous avons fait commencer les travaux pour ouvrir cette grande communication ;

Voulant d’ailleurs mettre un terme à l’anarchie qui afflige ce pays, et couper court aux prétentions abusives de souveraineté d’une partie de la population sur l’autre,

Nous avons décrété et ordonné, décrétons et ordonnons ce qui suit :

  1. Le Valais est réuni à l’Empire [français]
  2. Ce territoire formera un département sous le nom de département du Simplon…
  3. Ce département fera partie de la 7e division militaire.

  4. Il en sera pris possession sans délai, en notre nom, et un commissaire général sera chargé de l’administrer pendant tout le reste de la présente année.

  5. Tous nos ministres sont chargés de l’exécution du présent décret 

Voilà, en 5 article, le Valais entrait dans l’Empire de Napoléon. 16 nouveaux Départements sont créés en 1810 dont la Hollande, Hannovre ou encore Le Tibre (Rome), le Valais est bien entouré.

Le 26 novembre 1810 les principaux magistrats du pays et des grands dignitaires du clergé en présence du général César Berthier sont réunis pour la prestation de serment.

Pour trois ans, le Valais est français. Sion, la préfecture, s’ancre définitivement dans la partie francophone. Cette parenthèse laissera au moins des grands axes routiers qui assureront une certaine prospérité à la vallée.

 

Autres 26 décembre

 

1762,

Naissance à Salans (GR)de Johann Gaudenz von Salis-Seewis, poète grison

 

1836,

Mort à Zürich de Jean-Georges Naegeli, « père des chanteurs suisses)

 

1933,

Mort à Küsnacht (ZH)de l’écrivain Meinrad Lienert

 

1999,

La tempête Lothar traverse la Suisse

25 décembre

Filed under: j. La Suisse en 365 anniversaires — vslibre @ 6 h 36 min
Tags: , ,

Albert Anker débute la peinture (1853)

 

Albert_Anker_um_1901L’examen approche, et je puis le passer. Mais tous mes anciens doutes sur ma vocation m’assaillent plus vivement que jamais. Chaque nuit, mes rêves me transportent dans mes ateliers de peintres où je me vois assis avec joie à mon travail; chaque matin je me réveille surpris d’être un théologien. Le domaine de l’art m’apparaît comme un vrai paradis perdu...

L’homme qui écrit une lettre à son père en ce jour de Noël est déchiré. Le jeune homme de 22 ans, vient de prendre une décision cruciale. Albert Anker devient peintre. La peine qu’il cause à son père qui finalement acceptera le choix de son fils, le marquera pour le restant de ses jours.

À la fin de sa vie, il expliquera pourquoi sa peinture est restée très « léchée », très précise : Il fallait au moins que ma peinture faut assez ressemblante, que mes tableaux lui fassent plaisir. Il est resté très figuratif, sa peinture était son métier. Elle plaisait, cela suffisait.

Pourtant, il existe de lui des esquisses, des aquarelles, des études qui auraient pu faire d’Albert Anker un génie novateur. Il resta tout sa vie insatisfait, n’osant pas être lui-même. Ses dons exceptionnels n’ont pas été exploités. Sa décision de Noël 1853 l’a poursuivi toute sa vie.

 

 

 

 

Autres 25 décembre

 

1281,

Premier sceau de Schwytz, certainement le même que celui perdu du pacte de 1291, qui apparaît sur un document.

 

1291,

Obwald rejoint les Confédérés du 1er août.

 

1527,

Zürich, conclut une première alliance religieuse séparée avec Constance.

 

1797,

Naissance à Porrentruy de l’homme d’État jurassien Xavier Stockmar.

 

1878,

Naissance à la Chaux-de-Fonds du futur constructeur automobile Louis Chevrolet

 

1880,

Suicide du fraîchement nommé président de la Confédération Fridolin Anderwert.

24 décembre 2012

24 décembre

Filed under: j. La Suisse en 365 anniversaires — vslibre @ 9 h 12 min
Tags: ,

Un sapin moderne (1880)

 

275px-First_Electric_TreeThéodore Turrettini reste bouche bée. La vision du sapin de Noël de la famille de Thomas Edison laisse sans voix le jeune ingénieur suisse. Venu se perfectionner en électiricité chez le génial inventeur, le jeune genevois est sous le charme. Il découvre le premier sapin de Noël illuminé de bougie sélectriques.

Le réveillon à Menlo Park, rebaptisé Edison en 1954, restera fortement gravé dans la mémoire de Théodore Turrettini. Il reviendra en Suisse, à Genève, pour y développer l’électricité. Les forces motrices du Rhône seront sont œuvre majeure.

Il sera le bâtisseur de la centrale électrique de la Coulouvrenière entre 1883 et 1886. Sa renommée deviendra internationale et il retournera aux États-Unis pour participer à un important projet aux Chutes du Niagara. Fort de cette réussite, il construira l’usine genevoise de Chèvres qui fut lors de son ouverture une des plus importantes centrales au fil de l’eau.

Pour en revenir à Noël, c’est à New York en 1882 qu’un arbre de Noël est illuminé à l’électricité pour la première fois en public. Edward Johnson, un collègue de Thomas Edison, décore un arbre avec un fil garni de 80 petites ampoules électriques qu’il a lui-même fabriquées.

 

 

 

 

Autres 24 décembre

 

1880,

Naissance du sculpteur Hermann Haller

23 décembre 2012

23 décembre

Filed under: j. La Suisse en 365 anniversaires — vslibre @ 7 h 07 min
Tags: , , ,

Vendetta à Uri (1257)

Le monument Tell à Altdorf

Le monument Tell à Altdorf

Depuis 1231, la vallée d’Uri a obtenu l’immédiateté impériale. Ses habitants dépendent directement de l’empereur et ne sont plus sous la tutelle des Habsbourg. Tout devrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Pourtant, deux familles s’opposent farouchement et s’entretuent.

L’empereur Frédéric II de Hohenstaufen meurt le 13 décembre 1250 ouvrant un long interrègne. La vallée est donc libre et devrait s’épanouir pleinement. Malheureusement elle est déchirée par une querelle impitoyable, un duel à mort entre la famille des Gruoba et celle des Izzelin.

Les gens d’Uri craignant un massacre, voire même la disparition de la communauté devant la vigueur des affrontements fontt appel à un arbitre extérieur : le comte de Habsbourg. Rodolphe qui deviendra empereur en 1273 rend sa sentence sous le tilleul d’Altdorf le 23 décembre 1257.

Que cessent toutes les querelles et tous les combats à mort qui ont lieu entre les gens qu’on nomme ici Izzelin d’une part, et les gens qu’on nomme ici Gruoba, d’autres part. Et ils doivent jurer de ne plus s’en prendre les uns aux autres. Et celui qui brise la trêve devra payer au comte 60 marcs, et à l’autre tribu 60 marcs aussi, les vingts témoins qui signent la trêve étant caution. Et celui qui brise la trêve est au ban de L’Église et du Pape

Ça ne suffira pas! Les Izzelins reprennent la vendetta. Le 20 mai 1258, Rodolphe confisque définitivement les biens de la famille et les donne à l’abbesse du Fraumünster de Zürich.

Autres 23 décembre

1388,

Les Hauts-Valaisans battent les savoyards à Viège.

1835,

Mort de l’homme d’État argovien Albert Rengger

1865,

La Suisse, la France, la Belgique et l’Italie fondent l’Union monétaire latine.

1894,

Le prélude de Debussy, L’Après-midi d’un Faune est créé à Paris sous la direction de Gustave Doret

Page suivante »

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :