Valais Libre

31 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 31 juillet – 1562 – Catholiques suisses à la Diète de Sion

Qui servir ?

 

Charles IX

Charles IX

Les cantons catholiques réunis à Lucerne ce 31 juillet 1562 s’inquiètent des affaires valaisannes. Ils envisagent de tenir une assemblée en Valais, mais comme ils craignent que les cantons protestants et Berne en particulier entreprennent aussi une opération en Valais, ils prévoient également de lever 100 hommes par canton. Cette armée devrait secourir les Valaisans qui ont levé la mazze contre les protestants. Avant d’en arriver à ces extrémités, les délégués des cantons catholiques assistent à la Diète de Sion le 17 août 1562.

Le principal reproche qui est fait aux Valaisans c’est d’avoir laissé des soldats s’engager au service du prince de Condé, alors que le Valais avait refusé les compagnies demandées par le roi Charles IX. Le Valais et la Confédération se trouvent alors au coeur des tensions religieuses françaises. Catholiques et protestants s’affrontent dans le royaume. À la mort de son frère François II, Charles IX n’a que dix ans lorsqu’il monte sur le trône en 1560. La régence de la reine mère Marie de Médicis n’arrive pas à maintenir le pays en paix. En mars 1562, une guerre de religion débute.

Selon une alliance de 1521, périodiquement renouvelée, le Valais et la Confédération doivent autoriser le roi à lever des troupes. Des remboursements d’arriérés de solde retardent la décision. La situation religieuse de la Confédération ne facilite pas les négociations. Dans le même temps un émissaire du prince de Condé, un des chefs protestants, vient en Valais et convainc les capitaines Henri In-Albon et Pierre Ambuel de lever 4 compagnies qui vont composer l’expédition de Lyon. Ils seront sévèrement punis à leur retour en novembre 1652.

Publicités

30 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 30 juillet – 1804 – Arrivée de Joseph Eschassériaux

Ministre de France

 

Joseph Échassériaux

Joseph Échassériaux

S’ennuyant fermement dans cet endroit perdu, il profite de l’exécution du duc d’Enghien pour présenter sa démission… Le Dictionnaire du Consulat et de l’Empire présente ainsi la démission de François-René de Chateaubriand de son poste de ministre de France auprès de la République du Valais. L’auteur du Génie du christianisme, nommé en novembre 1803,n’aura séjourné que quelques mois en Valais. Il sera remplacé par Joseph Eschassériaux.

Le nouveau chargé d’affaires auprès de la République du Valais prend ses fonctions ce 30 juillet 1804. Le futur baron d’empire est un fidèle de Napoléon. Né en 1753 en Poitou-Charente dans une famille d’échevins, Joseph Échassériaux fait des études de droit et sera reçu en 1775 comme avocat au parlement de Bordeaux. Il sera une des figures de la Révolution en Charente-Inférieure. Il sera élu à l’Assemblée législative en 1791, puis à la Convention nationale en 1792. Il votera pour la mort du roi Louis XVI, puis pour la mort de Robespierre qu’il remplace au Comité de salut public.

Il soutiendra Bonaparte dans tous ces combats du consulat à l’empire. Il gérera les affaires valaisannes jusqu’en octobre 1806 lorsque Napoléon le nomme ministre plénipotentiaire dans la principauté de Lucques. Après son départ du Valais, il publie, à Paris, une Lettre sur le Valais et sur les moeurs de ses habitants. Il est remplacé par Claude-Joseph-Parfait Derville-Maléchard

29 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 29 juillet – 1314 – Litige à Viège

Foires et marchés

29 juillet ViègeVallée de passage, le Valais a depuis longtemps attiré des commerçants et des marchands. Un document judiciaire de ce 29 juillet 1314 impliquant le vidomne de Viège nous apprend l’existence d’une foire annuelle dans cette ville. Viège est une halte importante du trafic vers l’Italie et la foire de la Saint-Laurent, chaque 10 août, joue un rôle important. Elle avait dû être accordée par l’évêque de Sion, c’est lui qui concédait ces prérogatives bourgeoisiales dans la partie alémanique de la vallée.

Viège n’est pas la première à posséder ses marchés et sa foire, Sion avait déjà les siens en 1262, Conthey en 1302, St-Maurice, en 1317, Saillon, en 1324, Sembrancher obtenait en 1324 une nouvelle foire à ajouter à celle qu’il possédait depuis un temps presque immémorial, Loèche en 1338, Monthey en 1352 et Martigny fut l’une des dernières communes valaisannes à obtenir ses marchés et foires en 1392 de la Comtesse de Savoie Bonne de Bourbon tutrice de son fils mineur, le futur comte Amédée VIII.

Toutes ces franchises accordées au cours du XIVe siècle reposent sur des droits déjà existants puisque ces chartes font directement référence à des usages connus. Ces avantages, même s’ils sont assujettis à quelques impôts, permettent à l’évêque de Sion, tout comme au comte de Savoie, de s’assurer de la fidélité de ses sujets. Ces franchises sont le prix de la soumission des bénéficiaires.

28 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 28 juillet – 1863 – Correction du Rhône

1ère correction

28 juillet Correction_du_Rhône_à_RarogneArt 1er Une subvention fédérale est accordée au Canton du Valais pour la correction du Rhône et de ses affluents. Cette subvention égalera le tiers du total des frais, mais elle ne doit cependant pas dépasser la somme de 2 640 000 francs.

Le montant à la charge de la compagnie de la ligne d’Italie servira à soulager les communes qui ne seront guère à même de remplir leurs engagements quant aux travaux déjà exécutés ou à exécuter. Les contestations qui pourraient surgir seront vidées par le Conseil fédéral.

L’arrêté fédéral adopté définitivement par le Conseil des États ce 28 juillet 1863 prévoit une durée de 12 ans à partir du 1er janvier 1864. La Confédération se réserve en outre la haute surveillance sur l’exécution et l’entretien des ouvrages. L’inondation catastrophique qui a dévasté la plaine du Rhône au début septembre 1860 a forcé les autorités à prendre des mesures importantes.

Trois mois après l’inondation, le Conseil d’État valaisan envoie sa première requête au Conseil fédéral. Elle est accompagnée d’un rapport, de plans et de devis établis par les ingénieurs cantonaux Venetz, Chappex et de Torrenté. En novembre 1862, après des discussions avec Berne et huit rapports intermédiaires, le Grand conseil valaisan vote un décret sur l’endiguement du Rhône. Les travaux de cette première correction commenceront dès 1863 et dureront jusqu’en 1894.

27 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 27 juillet – 1507 – Peste à Conches

Valais décimé

27 juillet pesteQu’on pratique la saignée, qu’on s’abstienne de fréquenter le lieu de l’épidémie , qu’on brûle des feuilles de lauriers, de genévrier et d’absinthe, qu’on consomme des aliments acides, comme des pommes gâtées ou des prunes, qu’on n’entre en aucun cas dans les bains publics, qu’on soit joyeux, calmes et affables et si l’on vous parle de l’épidémie, faites comme si l’on ne vous avait rien dit.

De même, si quelqu’un est atteint de la peste, qu’il prenne de la thériaque, des grains de sénevé et des feuilles de sureau, qu’il triture le tout dans un mortier et mette le produit sur les bubons…

Ces conseils retrouvés dans les notes d’un notaire de Sion vers 1460 serviraient bien les habitants de Conches. Dès ce 27 juillet 1507, la peste fait un retour dans la vallée. Jusqu’en janvier 1508, elle va emporter 220 personnes à Obergesteln, Ulrichen, Geschinen et Münster. En 1508 il ne reste que 4 ménages à Haute-Nendaz et les villages de Visinan et du Saviésan, sur la route de l’actuel Super-Nendaz, sont entièrement dépeuplés. Elle reviendra régulièrement décimer le Valais jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

La peste est arrivée en Europe en 571 en provenance de la Basse-Égypte. Cette première épidémie toucha aussi le Valais et dura entre 50 et 60 ans. L’épidémie reviendra en Europe en 820, puis à un rythme régulier jusqu’au XIIe siècle.

En treize cent quarante-neuf

De cent il en resta neuf.

Ce proverbe montre combien la peste noire, venue par les navires marchands de la Mer Noire, décima les populations européennes. Le Valais paya un lourd tribut à ce fléau. En 1349, la population de Sion par exemple fut réduite de 480 à 100 feux. Les derniers morts de la peste en Valais datent de 1670.

26 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 26 juillet – 1921 – Un poète en Valais

Rainer-Maria Rilke

26 juillet Rainer-Maria-Rilke_4134Mais ce qui d’autre part me retient encore, c’est ce merveilleux Valais : je fus assez imprudent pour descendre dans cette vallée, jusqu’à Sierre et à Sion : je vous avais parlé de la magie combien singulière que ces lieux exerçaient sur moi, lorsque je les vis pour la première fois, l’an dernier à l’époque des vendanges. Le fait que dans la physionomie de ce paysage l’Espagne et la Provence s’interpénètrent de façon si étrange m’avait déjà fortement ému naguère; car ces deux pays au cours des dernières années d’avant-guerre m’ont tenu un langage plus puissant et décisif que tout le reste…

Ce 26 juillet 1921, Rainer Maria Rilke s’installe au château de Muzot au-dessus de Sierre. L’errance du poète né à Prague le 4 décembre 1875 s’apaise. Un mécène, Werner Reinhart de Winterthur, met cette demeure à disposition de celui qui chantera si bien sa terre d’adoption. Il retrouve en Valais, après Vienne, Venise ou Rome, une nouvelle Provence:

Pays, arrêté à mi-chemin

entre la terre et les cieux,

aux voix d’eau et d’airain

doux et dur, jeune et vieux, 

comme une offrande levée

vers d’accueillantes mains :

beau pays achevé,

chaud comme le pain !

Rilke finira ses jours en Valais, Muzot sera son dernier domicile. Atteint d’une leucémie, il mourra le 29 décembre 1926 à la clinique Valmont à Glion sur Montreux. Le poète repose à Rarogne dans le Haut-Valais

25 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 25 juillet – 1961 – Découverte au Petit-Chasseur

Trésor archéologique

25 juillet Petit-ChasseurEn cette fin du mois de juillet 1961, les archéologues qui fouillent l’ouest de la ville de Sion vont faire une découverte majeure suite à des travaux de génie civil au Petit-Chasseur. Tout commencera par la découverte de deux tombes datant du Néolithique final qui prouve le développement d’une civilisation mégalithique sur le site durant la première moitié du IIIe millénaire avant Jésus-Christ. Le site du Petit-Chasseur, de renommée internationale, livrera petit à petit des trésors archéologiques.

Entre 1961 et 1968, les travaux seront menés par Olivier-Jean Bocksberger et par Alain Gallay de l’Université de Genève. Ils mettront à jour 5 étages prouvant l’occupation du site des débuts du néolithique jusqu’à l’époque dite de la Tène. L’homme semble avoir été présent sur le site de Sion près de 6000 ans avant Jésus-Christ. Jusqu’en 1992, cinq autres chantiers fouilleront le site. Les dolmens et les stèles anthropomorphiques du Petit-Chasseur sont des témoins inestimables de la préhistoire valaisanne.

Entièrement démontés durant les fouilles, les principaux dolmens de la nécropole néolithique du Petit-Chasseur ont été reconstruits dans le parc de l’école de Saint-Guérin à côté des menhirs découverts au Chemin des Collines. L’espace d’archéologie de la Grange-à-l’Évêque dans la vieille ville de Sion permet de découvrir les trésors mis à jour durant les plus de 50 ans de recherches autour du site du Petit-Chasseur.

24 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 24 juillet – 1898 – Ouverture des bains publics à Sion

Vallée des bains

24 juillet thermalismeCe mois de juillet 1898 voit s’ouvrir, à l’Avenue du Midi à Sion, des bains publics. Ils resteront à la disposition des habitants et des visiteurs de la capitale valaisanne jusqu’à la Première Guerre mondiale. Ouverts du printemps à l’automne du lever au coucher du soleil, ils permettent à la population de profiter des bienfaits de l’eau. En juin 1907, le rez-de-chaussée du bâtiment où se trouvaient les cabines s’est effondré suite à des travaux d’agrandissement des caves.

En Valais, d’autres régions possèdent des bains qui occupent une place bien plus importante dans leur histoire. Loèche-les-Bains a connu une présence humaine dès le IVe siècle et, déjà en 1315, la mention de bains est avérée. Au XVe siècle, les bains thermaux sont la propriété de l’évêque de Sion et les premiers hôtels sont construits pour accueillir les premiers curistes. Goethe, Guy de Maupassant ou encore Mark Twain viendront goûter aux bienfaits des sources thermales. 65 sources laissent jaillir chaque jour près de 4 millions de litres d’eau permettant à Loèche-les-Bains de posséder le plus grand complexe thermal en Europe.

D’autres sources sont connues en Valais. De Brigue à Lavey, la vallée regorge de sources qui font du canton une destination courue des adeptes du thermalisme. Si Saxon a vu ses bains disparaître, ceux de Saillon, Ovronnaz ou Val d’Illiez proposent des complexes modernes et agréables qui attirent des amateurs non seulement du Valais ou de la Suisse, mais du monde entier.

23 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 23 juillet – 972 – Capture de l’abbé de Cluny

Brigandage au Mont-Joux

23 juillet SarrasinsLa bande de pillards sarrasins est fière de sa prise ce 23 juillet 972. Dans la nuit précédente, en embuscade au pont d’Orsières sur la Dranse, ils ont capturé un otage important. Mayeul, l’abbé de Cluny rentrait de Rome avec sa suite. Les Sarrasins réclament une importante rançon pour libérer leurs otages. La somme de 1000 livres d’argent sera rapidement réunie et l’abbé libéré, mais ce forfait des brigands des Alpes sera celui de trop, ils seront bientôt chassés de la région.

Malgré la célèbre défaite de Poitiers en 732 devant les troupes de Charles-Martel, les Sarrasins n’ont jamais vraiment quitté l’Europe. Dès le IXe siècle, ils sont très présents en Provence, particulièrement dans le massif des Maures près de Saint-Tropez. De là, ils effectuent des raids et des pillages réguliers dans le sud de la France. Dès 921, ils sont aussi maîtres de nombreux passages des Alpes, dont le Mont-Joux. Reconnaissant l’abbé de Cluny descendant la vallée d’Entremont, les pillards qui avaient aussi sévi quelque temps auparavant à l’abbaye de Saint-Maurice, n’hésitent pas à capturer cet otage de choix.

Les moines et l’aristocratie provençale sont sous le choc. Après avoir réuni la rançon et libéré le futur saint, ils organisent une vaste coalition pour chasser définitivement les Sarrasins. Le comte de Provence Guillaume Ier va mener l’armée de libération. Guillaume traque les Sarrasins et les écrase définitivement à la bataille de Tourtour en 973. Les Sarrasins survivants sont baptisés de force et réduits en esclavage.

22 juillet 2014

Calendrier historique du Valais: 22 juillet – 1603 – On reste catholique

Votation

22 juillet SionAyant deux religions pour lesquelles le peuple est chancelant, il est nécessaire qu’il y en ait qu’une qui subsiste dans tout le pays et soit fermement gardée en tout l’État pour un bien de paix et pour la tranquillité universelle des patriotes…Le but de l’assemblée qui se termine ce 22 juillet 1603 est clair: le Valais doit choisir entre la religion papiste et la religion calviniste. L’assemblée votera à main levée et décidera à une proportion de 2 contre 1 de conserver la foi catholique.

Un grand et fort spacieux théâtre avec des pièces de bois avait été dressé hors les murs de la ville de Sion, sur un grand champ, probablement à la Planta ou à Pratifori, pour recevoir cette imposante assemblée. Vers 1600, catholiques et protestants avaient convenu pour la paix que le pays entier ne devait professer qu’une seule religion. Dès le 20 juillet, l’évêque réunit une Diète où chaque paroisse a envoyé une douzaine de députés. Les ambassadeurs de France, d’Espagne ainsi que les représentants des cantons catholiques et protestants assistent également à cette Diète.

Après le vote qui a duré plusieurs heures, de longues discussions suivent. Finalement, l’assemblée décide qu’une Diète sera convoquée hors de Sion pour établir les dispositions légales. Elle se déroulera le 17 mars 1604 à Viège. Après le remplacement du grand bailli et du secrétaire protestants par deux catholiques, elle décrète la religion unique. Les protestants doivent se convertir ou quitter le pays. Si ces décisions ne seront jamais appliquées avec rigueur, le choix de 1603 marque la fin de la progression de la Réforme en Valais. 

Page suivante »

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :